Audio, Musique symphonique, Parutions

Jonathan Berman entreprend de graver les symphonies de Franz Schmidt avec brio

Plus de détails

Franz Schmidt (1874-1939) : Symphonie n° 1. BBC National Orchestra of Wales, direction : Jonathan Berman. 1 album numérique Accentus Music. Enregistré au B.B.C. Hoddinott Hall de Cardiff, les 8 et 9 janvier 2020. Notice en anglais. Durée : 46:49

 

Les Clefs ResMusica

Le plus grand symphoniste viennois après, chronologiquement, Bruckner et Mahler, trouve peu à peu sa place dans le grand répertoire. Après plusieurs intégrales de haut vol, c’est le chef qui entreprend un «  project » avec son orchestre gallois de la BBC.

Le temps de la reconnaissance du génie de comme symphoniste serait-il enfin venu ? Longtemps cantonnées à une spécialité purement viennoise (mais avec quels chefs, Mitropoulos, Knapperstbusch, Leinsdorf !), ses symphonies et pages d’orchestre ont peu à peu bénéficié d’une discographie à la hauteur de leur puissante inspiration. Après l’intégrale pionnière de Ludomir Rajter sont venues les gravures de Luisi, Sinaisky, Jaarvi père et fils, sans oublier quelques disques isolés mémorables de la Symphonie n° 2 (Bychkov) et de la n° 4 (Mehta, Welser-Möst, Kreizberg, Petrenko). Et voici que le jeune chef britannique annonce à son tour une nouvelle intégrale « the Franz Schmidt project », toutefois limitée au support digital. Avec son orchestre de la BBC du Pays de Galles, il débute le cycle avec la juvénile Symphonie n° 1 de 1899, qui valut à son auteur le prix Beethoven (et du coup la rancœur de Mahler, mécontent qu’un musicien de son orchestre soit reconnu comme compositeur). Certes, cette page d’un musicien de vingt-cinq ans ne peut cacher les influences de Brahms, Bruckner (dans le choral du finale) et Strauss dans l’élan du premier mouvement. Mais la fraîcheur de son inspiration qui lui valut le surnom évocateur de « Wienerwald symphonie » et la richesse de son écriture devraient lui valoir une reconnaissance étendue. Ce nouvel enregistrement séduit par son énergie, son lyrisme sans entrave et chante généreusement, sans chercher des arrière-plans que cette œuvre heureuse ne recèle pas vraiment. La bonne surprise vient de l’orchestre gallois qui, s’il n’a pas les timbres sensuels des Wiener Philharmoniker (qui n’ont d’ailleurs pas gravé cette symphonie) se jette dans l’interprétation avec une fougue généreuse et enthousiaste. Il en résulte une lecture pleine de vie et d’élan d’une œuvre jeune et heureuse, et un enregistrement revigorant. On suivra avec intérêt Berman dans son parcours schmidtien, en espérant qu’il n’omettre pas les brillantes variations hussards, ni la grandiose chaconne.

Ce premier volet séduit par sa fraîcheur et son enthousiasme et laisse bien augurer du cycle à venir.

(Visited 375 times, 1 visits today)

Plus de détails

Franz Schmidt (1874-1939) : Symphonie n° 1. BBC National Orchestra of Wales, direction : Jonathan Berman. 1 album numérique Accentus Music. Enregistré au B.B.C. Hoddinott Hall de Cardiff, les 8 et 9 janvier 2020. Notice en anglais. Durée : 46:49

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.