La bouleversante Giunia de Patricia Petibon enfin en DVD

À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Lucio Silla, dramma per musica en trois actes sur un livret de Giovanni De Gamerra. Avec : Kurt Streit, Lucio Silla ; Patricia Petibon, Giunia ; Silvia Tro Santafé, Cecilio ; Inga Kalna, Lucio Cinna ; Maria José Moreno, Celia ; Kenneth Tarver, Aufidio. Chœur du Teatro Real de Madrid (chef de chœur : Andrés Máspero), Orchestre du Teatro Real de Madird, direction : Ivor Bolton. 2 DVD Bel Air Classiques BAC150. Code-barre : 3760115301504. Enregistré à Madrid en septembre 2017. Livret en anglais, français, espagnol et allemand. Sous-titres en en anglais, français, espagnol, allemand, italien, japonais et coréen. Durée : 3 heures

 

Les Clefs Resmusica

3760115301504Douze ans après ses débuts dans le rôle, le DVD immortalise enfin la bouleversante Giunia de .

Ce fut en 2005 à Vienne. Nikolaus Harnoncourt était au pupitre, et nous faisait découvrir un Lucio Silla loin des fastes historiques souvent associés au genre de l’opera seria. Dans le rôle écrasant de Giunia, fit des débuts des plus remarqués, encensés à la fois par le public et la critique. Douze ans plus tard, en septembre 2017, la production est reprise au Teatro Real de Madrid. Les décors – une sorte d’asile dégradé où Silla, atteint du syndrome borderline, règne sous les yeux vigilants du médecin sadiste Aufidio – sont toujours aussi laids, et le concept manque toujours de cohérence. La direction d’acteur, en revanche, recréée pour l’occasion par Tine Buyse, s’avère toujours des plus pertinentes : point de temps mort, même pendant les airs les plus longs, mais un jeu d’une fascinante expressivité magnifiquement mis en valeur par la réalisation de Jérémie Cuvillier.

Quant à la distribution, il n’y a qu’un maillon faible : interprétant le rôle-titre. S’il soigne scrupuleusement ses récitatifs, les airs trahissent l’usure des moyens avec quelques incursions dans l’aigu franchement pénibles. , par contre, triomphe sans peine des difficultés de l’unique air d’Aufidio. Côté femmes, , au soprano légèrement pointu, campe une Celia juvénile, traduisant à merveille la naïveté de la jeune femme. , voix plus corsée, mais aussi flexible, incarne avec verve le rebelle Cinna. Elle trouve en une partenaire à sa guise : mezzo somptueux, égal sur toute la tessiture, aux vocalises faciles et à l’aigu tranchant, la chanteuse italienne fait grosse impression en Cecilio. Tout comme Patricia Petibon, Giunia ébouriffante. Ne faisant qu’une bouchée de ses airs pourtant parsemés de difficultés, sa virtuosité n’a pourtant rien de démonstratif. Vocalises, suraigus, sons filés – tout est mis au service d’une interprétation d’une bouleversante vérité. Du très grand art !

Autre triomphateur de la soirée : . Moins excentrique qu’Harnoncourt dans le choix des tempi, il fait monter la tension sans pour autant sacrifier à une dramatisation excessive. Et les récitatifs sont détaillés de main de maître. Du grand art, là aussi.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.