Artistes, Chanteurs, Entretiens

Le trio Musica Humana joue au loto aux Rencontres Musicales de Vézelay

Plus de détails

 

Soutien à la création musicale et transmission auprès de tous les publics, sont les deux piliers des missions de la Cité de la Voix située au cœur du village médiéval de Vézelay. Sa nouvelle co-production présentée lors de la prochaine édition des Rencontres Musicales de Vézelay, promet une approche inattendue en phase avec ces fondamentaux. Avec leur « Bingo musical », les chanteurs du trio semblent être les bons numéros ! Explications.

ResMusica : Cette idée d’un loto musical vous a été proposée par François Delagoutte, directeur de la Cité de la Voix, et Sébastien Mahieuxe, directeur artistique du Midsummer Festival. Le concept vous a-t-il de suite inspiré ?

Trio  : Oh oui ! D’autant que nous étions très heureux de la confiance que nous ont accordée François et Sébastien sur ce projet. Nous nous souvenons de la première conversation autour du projet Bingo avec eux. En résumé c’était : « Coucou le TMH, vous allez bien ? », on a répondu : « Oui », puis ils nous ont dit : « Ça vous dirait d’animer un Loto musical ? » et on a dit : « Bingo ».

RM : Et est-ce que l’idée que vous vous en faisiez au départ est celle que l’on retrouve aujourd’hui sur scène ?

TMH : Oui et non. Oui, car grâce à notre metteure en scène, François-Xavier Guinnepain notre scénographe et créateur lumière, ainsi que Thibaut Lescure notre ingénieur du son, nous avons réussi à réaliser le projet de nos rêves. Et non, car au départ, on était vraiment parti dans l’idée de faire jouer une partie de Loto au public tout en chantant quelques chansons qu’on aime bien. C’était quand même assez mince comme base même si on était persuadé qu’on tenait une chouette idée.

RM : Vous êtes spécialisés dans la musique vocale de la Renaissance : va-t-on retrouver dans ce projet une playlist de votre répertoire de prédilection ?

TMH : C’est une surprise ! Mais comme on n’arrive pas à tenir notre langue, la réponse est oui. C’était d’ailleurs une volonté très forte de notre part d’intégrer de la musique vocale de la Renaissance afin aussi de faire en sorte que celle-ci se mélange avec un répertoire extrêmement varié.

RM : Imaginant ce spectacle interactif, qu’attendez-vous finalement du public ? Et sur scène, quels éléments vous indiquent que l’objectif est atteint ?

TMH : Le public va vraiment vivre une partie de Loto. Chacun a son carton, son crayon et sa chance d’être l’un des gagnants de notre partie. Chaque gagnant repartira avec un lot. Le jeu et l’interaction avec le public étaient notre plus grande envie. Nous avons d’ailleurs beaucoup travaillé sur notre capacité à emporter le public dans notre « délire » et à faire en sorte qu’il se sente très actif pendant le spectacle. , notre metteure en scène, nous a énormément aidé à réaliser cet objectif.

RM : Comment s’est passée votre collaboration avec Corinne Benizio ?

TMH : Super, méga, giga, ultra chouette. Corinne a été d’une patience incroyable, elle nous a vraiment accompagnés de la plus belle des manières. Monter un spectacle comique est quelque chose de très personnel. Elle a réussi à pousser les limites de nos envies et surtout à nous apporter son expérience incroyable qu’elle a vécue lors de ses nombreuses années de Shirley et Dino. Elle nous a aussi beaucoup poussés à garder de l’improvisation pendant le spectacle, à penser tout le temps au public, à se faire plaisir, se faire rire, toujours accueillir les propositions des uns et des autres… On ne la remerciera jamais assez du temps qu’elle a passé avec nous sur ce spectacle. On t’aime Corinne !

RM : Passés de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris aux grosses productions d’opéras (à la Philharmonie pour Igor Bouin, au Festival d’Aix pour Martial Pauliat, ou encore à l’Opéra Comique pour Yann Rolland), puis à ce Loto musical : comment arrivez-vous à faire un si grand écart dans vos projets ?

TMH : Et bien, selon nous, ce n’est pas un si grand écart. On se nourrit tous les trois de nos expériences, et surtout, on essaie de garder une grande exigence musicale que nous fassions du Claude François ou du Claudin de Sermisy, que nous chantions du Purcell ou du Michel Berger ou que nous jouions du Mozart ou du Boby Lapointe.

RM : Aux festivaliers de Vézelay qui se préparent à vous rencontrer, que souhaitez-vous dire ?

TMH : Venez, ça va être trop sympa. Et puis… On peut y gagner un saucisson !

Crédits photographiques : Image de une © Souffle ; Portrait © Trio Musica Humana

(Visited 212 times, 2 visits today)

Plus de détails

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.