La Scène

Castor & Pollux_Opéra de Dijon©Gilles Abegg_IMG_0261

Castor & Pollux dépoussièré par Haïm et Kosky

Avec Castor & Pollux proposé par l'Opéra de Dijon, c’est véritablement dans l’atmosphère d’une tragédie antique pleine de sang et de fureur que nous plongent Barrie Kosky et Emmanuelle Haïm. Car, contrairement à ce que l’on peut croire, la musique de Rameau s’y prête. Ces deux-là s’entendent à merveille pour utiliser à leurs fins sa nervosité, sa dynamique trop souvent édulcorée par des interprétations sucrées. Ils s’accordent magnifiquement pour nous donner ...
eic

Changements de voix avec l’Ensemble Intercontemporain

Ce premier concert de la nouvelle saison de l'Ensemble Intercontemporain à la Cité de la Musique, et sous la direction de Matthias Pintscher, amorçait une des thématiques de la programmation 2014-2015, à savoir la voix et ses divers traitements au sein de la création musicale. Si Das Lied von der Erde (Le chant de la terre) de Gustav Mahler, écrit entre 1908 et 1909, n'est pas à proprement parlé le répertoire ...
hurel7

L’ensemble Court-Circuit en mode anniversaire

C'est tout le Gotha de la création d'aujourd'hui qui s'engouffrait dans la salle Cortot pour le concert d'ouverture de Court-Circuit qui revêtait une allure toute particulière ! Au programme de la soirée s'inscrivait en première partie le cycle des Traits de Philippe Hurel, trois pièces en solo et duo de cordes dont c'était la première audition intégrale. Etaient invités, sur la scène de la salle Cortot, deux solistes de Court-Circuit, la ...
jan fabre biennale

Le big-bang originel de Jan Fabre brûle toujours

En 1982, à Bruxelles, un chorégraphe de 24 ans déclenchait un séisme avec sa première pièce : C’est du théâtre, comme c’était à espérer et à prévoir, matrice de toute son œuvre. Trente-deux ans plus tard et pour sa création en France (no comment !), ce big bang est-il toujours aussi urgent ?  Bouleverse-t-il l’actuelle jeune génération comme il enflamma sa devancière ?  Radicalement, oui. Un jour de 1982, le rédacteur de cette chronique entrait ...
bryn terfel

Sa Majesté Bryn Terfel

Dix-sept ans ! Dix-sept ans que Bryn Terfel n’était pas revenu sur la scène du Grand Théâtre de Genève (dernier récital en 1997). L’an dernier, Bryn Terfel était au Festival de Verbier pour y chanter un formidable Wotan dans la Walkyrie de Richard Wagner emmenées d’un tempérament de feu par un Valéry Gergiev déchainé. Là, Bryn Terfel montrait l’accomplissement de son art du chant avec une prestation exceptionnelle de puissance et de virilité. ...
sow

Requiem de Mozart à Notre-Dame

A la cathédrale Notre-Dame de Paris, c’est lors du commencement de la nouvelle saison que l’on saluait la fin d’une longue collaboration : celle du chœur de la maîtrise avec le chef Lionel Sow. Ensemble, ils ont offert une interprétation du Requiem de Mozart fine et subtile, à laquelle manquait cependant un brin de panache. Ouverture de saison, cérémonie, hommage : ce moment de musique s’ouvrait ainsi sous les tristes auspices ...
Pièce pour 6 interprètes ? Création 2014Conception : Maguy MarinAvec : Ulises Alvarez, Kaïs Chouibi, Laura Frigato, Daphné Koutsafti, Mayalen Otondo / Cathy Polo, Ennio Sammarco-Coproduction : Théâtre de la ville / Festival d?automne à Paris, Monaco Dance Forum - Les ballets de Monte-Carlo, Opéra de Lille,La Filature, Scène nationale de Mulhouse, Théâtre Garonne de Toulouse, Centre Chorégraphique National Roubaix Nord-Pas de Calais, Charleroi Danses - Le Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Compagnie Maguy Marin-La Compagnie Maguy Marin est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication, la Ville de Toulouse, la Région Midi-Pyrénées et reçoit l?aide de l?Institut français pour ses projets à l?étranger.Accueil : TNP, Biennale de la danse

Compagnie Maguy Marin, BiT : farandole et viol

Dans le Petit Théâtre du TNP, toujours engagé, sous le nom de code « BiT », l’unité de mesure informatique binaire de base, Maguy Marin explore tout en farandole et en pornographie, le rythme de l’individu articulé au collectif. Maguy Marin livre sa création 2014, la plus dérangeante sans doute, sous l’aspect d’un manifeste contre le pouvoir masculin. Six danseurs cherchent leur rythme sur les marteaux technos hypnotiques du musicien et sound ...
ADAMI chefs

Talents ADAMI Chefs d’orchestre 2014

L’ADAMI organise, outre les Révélations annuelles, une opération biennale "Talents Adami chefs d’orchestre", sous forme d’un concert. Fort du succès des trois éditions précédentes, le jury distingue à partir de cette année trois prix pour les trois lauréats à l’issue d’un concert, avec une dotation à chaque prix. La première candidate, Corinna Niemeyer, a étudié à Munich et à Zürich. Elle a reçu en août dernier la bourse Richard-Wagner-Stipendium pour intégrer ...
barbier-49

Un Barbier haut en couleurs

A l'Opéra Bastille, un Barbier grand public qui distrait mais sans combler. Damiano Michieletto déplace l'action dans une Séville populaire et haute en couleurs. Un spectacle bon enfant mais un théâtre davantage visuel que strictement vocaliste. En 2012 déjà, l'esprit movida faisait souffler à Bastille un vent de folie sur Carmen revue et corrigée par Yves Beaunesne. Deux ans plus tard, c'est au tour du Barbier de Séville version Damiano ...
Bella Figura

Jirí Kylián mise sur le Ballet de Norvège

Jiří Kylián à l'heure norvégienne inaugure la saison danse du Théâtre des Champs-Elysées. Après avoir réalisé une grande partie de sa carrière au Nederlands Dans Theater, le chorégraphe tchèque Jiří Kylián a désormais ses attaches auprès du Ballet National de Norvège, qui lui consacre toute une soirée de ballets au Théâtre des Champs-Elysées. Inspiré par Pergolèse et Vivaldi, Jirí Kylián conjugue mystère et esthétique dans Bella Figura, une pièce en miroir d’une ...
Visuel Lander Forsythe

Soirée Harald Lander / William Forsythe : Monotones variations

Une soirée Lander/Forsythe disparate à l'Opéra de Paris. L’Opéra national de Paris tend malheureusement, de plus en plus, à privilégier les soirées présentant de courtes pièces disparates rassemblées artificiellement autour d’un même thème, au détriment des ballets narratifs à grand déploiement. Cette soirée Lander/Forsythe était donc censée nous prouver, à travers trois œuvres, que la technique académique est un alphabet à partir duquel toutes les formes d’écriture sont possibles, de la ...
quatuor-debussy-401

Le Quatuor Debussy sur les chemins de la mémoire de Terezín

Dans la cadre du festival d'Ile de France, en l'église Saint-Martin de Chevreuse, le Quatuor Debussy rend un vibrant hommage aux compositeurs déportés au camp de Terezín. Lire sur ce thème notre entretien avec le Quatuor Debussy Un hommage à des compositeurs qualifiés de "dégénérés" par un régime politique qui n'aura de cesse de les réduire au néant. Accompagné par le Chœur Polysons, le Quatuor Debussy nous conduit sur le chemin de ...
yoanne bourgeois

Yoann Bourgeois : prouesse en suspens

L’Opéra de Lyon accueille pertinemment pour la première fois du cirque avec « Celui qui tombe », le nouveau spectacle de Yoann Bourgeois, tenant de la prouesse poétique en suspens sur le thème de la lutte contre la gravité. A l’Opéra, Yoann Bourgeois a mis sa casquette à carreaux au parterre dimanche, pour se régaler de sa nouvelle création à couper le souffle : « Celui qui tombe ». N’est pas circassien, jongleur, acteur, danseur, musicien et ...
russell_2884417b

Festival de Besançon 2014 : les deux derniers concerts

Derniers jours du festival de Besançon avec l'Orchestre national d’Île de France dirigé par Ainars Rubikis puis en clôture, l'Orchestre symphonique de Bâle avec à la baguette Dennis Russell Davies, et  la pianiste Élisabeth Leonskaja . Le burlesque servait-il de fil conducteur musical dans cette avant-dernière soirée du Festival bisontin ? On pouvait trouver en effet dans les trois morceaux interprétés un lien tendant par moments vers un expressif verbiage intentionnel soutenu et dense ...
Cécile Perrin - Turandot_MetzMetropole_2014  © Williams Bonbon - Metz Métropole

Turandot à Metz, un rôle pour Cécile Perrin

"Au final, une belle soirée tout de même, qui aura surtout consacré le triomphe d’une soprano française dans un des rôles les plus écrasants du répertoire." Sans doute pourrait-on discuter le curieux choix de la version de concert pour un ouvrage dont le potentiel théâtral n’a jamais été à démontrer. Question de rigueur budgétaire, vraisemblablement, en plus du fait que l’étroitesse du plateau de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole ne permet pas ...