tous les dossiers(1)

American Classics… vraiment incontournables

À emporter, CD, Musique symphonique

Georges Delerue (1925-1992) : La Nuit américaine. Aaron Copland (1900-1990) : Quiet City pour trompette, clarinette, saxophone, piano ; Quiet City pour trompette, cor anglais et cordes ; Concerto pour clarinette et cordes, avec harpe et piano. Samuel Barber (1910-1981) : Adagio pour cordes. Leonard Bernstein (1918-1990) : Sonate pour clarinette ; Rondo for Lifey ; Prelude, Fugue and Riffs pour saxophone soprano et ensemble de jazz. Charles Ives (1874-1954) : Unanswered Question pour trompette et cordes, avec hautbois et flûtes. Eric Aubier, trompette ; Philippe Berrod, clarinette ; Nicolas Prost, saxophone ; Laurent Wagschal, piano ; Philippe Cuper, clarinette, Orchestre symphonique de Bretagne, direction : Claude Schnitzler ; Orchestre à cordes de la Garde républicaine, direction : Sébastien Billard ; Angéline Pondepeyre, piano ; Paris Light Band, direction : Fabrice Colas. 1 CD Indesens. Enregistrements réalisés entre 1992 et 2015. Durée : 74’28.

 

american classicsAmerican Classics, voici un thème très inspirant !

Et cela commence au mieux avec cinq compositeurs choisis pour des partitions justement considérées comme classiques. Disons d’emblée que ces enregistrements méritent de figurer en première ligne dans toute CD-thèque un tant soit peu curieuse et éclectique. , né Français mais Américain d’adoption, est représenté par La Nuit américaine, avec son splendide thème retenu mais marquant pour l’auditeur qui l’a sûrement entendu un jour ou l’autre. Le festival continue avec Quiet City d’ dans deux versions différentes mais proches et parfaitement exécutées. Le jeu du trompettiste s’avère épatant et véridique. Son collègue explose et nous impressionne par sa prestation dans l’incontournable et américano-jazzy Concerto pour clarinette et cordes, avec harpe et piano du même Copland. Tout le monde a entendu l’universel Adagio pour cordes de parfaitement rendu par l’Orchestre à cordes de la Garde républicaine conduit par . Moins répandus et moins lyriques, la Sonate pour clarinette et piano, Rondo pour Lifey et le pétillant Prelude, Fugue et Riffs pour saxophone soprano et formation de jazz de , exposent différentes facettes du fougueux musicien. Là encore, les instrumentistes témoignent à merveille de l’intérêt de ces pièces. L’énigmatique Unanswered Question pour trompette et cordes, avec hautbois et flûtes de , doyen respecté du milieu musical des États-Unis, achève ce disque sur une interrogation sans réponse mais fortement et durablement saisissante.

On l’a évoqué, tous les acteurs de ces gravures ne méritent que des éloges pour leur jeu franc et sans affectation ni outrance. Leurs timbres mémorables, leur respect des partitions et l’engagement massif en faveur de ces ouvrages résonnent fortement dans nos consciences. La notice propose sous forme synthétique de nombreux éléments complémentaires. Un sans-faute !

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.