Archives de l’auteur : Jean-Luc Clairet

GT2

Guillaume Tell en vo et en cinémascope aux Chorégies d’Orange

L’excellente initiative de monter à Orange, et dans sa version originale en français, le chant du cygne lyrique de Rossini achoppe sur une réalisation scénique bien en-deçà de la force d’une œuvre animée d’un puissant souffle musical autant que politique. Guillaume Tell est des opéras les plus mésestimés de Rossini. L’auditeur alléché par le célébrissime galop qui conclut son ouverture découvre ensuite, généralement avec effarement, un ample mélodrame de presque quatre heures, ...
Screenshot_20190716_073438

Charlotte Nessi, l’opéra pour tous

Au cœur de la Franche-Comté, Charlotte Nessi a fondé en 1982 l’Ensemble Justiniana. Elle est également, depuis 2009, à Vesoul, la directrice du Théâtre Edwige Feuillère. ResMusica a eu envie de se pencher sur un parcours singulier qui, depuis bientôt 40 ans, montre l’opéra à tous. « J’ai toujours fait des spectacles pour ne pas vivre le réel, pour vivre la vie que j’avais imaginée. » ResMusica : « L’opéra pour tous. »  Aujourd’hui tout le monde est ...
REQUIEM   de Mozart,  mise en scene de Romeo Castellucci,  direction musicale Raphael Pichon, , au Theatre de l'archeveche du 3 au 19 juillet 2019 dans le cadre du Festival International d'art lyrique d'Aix en provence avec l'orchestre Pygmalion.
Avec Soliste: Siobhan Stagg, Sara Mingardo, Martin Mitterrutzner, Luca Tittoto, Chadi Lazreq, Elias Pariente..
Avec Danseurs: Amr Karkout, Hiroki Nunogaki, Igor Prandi,  Eliot Bussinet, Benedetta Clmadamore, Marie-Estelle De Fougerolles, Ana Isabel Gomez Torres, Hinako Maetani, Agathe Peluso, Michelle Salvatore, Simone Gatti, Filippo Nannucci.
 (photo by Pascal Victor/ArtComPress)

Romeo Castellucci et Raphaël Pichon à Aix : le Requiem d’une vie

Surprenant sur le papier, le projet de mettre en scène le Requiem de Mozart inaugure spectaculairement la première édition de Pierre Audi à la tête du Festival. Camera oscura. Une vieille femme engloutie dans son lit tandis que résonne l'a capella d’un grégorien. La Meistermusik K477B (future Musique funèbre maçonnique) avec chœur d’hommes s’élève dans la chambre noire pendant que l’on découvre la provenance de cette musique d’outre-tombe : le Chœur Pygmalion ...
TO

Tosca à Aix : le crépuscule d’une idole

La Tosca de Christophe Honoré est un cadeau pour les fous d’opéras qui commençaient à se lasser du triptyque touristique Sant’Andrea della Valle/Palais Farnèse/Château Saint-Ange.  Christophe Honoré, qui se définit souvent comme quelqu’un devant travailler à partir de son inexpérience du monde lyrique, fait, en vieux briscard, le choix d’une Tosca qui condense toute l’histoire de l’œuvre. La Tosca est une idole. Les Tosca les plus illustres sont devenues à leur tour ...
Lea Desandre et Thomas Dunford : amours, délices et théorbe à Aix

Lea Desandre et Thomas Dunford : amours, délices et théorbe à Aix

Entente cordiale entre le mezzo gracieux de Lea Desandre et le théorbe malicieux de Thomas Dunford, le temps suspendu d’une étouffante soirée d’été dans la cour de l’Hôtel Maynier d’Oppède. Elle arrive presque en courant. Une longue jupe d’un soyeux vert émeraude surmontée d’un petit haut couleur paille. La grâce incarnée. Lui suit, naturel et mutin. Lorsqu’ils entonnent avec humour le tube de Lambert Ma bergère est fidèle (elle, appuyant le ...
11-Saul Leonardo Garcia Alarcon 290

Un Saül enivrant par Leonardo García Alarcón à Beaune 

L’immense Saül de Haendel est encore une révélation pour beaucoup. L’interprétation généreuse et ébouriffante de Leonardo García Alarcón arrive au Festival de Beaune après celui de Namur. Considéré comme le premier oratorio d’un compositeur qui n’écrira presque plus d’opéras, Saül a été créé en 1739 par un Haendel dépité de la tiédeur de l’accueil d’Ariodante et Alcina (deux de ses opéras les plus aimés aujourd’hui). Mais Saül, partition de la plus haute inspiration, parée ...
BB1

Laurent Pelly à Lyon : mais qui est Barbe-Bleue ?

L’Opéra de Lyon rit jaune avec le Barbe-Bleue d’Offenbach en confiant à Laurent Pelly le soin de questionner l’identité contemporaine du sire le plus triste des contes de notre enfance. Une question sans réponse ? Barbe-Bleue (entre Gilles de Rais et Henry VIII) et son avatar féminin la Comtesse Báthory : on voit très bien ce que furent ces tueurs en série de l’Histoire. En revanche, de nos jours, au-delà des mésaventures d’un ...
LCO

Denis Podalydès emmène le Comte Ory au théâtre ce soir

Le Comte Ory est un faux cadeau pour un metteur en scène. La mise en scène créée à l’hiver 2017 à l’Opéra Comique fait, en DVD, les frais du manque d’ambition de son traitement au premier degré. La gent féminine de tout un village en chaleur autour d’un Don Giovanni de basse-cour en rut au temps des Croisades : voilà, entre érotisme et humour, un scénario d’opéra bien périlleux. "C'est une étrange ...
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tetraktys invite Hisaishi à la campagne

L'ensemble Tetraktys délaisse les classiques le temps d’une journée consacrée à Vincent-Raphaël Carinola et à Joe Hisaishi. L'été venu, Tetraktys a la manie de se délocaliser dans la fraîcheur ombragée de quelques villages reculés de la Comté, principalement le Prieuré de Marast, dont l’ensemble a fait son QG, conviant le mélomane au voyage sur les routes aux senteurs de fenaison et dans les arcanes du patrimoine musical de la musique de ...
Simon Boccanegra 14 OONM@Marc Ginot

David Hermann met en « cène » Simon Boccanegra à Montpellier

On n’en finit pas de découvrir les richesses de Simon Boccanegra. À l’Opéra Berlioz, la mise en scène de David Hermann, la direction de Michael Schønwandt, la distribution : tout concourt à la reconnaissance de cet opéra auquel le compositeur tenait tant. Simon Boccanegra, est La Clémence de Titus de Verdi. Monté de plus en plus fréquemment, on considère même aujourd’hui que, créé sans succès en 1857, juste après Le Trouvère, et ...
L1170540

Koma à Dijon, apprivoiser le néant

L'Opéra de Dijon conclut en beauté son audacieuse saison lyrique avec la création française de Koma. Une immersion sensorielle totale, de bout en bout saisissante. Georg Friedrich Haas, compositeur autrichien né en 1953, a subi toutes les immersions de son temps : l’électroacoustique avec Gösta Neuwirth, l’enseignement de Friedrich Cerha, les cours d’été de Darmsatdt, les stages de l’Ircam, avant le grand plongeon dans la musique spectrale de Gérard Grisey et Tristan ...
_DSC4257_

Carmen à Saint-Étienne : le choc Druet/Laconi

On venait pour Carmen. On a eu aussi Don José. Isabelle Druet et Florian Laconi ont enflammé le Grand Théâtre Massenet. Par bonheur, la mise en scène de Nicola Berloffa avait elle aussi son mot à dire. Une Didon, un Orphée, une Grande Duchesse : en amont de sa prise du rôle de Cassandre de la Prise de Troie au prochain festival Berlioz, les occasions ont été encore trop rares de découvrir ...
MB4

Du tourisme sexuel : Butterfly à Bâle

Le metteur en scène Vasily Barkhatov déleste avec brio le chef-d’œuvre de Puccini de tous les clichés et offre à Madame Butterfly un passeport universel. Il est des opéras (Contes d’Hoffmann, Indes Galantes, Carmen...) dont on ne sait jamais quelle mouture l’on va entendre. Madama Butterfly a en général droit à la seconde version établie par Puccini quelques mois après le désastre de la création du 17 février 1904. Pour Bâle, Antonello Allemandi ...
DA15

Bâle : Didone abbandonata par Lotte de Beer

Lotte de Beer, à qui on doit un saisissant Mosè in Egitto à Cologne, bouleverse les habitudes du mélomane en plaçant l’opéra de Jommelli dans un espace où scène et salle ne font qu’un. Avantage ou inconvénient ? À la découverte de cette très belle partition (de longs airs da capo, un duo, un trio, pas de chœurs), on saisit vite que Didone abbandonata n’est pas un coup d’essai pour Niccolò Jommelli. ...
CA1

Carmen virtuelle à Dijon, un intéressant concept au forceps

Et un avatar de plus pour Carmen ! Menée par la troublante incarnation d’Antoinette Dennefeld dans le rôle-titre, l’audacieuse proposition de Florentine Klepper ne séduit pas que sur le papier. Après l’ingénieuse Carmen de Tcherniakov, l’exceptionnelle Carmen de Barrie Kosky, on questionnait le destin scénique de l’héroïne préférée des lyricomanes du monde entier. A Montpellier, Ari Karapetian en avait fait en 2018 la reine d’une planète lointaine mais, au-delà d’une remarquable scénographie, ...
Metz : Les Parapluies de Cherbourg à l’Opéra

Metz : Les Parapluies de Cherbourg à l’Opéra

Coproduit avec le Palais des Beaux-Arts de Charleroi, l’Opéra de Reims et la Compagnie Ars Lyrica, l’opéra cinématographique du tandem Demy/Legrand donné à Metz est une réussite musicale et enfin scénique. C’est à Michel Legrand que l’on doit ce chef-d’œuvre entièrement « en-chanté » que sont Les Parapluies de Cherbourg, film promis au départ à un destin des plus traditionnels. Legrand, ayant senti la dimension profondément musicale des dialogues de Jacques Demy, poussa ...
glass phil

L’intégrale des Études de Philip Glass à la Philharmonie de Paris

Deux soirées à guichets fermés depuis des mois dans la Grande salle Pierre Boulez. Un unique Steinway pour dix pianistes, dont le compositeur en personne. Les vingt Études de Philip Glass, un voyage hautement recommandable.  Les Études de Philip Glass font figure de classique instantané dès la parution, en 2014, de la splendide intégrale de Maki Namekawa chez OMM. Horvath, Gorižek, van Veen, Batagov, Whitwell, Lin permettent aujourd’hui le dénombrement de ...
OONM Britten Le Songe 1 ©Marc Ginot (2)

Le Songe d’une grise nuit d’été à Montpellier

On se précipite à l’Opéra Comédie pour cette nouvelle version, coproduite avec le Deutsche Oper, du trop rare opéra de Benjamin Britten. Si l’oreille goûte un versant musical des plus soignés, l’œil se lasse très vite de l’imagination limitée de Ted Huffman. Le Songe d’une nuit d’été est, à tous les sens du terme un opéra merveilleux. Ce chef-d’œuvre bénéficie, comme tous les opéras du grand compositeur anglais, d’un excellent livret, ...
Journal.Y.Petit (5)

Didier Lockwood, Charlotte Nessi et la modernité de Perec

En ouverture de la dixième édition de Mois Voix d’enfants/Espace scénique, Charlotte Nessi reprend Journal d’un usager de l’espace, la commande qu’en 1999 son Ensemble Justiniana et l’Opéra national de Paris avaient passée au célèbre jazzman. Jalon important de l’imposante production de l’Ensemble Justiniana (la Compagnie nationale de théâtre lyrique et musical voit approcher sa quarantième année d’existence), ce petit opéra, composé sur le texte « sans une ride » de Georges Perec ...
81ffXgbt5ZL

La musique au cinéma, la presque-somme de Michel Chion

Fayard réédite dans une version « refondue » et « complétée », la somme que Michel Chion avait consacrée en 1995 à l’art spécifique (le onzième ?) de la musique de film. L’invraisemblable allégation « une bonne musique de film est une musique qui ne se remarque pas » semble avoir vécu. Les amoureux d’un genre enfin reconnu (bien qu’il fût compagnon de route de la première heure du 7e art) embarqueront avec délices dans le voyage ...
MC 93 Bobigny 2018-19
"la Chauve-Souris" Johann Strauss
livret Karl Haffner

Direction musicale Fayçal Karoui
mise en scène Célie pauthe
 
Scénographie Guillaume Delaveau
Costumes Anaïs Romand
Lumière Sébastien Michaud
Chorégraphie Rodolphe Fouillot


Angélique Boudeville — Adriana Gonzalez
Sarah Shine — Liubov Medvedeva 
Jeanne Ireland — Farrah El Dibany 
Maciej Kwasnikowski — Jean-François Marras 
Piotr Kumon — Timothée Varon 
Alexander York — Danylo Matviienko 
Tiago Matos, Nelly Toffon, Charlie Guillemin, et Gilles Ostrowsky

La Chauve-souris par Célie Pauthe : Eros chez Thanatos

Pari réussi pour les débuts lyriques de Célie Pauthe. La metteuse en scène de théâtre déleste de sa trop coutumière frivolité la célèbre opérette de Johann Strauss en redonnant vie aux artistes qui, à Terezín, en 1944, jouèrent en plein enfer cette ode à l'existence. Coproduite par l’Académie de l’Opéra national de Paris et la MC93 Bobigny, voici La Chauve-souris à Besançon. L'oeuvre ressuscite la mélancolie euphorique d’un monde qui allait disparaître. Dès son ...
Arthur-Schoonderwoerd-©-JDubois

Brahms à Besançon : quatre symphonies, quatre mains

Folle journée à Besançon : les pianistes Arthur Schoonderwoerd et Jérôme Granjon font entendre dans l’intimité d’un hôtel particulier les quatre symphonies de Brahms dans une version à quatre mains établie par le compositeur lui-même. Rare et convaincant. Difficile de résister à l’invitation du pianofortiste Arthur Schoonderwoerd (Directeur musical de l’Ensemble Cristofori, fondateur du Festival de Musiques anciennes de Besançon-Montfaucon), d’entendre dans l’ordre chronologique et dans une quasi-foulée l’inépuisable corpus : deux symphonies le ...
L’esprit souffle sur Les Boréades à Dijon

L’esprit souffle sur Les Boréades à Dijon

Les Boréades était probablement, avec Les Troyens, un des deux spectacles les plus attendus de l'année. Le résultat, servi sur un plateau musical de très haut vol, comble l’impatience au-delà des espérances. Quel chemin parcouru depuis les poudreuses Indes galantes que Pizzi mit en scène en 1983 dans la Cité des Ducs de Bourgogne ! C’est Dijon qui, avant le DVD de Saul pour Glyndebourne, et de géniaux Meistersinger pour Bayreuth, a ...
EUGEN ONEGIN
Oper von Pjotr Iljitsch Tschaikowski
Lyrische Szenen nach dem Versroman von Alexander Puschkin
in Russischer Spreche mit deutschen Übertiteln
Premiere am 28.09.2018 am Theater Freiburg, grosses Haus

Produktionsteam:
Regie Peter Carp 
Bühne Kaspar Zwimpfer 
Kostüme Gabriele Rupprecht 
Choreografie Graham Smith 
Licht Stefan Meik 
Chordirektor Norbert Kleinschmidt 
Dramaturgie Tatjana Beyer 

Mit 
Michael Borth (Onegin)
Satik Tumyan (Larina)
Roberto Gionfriddo (Triquet)
Jin Seok Lee (Gremin)
Joshua Kohl (Lenski)
John Carpenter (Saretzky)
Jongsoo Yang (Hauptmann)
Solen Mainguené (Tatjana)
Inga Schäfer (Olga)
Anja Jung (Filipjewna)
Yeonjo Choi (Vorsänger)
Statisterie des Theater Freiburg
Opernchor des Theater Freiburg
Extrachor des Theater Freiburg
Philharmonisches Orchester Freiburg

Un captivant Eugène Onéguine à Fribourg-en-Brisgau

Metteur en scène et intendant dans différents théâtre allemands, Peter Carp occupe depuis 2017 le poste de Directeur général du Stadttheater de Fribourg-en-Brisgau. Après des Contes d’Hoffmann en 2008 pour Lucerne, cet Eugène Onéguine est sa deuxième mise en scène lyrique. Eugène Onéguine est un des dix plus beaux opéras du monde. D’une feinte humilité, ces Scènes lyriques en 3 actes (et 7 tableaux !) utilisent les moyens considérables du genre : ...
DSC_7902

Le Rake’s Progress de Stravinsky fait carrière à Nice

L’unique opéra de Stravinsky poursuit sa carrière scénique avec cette production qui, sans égaler les récentes réussites de Simon McBurney à Aix et de Lydia Steier à Bâle, affiche une belle séduction. Jean de Pange vient du théâtre où il a tout fait : acteur, auteur, metteur en scène, directeur artistique de sa compagnie Astrov. Pas du tout intimidé par l’opéra (il a déjà monté Pelléas, Fairy Queen et même une création ...
D

Un étouffant Dalibor à Francfort

Où peut-on entendre Dalibor ? À Francfort. Pour le voir il faudra attendre, la mise en scène réductrice de Florentine Klepper donnant envie d’appréhender plus avant la densité émotionnelle de ce bel opéra aux multiples visages. La création de Dalibor, lors de l’ouverture du Théâtre national de Prague le 16 mai 1868, après deux années d’enfantement, était très attendue par un public qui s’attendait à une seconde Fiancée vendue. Érigé par Smetana ...
LBFK

Vie de Bohème pour tous à Francfort

L’Opéra de Francfort ne se contente pas de monter régulièrement des productions majeures. Il apprend l'opéra à son public de demain, ainsi qu'en témoigne le sans-faute de cette Bohème réécrite par Deborah Einspieler et mise en scène par Benjamin Cortez. Sise en pleine lumière du jour dans le Holzfoyer, là où, une demi-heure avant chaque représentation, le public de l’Opernhaus peut bénéficier d’une présentation passionnée de l’œuvre qu’il est venu écouter, ...
C2

L’exceptionnelle Carmen de Barrie Kosky à Francfort

La Carmen imaginée en 2016 par le metteur en scène australien est une production irrésistible. Confirmation avec cette seconde reprise accueillie triomphalement. Tcherniakov avait fait très fort à Aix. Le seul défaut de sa Carmen était son impuissance à convaincre tout un chacun : les uns étaient en larmes tandis que les autres pointaient le détournement du chef-d’œuvre. Tout aussi radical, Kosky rallie tout le monde, celui qui est capable de chanter tous ...
La Force du destin par Tobias Kratzer à Francfort : ultra-politique et ultra-crédible

La Force du destin par Tobias Kratzer à Francfort : ultra-politique et ultra-crédible

Epaulé par trois voix immenses, Tobias Kratzer fait du problématique opéra de Verdi un feuilleton haletant, revisitant sur un siècle et demi l’Histoire d’une grande puissance bien connue et notamment son rapport avec les noirs. « Étranger… mûlatre… bâtard… indien… origine ignoble... » Ses allusions racistes. Ses longues scènes militaires (dont un éloge de la guerre plus qu’appuyé). Ses sauts dans le temps (plusieurs années séparent certains tableaux). Cela suffit au jeune ...
Cecilia Bartoli dans Ariodante à Monaco : audacieuses métamorphoses

Cecilia Bartoli dans Ariodante à Monaco : audacieuses métamorphoses

Cette production du Festival de Salzbourg fait évoluer une distribution de luxe sous le regard acéré de Christof Loy, dont la mise en scène vise un ambitieux propos sur l’identité des chanteurs du répertoire baroque. Avec Cecilia Bartoli, il semble bien loin le temps où l’on était peu regardant d’une affiche vite composée autour d’une diva ombrageuse, soucieuse que, justement, l’on ne lui fît pas trop d’ombre. On connaît l’anecdote célèbre de ...