Mot-clef : Dossier Suzanne Giraud

Suzanne Giraud

Rencontre avec Suzanne Giraud à l’occasion de la création d’Envoûtements VI

La création mondiale d’Envoûtements VI pour six percussionnistes, le cri du lion de Suzanne Giraud par les Percussions de Strasbourg est donnée à Strasbourg le 8 octobre 2003 dans le cadre du Festival Musica. Rien de plus sérieux et profond que l’humour. Les saltimbanques le savent, et Suzanne Giraud connaît fort bien ce sentiment qui hante les zones les plus mystérieuses de l’être humain. Elle le sait davantage encore depuis qu’elle ...
Hommage à l’art de l’écoute de l’humaniste musicien Pablo Casals

Rencontre avec Suzanne Giraud à l’occasion de la création des Duos pour Prades pour clarinette et violoncelle

Deux mois et demi après la création du cycle de mélodies Le bel été pour baryton et piano le 23 mai, et neuf semaines avant celle d’Envoûtements VI pour six percussionnistes le 8 octobre, Suzanne Giraud propose le 5 août, dans le cadre du Festival de Prades, la première mondiale de ses Duos pour Prades pour clarinette et violoncelle. Duos de couleurs veloutées Cette deuxième œuvre nouvelle de l’année 2003 a été ...
Suzanne Giraud

Le bel été de Suzanne Giraud

Le bel été est crée Péniche Opéra (Péniche Adélaïde) le 23 mai 2003 à 20H30 par Mathieu Lécroart (baryton) et Emmanuel Olivier (piano), avec la participation du peintre Philippe Cleach. Le sonnet Le bel été d’Yves Bonnefoy a inspiré à Suzanne Giraud son premier cycle de mélodies pour voix et piano*. Si, pour cette compositrice éprise de littérature et qui hésita un moment entre musique et littérature, la poésie est une ...
suzanne_crier_horizon

Suzanne Giraud, à propos de Crier vers l’Horizon

Dans le cadre de la saison 2001-2002 de l’Orchestre National de Montpellier, Suzanne Giraud a accordé à ResMusica un entretien sur son Concerto pour basson et orchestre Crier vers l’horizon, interprété à l’Opéra-Berlioz de Montpellier par Magali Cazal (basson) et la Philharmonie de Chambre de l’Orchestre National de Montpellier dirigée par Friedemann Layer. « J’ai souhaité travailler dans une expression à l’opposé du grotesque, c’est-à-dire en insistant sur l’aspect mélancolique de ...