Mot-clef : Morton Gould

Les Étés de la danse rendent hommage à Jerome Robbins

Les Étés de la danse rendent hommage à Jerome Robbins

Pour le centenaire de la naissance de Jerome Robbins, Les Étés de la danse rendent hommage au chorégraphe en invitant la fine fleur des compagnies américaines autour de deux programmes exceptionnels. Le premier réunit le New York City Ballet et le Joffrey Ballet pour interpréter Dances at a Gathering, Interplay, le solo A Suite of Dances et Glass Pieces. Jerome Robbins (1918-1998), dauphin de George Balanchine à qui il succède ...
06__A10301A0002982377T

Eugene Ormandy et Morton Gould piliers de la RCA

Deux publications RCA font honneur à deux grands musiciens un temps piliers du célèbre label américain : Eugene Ormandy (1899-1985) et Morton Gould (1913-1996). Tous deux furent d’ailleurs également artistes CBS, et leur appartenance à l’une ou l’autre étiquette à divers moments de leur carrière prouve à suffisance leur notoriété, internationale pour Eugene Ormandy, plus cantonnée - à tort ! - aux États-Unis en ce qui concerne Morton Gould. Aux côtés ...
Danses Grosvenor

Benjamin Grosvenor fait danser le piano

Pour son deuxième disque solo chez le label Decca, le jeune pianiste britannique nous invite à un voyage à une diversité musicale sous le thème de la danse. Après la réussite de son premier album Rhapsody in blue (Clef ResMusica) Benjamin Grosvenor frappe encore. En reprenant le concept de Ferruccio Busoni pour son élève Egon Petri, incluant des compositions originales et des transcriptions, il présente des danses sous différents aspects, stylistiques ...
6740_anne-deniau-1840

Deux beaux portraits de femme au répertoire de Garnier

Le répertoire de ballet de l’Opéra de Paris s’enrichit des œuvres de deux femmes, chorégraphes pionnières dans les années 50, traduisant chacune à sa façon le « roman national ». Rapports de classe ou violences familiales, chacune raconte deux destins tragiques, deux beaux portraits de femme à la narration un peu datée. Agnès De Mille, comme l’écrivain Truman Capote avec « De Sang Froid », s’empare en 1948 d’un fait divers ...