À emporter, CD, Opéra

Les Noces de Decca et Juan Diego

Plus de détails

Gioachino Rossini – Cantates, Volume II : Le nozze di Teti e Peleo (les noces de Thétys et Pelée); Il pianto d’Armonia sulla morte d’Orfeo * (la déploration de l’Harmonie sur la mort d’Orphée). Juan Diego FlórezPaul Austin Kelly * – Elisabetta ScanoCecilia BartoliDaniella BarcellonaLuigi Petroni. Choeur et Orchestre Philharmoniques de la Scala de Milan, direction : Riccardo Chailly. Decca, 2001, 68’42.

 

poursuit son récent cycle des Cantates de Rossini avec une alacrité communicative. Si l’intérêt musicologique de ce volet est évident, convenons que la pièce de circonstance Le Nozze (1816), peu théâtrale et souvent verbeuse (véritable puzzle de réemplois), apporte peu à la gloire du musicien. L’habile éditeur y met en avant le nom de sa diva, notoriété oblige. Dommage: l’admirée a déjà enregistré chez lui (1992) son air de bravoure, connu par certains Barbiere, ou le rondo de La Cenerentola. La comparaison déçoit: quand Cérès semait naguère chaos et cosmos, elle moissonne aujourd’hui – et avec plus de matière pourtant – de l’utilité fleurie. Efficace, mais peu organique.

Ne triomphe donc pas qui l’on attend : (Pelée) l’emporte haut la main sur tous les protagonistes. Timbre, technique (splendide quinte aiguë) ; morbidezza ou vaillance, éclat comme couleur, souplesse et virilité: tout le voue à Rossini. Plus variables sont ses collègues. Le fin cristal de Scano se fêle parfois dans un rôle corsé (Thétys) où s’employa la Colbrán. A l’agréable Paul Austin Kelly échoit l’essai de jeunesse (1808), Il pianto. Scolaire, mais dense et prometteuse, cette cantate surpasse l’autre. Sa concise spontanéité annonce Tancredi, tandis qu’un cor puis un violoncelle obligés semblent relier le Haydn des Saisons au Guillaume Tell de Reste immobile.

Au final, la consécration est pour Florez¹. Pesaro et l’Italie conquises, et Paris subjugué – de l’Italiana de Garnier au Falstaff du Châtelet en avril ; peut-être la Sonnambula en 2003 -, le Péruvien arbore à vingt-sept ans un palmarès belcantiste impressionnant (voir son site). Decca est inspiré de se l’attacher : après un beau travail collégial sur le jeune Verdi sacré (Chailly encore, dernièrement), et ce CD, un récital d’airs rossiniens doit suivre. Un demi-siècle après la réincarnation d’Armida par Callas, le ténor Davidde, créateur napolitain de maints Rossini, s’est-il trouvé un successeur ?

¹ L’écouter aussi dans: Vesselina Kasarova, Airs et Duos de Rossini, BMG/RCA, 1999

Plus de détails

Gioachino Rossini – Cantates, Volume II : Le nozze di Teti e Peleo (les noces de Thétys et Pelée); Il pianto d’Armonia sulla morte d’Orfeo * (la déploration de l’Harmonie sur la mort d’Orphée). Juan Diego FlórezPaul Austin Kelly * – Elisabetta ScanoCecilia BartoliDaniella BarcellonaLuigi Petroni. Choeur et Orchestre Philharmoniques de la Scala de Milan, direction : Riccardo Chailly. Decca, 2001, 68’42.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.