Parutions, Vidéo, Vidéo Musique

En trois dimensions, Didon et Énée de Purcell mis en scène par Deborah Warner

Plus de détails

Henry Purcell (1659-1695) : Dido and Aeneas, opéra en un prologue et trois actes Z.626, sur un livret de Nahum Tate. Mise en scène : Deborah Warner. Décors et costumes : Chloé Obolensky. Lumière : Jean Kalman. Avec : Malena Ernman, mezzo-soprano (Dido) ; Christopher Maltman, baryton (Aeneas) ; Judith van Wanroij, soprano (Belinda) ; Hilary Summers, mezzo (Sorceress) ; Lina Markeby, mezzo-soprano (Second Woman) ; Céline Ricci, soprano (First Witch) ; Ana Quintans, soprano (Second Witch) ; Marc Mauillon, baryton (Spirit) ; Damian Whiteley, basse (Sailor) ; Fiona Shaw, comédienne (Prologue) ; Les Arts Florissants, direction : William Christie. Réalisation : François Roussillon. 1 Blu-Ray Naxos. Filmé les 7 et 9 décembre 2008 à l’Opéra-Comique. Notice de 18 pages en anglais et en français. Durée : 66:00

 

Formidable mise en scène du chef d’œuvre de , défendu par des musiciens et des chanteurs tous très accomplis. On ne se lassera pas d’un spectacle original, qui s’inscrit dans un certain nombre de belles traditions.

Paru en 2009 sous le label FRA Musica issu de la politique de communication de l’Opéra-Comique, le spectacle mis en scène l’année précédente par est aujourd’hui proposé en DVD et Blu-ray par le label Naxos. Les circonstances de la création du petit bijou de Purcell, ouvrage supposément conçu pour un pensionnat de jeunes filles, sont évoquées par la présence sur le plateau de l’Opéra-Comique de jeunes fillettes en uniforme, mêlées à la fois aux choristes vêtus en habits de tous les jours, et aux personnages de l’histoire, habillés en tenue de l’époque de Purcell. On l’aura compris, le spectacle est conçu comme une pièce dans la pièce, mêlant allègrement trois niveaux de lecture : la tragédie de Didon à proprement parler, magistralement évoquée par des tableaux d’une beauté plastique enivrante, notamment pour la scène du suicide et de l’agonie de Didon, littéralement poignante ; le chœur qui assiste au drame et qui le commente, tout en s’immisçant parfois dans l’action ; les jeunes filles en uniforme qui s’instruisent, initiées à la fois à la magie de la construction d’un spectacle et à la complexité de la vie sexuelle et amoureuse du monde des adultes. Paradoxalement, cette triple construction donne à l’histoire de Didon et Enée une vérité bouleversante, renforcée encore par le prologue constitué de trois poèmes des écrivains Ted Hughes, T.S. Eliot et W.B. Yeats, déclamés par la comédienne Fiona Shaw.

La magie du spectacle est confortée par l’appui de la partie musicale. L’orchestre relativement fourni, sans doute bien plus qu’il ne l’était à la création, donne aux instrumentistes des Arts Florissants l’occasion de se départir des raideurs qui parfois caractérisent d’autres ensembles baroques. Compromis sans doute nécessité par la taille relativement importante de la salle Favart. Le chœur est lui aussi remarquable. Particulièrement homogène, la distribution réunie en 2008 contient les artistes qui allaient devenir les grandes vedettes du baroque d’aujourd’hui. On reconnaîtra ainsi le tout jeune dans le rôle très court de l’Esprit, et en sorcières plus chipies que créatures maléfiques, en Second Woman particulièrement bien chantante, et surtout , fraîche et accorte Belinda au timbre délicieusement acidulé. Chez les aînés, on notera la magicienne très drag-queen de , ainsi que l’Enée viril et sensuel de , très convaincant scéniquement et vocalement. La blonde prête sa belle voix de mezzo à la reine de Carthage, qu’elle chante et joue avec une justesse de ton et une sobriété qui forcent le respect. La scène de la mort, avec toutes les évocations picturales qu’elle suggère, comptera parmi les grands moments de ce spectacle particulièrement accompli, dont on se félicite qu’il ait pu être préservé pour les générations à venir.

(Visited 350 times, 1 visits today)

Plus de détails

Henry Purcell (1659-1695) : Dido and Aeneas, opéra en un prologue et trois actes Z.626, sur un livret de Nahum Tate. Mise en scène : Deborah Warner. Décors et costumes : Chloé Obolensky. Lumière : Jean Kalman. Avec : Malena Ernman, mezzo-soprano (Dido) ; Christopher Maltman, baryton (Aeneas) ; Judith van Wanroij, soprano (Belinda) ; Hilary Summers, mezzo (Sorceress) ; Lina Markeby, mezzo-soprano (Second Woman) ; Céline Ricci, soprano (First Witch) ; Ana Quintans, soprano (Second Witch) ; Marc Mauillon, baryton (Spirit) ; Damian Whiteley, basse (Sailor) ; Fiona Shaw, comédienne (Prologue) ; Les Arts Florissants, direction : William Christie. Réalisation : François Roussillon. 1 Blu-Ray Naxos. Filmé les 7 et 9 décembre 2008 à l’Opéra-Comique. Notice de 18 pages en anglais et en français. Durée : 66:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.