Bagatelle2017_Resmusica_728x90px_web

Improbable récital Schubert avec Natalie Dessay

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Franz Schubert (1797-1828) : 16 Lieder. Natalie Dessay, soprano ; Philippe Cassard, piano ; Thomas Savy, clarinette. 1 CD Sony Classical. Durée : 65’57.

 

DessayNotre grande colorature française se fourvoie dans un répertoire qui ne lui convient guère. À quand le prochain rendez-vous pour de nouvelles aventures musicales ?

Après avoir renoncé aux planches d’opéra qui ont fait sa réputation, après s’être essayée au cinéma, au théâtre, à la radio, au jazz, à la chanson française, à la comédie musicale, à la narration etc., se découvre aujourd’hui une âme schubertienne. En résulte ce décevant album, qui affiche le pire outrage dont on pourrait affubler le compositeur autrichien : l’artifice et l’excès de sophistication, là où il y a besoin d’évidence et de simplicité. Défaut qu’on a parfois reproché à des grandes chanteuses du passé, Schwarzkopf en tête, qui elles, au moins, avaient une ligne vocale…

Ici, l’usure des moyens transparaît dès le premier numéro avec ce chant anémié qui confère à Dessay des sonorités de petite fille ; elle devient criante dès Du bist die Ruh, où les tentatives de crescendo se transforment en un vibrato intempestif, inadmissible dans une page qui a été marquée par les plus grandes chanteuses. Tout dans le CD n’est pas déshonorant, et l’on peut rester sensible aux qualités de diction de Dessay. Ses Erlkönig et Gretchen am Spinnrade ne manquent pas de théâtralité, mais que peuvent-ils apporter dans une si riche discographie ? Si l’on est admiratif du piano de , qui confère au disque une certaine tenue musicale, on trouvera la clarinette de totalement hors de propos. Bref, un CD qui n’apportera pas grand-chose aux amoureux de Schubert et qui sans doute décevra les admirateurs de Dessay. Pour inconditionnels, uniquement.

Mots-clefs de cet article
  • Martin Antoine

    Il est dur pour un artiste d’arreter : la voix ou certains instruments type violon subissent mal les outrages du temps à contrario du piano . On se rappelle par ex des derniers enregistrements d’un Isaac Stern ou de Barbara Hendricks .
    A contrario un Arrau a su conserver jusqu’au bout une grande partie de sa magie …

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.