À emporter, Essais et documents, Livre, Musicologie

Premier volume, suite de l’Histoire de l’opéra français de Lacombe

Plus de détails

Sous la direction d’Hervé Lacombe. Histoire de l’opéra français, du Roi-Soleil à la Révolution. Editions Fayard. Avril 2021. 1272 pages. 39 €

 

Après l’impressionnant deuxième volume « Du Consulat au débuts de la IIIe République » (Clef ResMusica), c’est la même formule que nous propose pour ce premier tome de l’Histoire de l’opéra français, couvrant la période du Roi Soleil jusqu’à la Révolution française.

Même prix, même format, mêmes ambitions. Pour cette nouvelle publication d’une entreprise en trois tomes, le troisième étant annoncé pour couvrir la période « De la Belle Époque au monde globalisé », ce ne sont encore pas moins de soixante-dix contributeurs – musicologues, écrivains et philosophes, historiens et spécialistes du théâtre, de la danse et des arts – qui alimentent cet ouvrage d’une qualité à la hauteur de la première publication.

Les précédentes « Histoires » de l’opéra, centralisent leur travail autour de compositeurs, de librettistes, ou d’un horizon plus ou moins large d’un corpus bien délimité. Elles se distinguent aussi de ce livre par un découpage stylistique, comme le « Baroque » ou le « Romantique », vide de sens pour le directeur de publication, pour qui cela ne permet pas d’identifier clairement une ligne unificatrice d’ensemble.

va ainsi beaucoup plus loin, et c’est ce qui rend le projet intéressant, vivant, et véritablement « historique » car parfaitement contextualisé selon toutes les composantes qui insufflent et influencent le théâtre lyrique en France. Cette grande Histoire est donc appréhendée comme un récit, composé de trois périodes définies selon un cadre politique, administratif et historique, avec naturellement une phase de transition entre chaque période.

Ce premier volume débute ainsi en 1669, année de fondation de l’Académie de musique par Louis XIV, pour suivre ensuite un parcours chronologique selon trois règnes, celui de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI ; selon trois personnalités de haut rang que sont le Roi-Soleil, le Régent Philippe d’Orléans puis Marie-Antoinette ; et selon trois compositeurs dominants qu’étaient Lully, Rameau et Gluck.

On retrouve dans ce volume les fondamentaux de ce projet. D’abord l’hommage aux interprètes avec trente-quatre encadrés qui ponctuent une lecture variée et foisonnante. Pour accompagner le lecteur dans cette aventure historique, le travail d’édition est soigné et riche de 180 images qui agrémentent le texte, et de 47 illustrations en couleurs dans le cahier central.

Ensuite, c’est l’approche complète de ce qu’est l’opéra français : à la fois un lieu, une œuvre et un imaginaire. Hervé Lacombe a ainsi mené une réflexion aboutie, dans un esprit véritablement pluridisciplinaire.

La centralisation de la production lyrique nationale y est décrite de façon très claire, tout autant que la relation étroite entre le théâtre et l’État, une donne propre à la France, constituant l’un des fondements du théâtre lyrique national. L’opéra français repose ainsi sur un cadre législatif et administratif plus ou moins déterminant. Mais pour une vision exhaustive de la réalité de l’époque, l’implantation à l’échelle nationale du genre, et donc la diffusion du répertoire lyrique sur l’ensemble du territoire français, est aussi étudiée, tout comme son rayonnement international en Italie, dans les territoires germaniques, en Scandinavie, aux Pays-Bas méridionaux, en Angleterre, en Espagne et même en Russie.

Le lecteur peut également revivre une soirée à l’Opéra allant même jusqu’aux « produits dérivés » qui alimentent ce secteur économique, un concept apparemment anachronique mais bien malin pour attirer la curiosité. Le discours et l’imaginaire participent également à la singularité de l’opéra français, ils sont donc un objet d’étude à part entière, puisqu’ils exercent une forme de conditionnement du public en lui donnant un cadre de perception et de jugement. L’ouvrage se termine enfin par une série de lectures poétiques autour du merveilleux et des âmes sensibles, avant une réflexion sur la qualification des opéras de l’Ancien Régime (« Baroque ou Classique ? »).

Reconnaissons toutefois que peu d’analyses musicales figurent dans cet ouvrage, pourtant riche en informations et en réflexions, telles que le style, le langage, formes ou structures des partitions. Une entreprise, même faramineuse, a toujours ses limites !

Lire aussi :

Impressionnante Histoire de l’opéra français chez Fayard

(Visited 159 times, 1 visits today)

Plus de détails

Sous la direction d’Hervé Lacombe. Histoire de l’opéra français, du Roi-Soleil à la Révolution. Editions Fayard. Avril 2021. 1272 pages. 39 €

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.