Mot-clef : Michaela Kaune

Wernicke-couv

À Bastille, le Chevalier à la Rose sans une ride

Pour ce Chevalier à la Rose, la mise en scène de Wernicke, présentée pour la première fois à Salzbourg en 1995, et peu après à Paris, fait son retour à ...
walkyrie grand theatre geneve

Le nouveau Ring de Genève : le suspense reste entier

Mars 2013 : Le Grand Théâtre de Genève initie une nouvelle production de la Tétralogie de Wagner confiée à l’Allemand Dieter Dorn. Jacques Schmitt a déjà loué dans nos pages un ...
Schönberg, Erwartung, par Jean-Louis Fernandez

Festival Justice-Injustice à l’Opéra de Lyon

Comme de nombreuses institutions du service public de la culture, l’Opéra de Lyon organise un festival annuel en son sein. En interne, cette initiative trouble la routine de la stagione ...
Capriccio (Saison 2003/2004)

Un Capriccio prêt à entrer dans la légende à l’Opéra de Paris

Certes ce Capriccio est une reprise d’une production créée en 2004, mais on ne s’en plaindra pas tant ce spectacle exemplaire d’intelligence, de subtilité, d’animation, de caractérisation des personnages, fait ...
Coup d’essai, coup de maître(s) ?

Katharina Wagner à Bayreuth, coup d’essai, coup de maître(s) ?

Festival de Bayreuth 2008 Montée en 2007 cette production des Maîtres chanteurs caractérisait les débuts de la jeune Katharina Wagner en tant que scénographe au festival de Bayreuth dirigé (jusqu’à cette ...
Don Giovanni, l’envie d’être ailleurs

Salzburger Festspiele 2006 : Don Giovanni, l’envie d’être ailleurs

Première ce soir de la reprise de la production 2002 de Don Giovanni, qui révéla à l’époque au public international Anna Netrebko, et échec assez cuisant pour un spectacle ...
Wagner par la face mythique

Das Rheingold à Amsterdam : Wagner par la face mythique

Régulièrement monté depuis 1998, le Ring de Pierre Audi, metteur en scène et directeur du Nederlandse Opera, s’est imposé comme une valeur sûre des cycles intégraux récents. Le parti pris ...
michaela_kaune-250x6631

Eschenbach et Michaela Kaune grimpent au ciel

La Quatrième Symphonie de Gustav Mahler (1860-1911) était pour le compositeur un « tableau primitif sur fond d’or », qui tranchait avec l’ambition philosophique et les dimensions de ses deux immenses symphonies ...