Audio, Musique d'ensemble, Parutions

L’ensemble Los Temperamentos, entre deux temps pour leur nouvel opus

Plus de détails

Benedetto Marcello (1686-1739) : Ciaccona, extrait des Suonate a flauto solo op. 2. Jean-Baptiste Barrière (1707-1747) : Sonata IV, extrait des Sonates pour le Violoncelle, Livre III. Néstor Fabián Cortés Garzón (né en 1983) : Polo Margariteño para Amandita y la Aurora. Juan Francés de Iribarren (1699-1767) : Villancico Vaya de xácara. Francesco-Maria Veracini (1690-1768) : Sonata XII, extrait des Sonate accademiche op. 2. Santiago de Murcia (ca. 1685-?) : Passacaille pour la majeur, extraits des Passacailles et œuvres de guitare pour tous les tons naturels et accidentels. Jean-Baptiste Canavas (1713-1784) : Chaconne, extrait des Sonates pour violoncelle, Sonate IV, op. 2. Tarquinio Merula (1595-1665) : Canzonetta Spirituale sopra alla nanna Hor ch’è tempo di dormire. Anonyme : Allegro tonada el conejo a voz y Bajo para bailar cantando du Códice Martínez y Compañón ; Suite Indígena, Allegro Cachua du Códice Martínez y Compañón ; Para Las Chinas Locas du Códice Martínez y Compañón. Ensemble Los Temperamentos, direction : Néstor Fabián Cortés Garzón. 1 CD Arcantus. Enregistré à la St.-Pauli-Kirche (Bremen) en juillet 2019. Notice en allemand, français, anglais et espagnol. Durée : 82:20

 

Sous l’intitulé « Entre dos tiempos », l’ensemble de musique ancienne Los Temperamentos propose dans cet album un programme aux choix interprétatifs un peu trop lisses.

Que de difficultés pour comprendre la thématique de cette proposition discographique de l’ensemble de musique ancienne Los Temperamentos. Et ce ne sera pas la notice de ce disque qui nous facilitera la tâche ! Quand on connaît la direction artistique choisie par le violoncelliste , on serait plus enclin à s’imaginer une rencontre culturelle entre peuples colonisés et colonisateurs, affirmée à la fin de l’explication donnée par les artistes dans le livret. C’est ce que pourrait retracer la Suite Indígena, un regroupement par l’ensemble instrumental d’une vingtaine de compositions extraites du Codex Trujillo qui décrit la vie quotidienne des peuples du Pérou entre 1780 et 1790, notamment une danse du chimo de Martínez y Compañón venant des cultures pré-incas, ou encore deux cachuas mêlant langue castillane et celles des peuples autochtones à la gloire de l’Enfant Jésus et de la Nativité.

Mais avant d’arriver à cette idée, Los Temperamentos nous parle avant tout d’un voyage dans le temps, entre l’art de la musique de la Renaissance et celui de la musique Baroque. L’exemple de la Chaconne pourrait être révélateur de cette démarche, entre celle de (1713-1784) qui contraste soi-disant avec celle de (1686-1739). Mais comment mettre en lumière cette résonance, entre l’extravagance toute italienne du violoncelle du premier et le traverso typiquement français du second, lorsque les deux pièces sont si éloignées dans la programmation (piste 1 pour celle de et piste 15 pour celle de Canavas.). Et alors que l’ensemble est connu pour ses interprétations historiquement informées, aucune explication n’est donnée sur le choix du traverso et l’enrichissement des interventions de percussions pour la seconde Chaconne extraite d’une collection de Sonates pour flûte à bec (Sonate XII op. 2).

Cette disposition des pièces, ou peut-être même le choix de certaines, affaiblit ce « paradoxe » franco-italien tant annoncé par les protagonistes, « Entre dos Tiempos » étant également présenté comme un moment historique exprimé musicalement de façon très différente selon les divers endroits du monde qui l’évoque. Voilà encore une autre directive d’une thématique peu lisible. Cette « confrontation » ne se retrouve pas dans l’expressivité de l’interprétation, les instrumentistes déroulant une exécution assez lisse et conventionnelle, sans aspérités. Ce paradoxe n’est ainsi ni perceptible dans la Quatrième Sonate du troisième livre de (pistes 2-5) où le violoncelle se trouve le signe d’un nouveau langage, ni dans la Douzième Sonate académique pour violon de (pistes 8-12) où la brillante technique typique du violon italien se déploie ; ces pièces sont pourtant symptomatiques de cette contradiction selon la notice.

Le plus frustrant, et le plus étonnant est de ne pas trouver immédiatement quelques œuvres évoquées dans le texte de présentation : pour la pièce Cachua La Despedida et la pièce Tonada La Brujita, il faudra se référer à la programmation détaillée plutôt qu’à la pochette du disque, tout comme pour polo Margariteño, idem pour la tonada El conejo…

D’une opposition franco-italienne, il semble que l’on passe ensuite d’un « paradoxe » entre musique populaire et savante, tourné vers l’Espagne et l’Amérique latine. Mais l’écho entre Xácara de Juan Francés de Iribarren (1699-1767) et la Canzonetta Spirituale de Tarquinio Merula (1595-1665), souffre de nouveau d’une disposition inopportune : que de musique passée entre la piste 7 et la piste 16 pour que ce contraste puisse marquer l’auditeur.

(Visited 65 times, 1 visits today)

Plus de détails

Benedetto Marcello (1686-1739) : Ciaccona, extrait des Suonate a flauto solo op. 2. Jean-Baptiste Barrière (1707-1747) : Sonata IV, extrait des Sonates pour le Violoncelle, Livre III. Néstor Fabián Cortés Garzón (né en 1983) : Polo Margariteño para Amandita y la Aurora. Juan Francés de Iribarren (1699-1767) : Villancico Vaya de xácara. Francesco-Maria Veracini (1690-1768) : Sonata XII, extrait des Sonate accademiche op. 2. Santiago de Murcia (ca. 1685-?) : Passacaille pour la majeur, extraits des Passacailles et œuvres de guitare pour tous les tons naturels et accidentels. Jean-Baptiste Canavas (1713-1784) : Chaconne, extrait des Sonates pour violoncelle, Sonate IV, op. 2. Tarquinio Merula (1595-1665) : Canzonetta Spirituale sopra alla nanna Hor ch’è tempo di dormire. Anonyme : Allegro tonada el conejo a voz y Bajo para bailar cantando du Códice Martínez y Compañón ; Suite Indígena, Allegro Cachua du Códice Martínez y Compañón ; Para Las Chinas Locas du Códice Martínez y Compañón. Ensemble Los Temperamentos, direction : Néstor Fabián Cortés Garzón. 1 CD Arcantus. Enregistré à la St.-Pauli-Kirche (Bremen) en juillet 2019. Notice en allemand, français, anglais et espagnol. Durée : 82:20

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.