Audio, Musique d'ensemble, Parutions

La Boston Camerata vous souhaite Nova gaudia pour Noël !

Plus de détails

Anonymes : Hodie Christus natus est ; Uterus hodie Virginis floruit ; Adest Sponsus ; Oiet virgines ; Nos virgines ; Amen dico ; Verbum Patris humanatur, O ! ; Judea et Jerusalem ; Dominus veniet ; Lux refulget ; Clara sonent organa ; Gedeonis area ; Flur de virginité, sur le chant d’Aélis ; Veine pleine de duçur ; Edi be thu hevene quene ; Angelus ad Virginem ; Dal ciel venne messo novello ; Nolite timere ; English dance ; Quem vidistis Pastores ? ; Sancta Mater graciae – Dou way, Robin ; Campanis cum cymbalis/ Honoremus Dominam ; Gregis pastor. Alfonso X de Castille (1221-1284) : Por nos Virgen madre. The Boston Camerata, direction : Anne Azéma. 1 CD Harmonia Mundi. Enregistré en juillet 2021 à l’église Saint Ignatius de Loyola à Boston. Notice en français et an anglais. Durée : 58:14

 

Les Clefs ResMusica

Aussi diverse que riche, l’inspiration musicale entre le XIIᵉ et le XIVᵉ siècle à l’Ouest de l’Europe met en exergue la grande qualité interprétative de cette formation réduite de la menée par .

C’est en faisant référence à leur album « Medieval Christmas » paru en 1975 sous la direction de leur précédent directeur Joel Cohen, qu’, directrice de la depuis 2008, justifie cette nouvelle version « repensée, augmentée, réévaluée » de ce programme musical de fin d’année. En vérité, The a souvent chanté Noël au disque, que ce soit avec « Noël, Noël » (1990, Erato), « Sing with Noël » (Warner, 1991), « Medieval Christmas » (Warner, 1991), « An american Christmas » (1993, Erato), « With joyful voice » (Warner, 1993), « Baroque Christmas » et « Renaissance Christmas (Warner, 2008), puis enfin « Worlds of early Christmas Music » (Erato, 2009).

Ce nouvel opus est largement imprégné des inspirations de sa directrice, les polyphonies aquitaines y prenant une large place, tout comme fut un temps la diversification du répertoire de l’ensemble par Joël Cohen avec l’interprétation de musiques anciennes américaines. Ici, Noël s’écrit au pluriel au regard de la provenance des œuvres interprétées (Aquitaine donc, mais aussi Angleterre et Italie), mais aussi en fonction des ambiances variées, de la figure médiévale du Christ multiple, et des thématiques abordées à travers les six parties de ce programme.

C’est sous une forme réduite de trois voix féminines et quelques instruments (harpe, vielle, cloches et instruments à vent), que la Boston Camerata propose une interprétation sensible et enthousiaste, émouvante toute autant qu’attachante, loin de tout académisme qui pourrait dénaturer les œuvres proposées, et freiner l’écoute de l’auditeur. Elle bénéficie d’une excellente captation réalisée au sein de l’église Saint Ignatius de Loyola à Boston, où les voix et les instruments se mêlent dans un équilibre idéal.

De la méditation à la lumière

« Hodie ! » (« Aujourd’hui ! ») retrace la source première et l’inspiration de ce qui va suivre, naturellement ecclésiastique et donc en latin avec « Hodie Christus natus est » et « Uterus hodie Virginis floruit ». Les quatre extraits de « Sponsus » matérialisent ce théâtre musical paraliturgique, une mise en scène autour du salut de l’âme où prennent la parole le Christ (« Amen dico »), les Vierges (Nos virgines) et l’ange Gabriel (« Oiet virgines »). La lumière (« Lux ! ») apparaît ensuite sous des traits virtuoses (« Lux refulget »), mettant en lumière l’influence ecclésiastique évoquée précédemment avec par exemple « Verbum Patris humanatur », une polyphonie d’Aquitaine construite à partir de ces nouveaux ajouts et commentaires.

La quatrième étape louant la Vierge Marie, intitulée « Flur de Virginité » est quelque peu étonnante au sein d’une programmation autour de la Nativité, mais elle permet de s’inscrire dans la même veine musicale influencée par les premières méditations d’église qui ont démarré cette écoute. Élégante ou populaire, l’appropriation de la figure maternelle en France ou en Angleterre entre le XIIᵉ et le XIIIᵉ siècle, permet d’apprécier l’interprétation vivante des interprètes, véhiculant l’émerveillement porté par le texte et la musique limpide.

« Nolite timere » (« N’ai pas peur ») traduit une sérénité spirituelle rassurante par sa simplicité comme pour « Dal ciel venne messo novello », par les voix a capella lumineuses comme pour « Nolite timere », ou encore par son atmosphère festive (« English Dance ») ou bien contemplative (« Quem vidistis Pastores ? »). Les liens spirituels se tissent enfin dans la dernière partie intitulée « Benedicat Domino » par des répétitions ou autres ornementations enlevées entre voix sacrées (la Vierge, son Fils et son Père dans « Por nos Virgen madre ») et populaires (les jeunes bergers dans « Gregis pastor »). L’ensemble est d’une grâce affirmée et d’une éloquence exacerbée pour enthousiasmer les heureux auditeurs de cette Ode à la Nativité bien singulière.

(Visited 390 times, 1 visits today)

Plus de détails

Anonymes : Hodie Christus natus est ; Uterus hodie Virginis floruit ; Adest Sponsus ; Oiet virgines ; Nos virgines ; Amen dico ; Verbum Patris humanatur, O ! ; Judea et Jerusalem ; Dominus veniet ; Lux refulget ; Clara sonent organa ; Gedeonis area ; Flur de virginité, sur le chant d’Aélis ; Veine pleine de duçur ; Edi be thu hevene quene ; Angelus ad Virginem ; Dal ciel venne messo novello ; Nolite timere ; English dance ; Quem vidistis Pastores ? ; Sancta Mater graciae – Dou way, Robin ; Campanis cum cymbalis/ Honoremus Dominam ; Gregis pastor. Alfonso X de Castille (1221-1284) : Por nos Virgen madre. The Boston Camerata, direction : Anne Azéma. 1 CD Harmonia Mundi. Enregistré en juillet 2021 à l’église Saint Ignatius de Loyola à Boston. Notice en français et an anglais. Durée : 58:14

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.