Archives de l’auteur : Jacques Duffourg

Norma Intérieur Nuit

Norma Intérieur Nuit

Une production de « Norma » d’Angers Nantes Opéra Norma est un drame de l’obscurité, qui tout entier s’articule autour du début de l’Acte II. Scène magnifiquement nocturne, au cours de laquelle l’héroïne s’apprête à tuer ses enfants endormis : réminiscence de Médée bien sûr, d’une pureté et d’une dureté tout helléniques. La scénographie choisie par Jean-Jacques Cubaynes pour le Grand Théâtre d’Angers restitue pleinement cette épure crépusculaire : des lignes verticales ou ...
Bill l’Espiègle

Bill l’Espiègle

Christie et von Otter dans « Serse » de Haendel Serse (Xerxès), antépénultième opéra de George Frideric Haendel, est à lui seul un paradoxe. Il comporte dès son début une des mélodies les plus mondialement connues de son auteur, « Ombra mai fù » ; et demeure pourtant une quasi-rareté. À tel point que si même Admeto et Ezio ont été chantés à Paris, on y attendait encore ce Roi des Perses ! De même, ...
Bartoli & Salieri, l’Incontro improvviso

Bartoli & Salieri, l’Incontro improvviso

« Puisse cet enregistrement aider Salieri à émerger de l’ombre de Mozart, et finalement lui accorder la reconnaissance qu’il mérite » : cet avant-propos de la mezzo-soprano Cecilia Bartoli sur son nouvel album annonce la couleur, et place la barre très haut. Antonio Salieri (1750-1825), tout le monde ou presque en a entendu parler en 2003. Voici presque vingt ans, un film magnifique, Amadeus, s’était proposé d’éclairer le génie de Mozart par la ...
Doctor Jordan and Mister Hyde

Philippe Jordan & Felicity Lott, Doctor Jordan and Mister Hyde

Le programme de ce 10 Octobre au Théâtre des Champs-Élysées constituait, pour l’Orchestre Philharmonique et son jeune chef invité, un très périlleux diptyque dont les protagonistes ne sont pas sortis indemnes. A trop vouloir s’approprier à la hussarde des antagonismes, le rejeton d’Armin Jordan n’a non seulement convaincu personne de son charisme ; mais a un tantinet obéré une image déjà flatteuse dans la confrérie. Pour tout dire, la seconde partie ...
L’École de Mannheim par Romain Feist

L’École de Mannheim par Romain Feist

Papillon A Londres, en 1768, est publié chez Longman, sous le titre d’opus 5, un groupe de six Quatuors à cordes appelé à faire date. De la plume d’un certain Franz Xaver Richter, né en 1709 à Hollesschau (Holesov, République Tchèque), ils sont tout simplement... les premiers de leur genre, avant même l’opus 9 de Franz Josef Haydn. La musique instrumentale se dote - peut-être par le fait du hasard, ou ...
Noces de Sang

Carmen au Stade de France

Deux ans presque jour pour jour après une Aïda pour le moins très controversée, le Stade de France renoue avec les méga-productions d’opéra, par le biais de Carmen. Annoncé dès 2001 au moins, ce projet a eu pour lui la durée propice au mûrissement, et l’avantage de tirer profit de la précédente expérience. Le principal handicap à la charge du « Verdi » étant la dimension minuscule des personnages en un aussi ...
Franz Schubert - Pastoral, ma non troppo

Franz Schubert – Pastoral, ma non troppo

L’Octuor de Schubert est le modèle même de la partition atypique, n’obéissant à aucun schéma préétabli. Son effectif, sa structure, ses proportions puisent une indéniable origine dans la musique de divertissement (Cassations, Sérénades, Divertimenti...) du XVIIIe siècle. Cependant, son langage à la fois enfantin et grave - derrière lequel le Beethoven du Septuor se profile - est très solidement ancré dans le siècle naissant. Il va même au-delà, comme souvent chez ...
Giuseppe Valentini - Ensemble 415

Giuseppe Valentini – Ensemble 415

Le jeune label français Zig Zag Territoires, qui n’en est pas à son premier coup de maître, s’aventure à son tour sur des terres fort défrichées depuis quelques années : le « baroque » italien. Ici instrumental, il fait allégeance à des noms aussi grands que ceux de Corelli, Geminiani, Tartini et Locatelli, tous auteurs de Concerti grossi. Qu’est-ce au juste que le Concerto grosso ? A proprement parler la mise en relief particulier de quelques ...

Zaïde attend toujours sa feuille de route

Ton Koopman Il est des soirées qui constituent un total malentendu, et pour tout le monde : l’orchestre, le chef, les chanteurs, l’œuvre et le compositeur. Excusez du peu ! Cette production de concert de Zaïde en est l’exemple. N’auriez-vous pas connu l’œuvre auparavant, vous seriez ressorti de cette exécution avec l’idée qu’il s’agit d’un petit opéra de Mozart, mal ficelé et inachevé. Sans dialogues ou récitatifs, et avec une Sérénade et une ...
Anne-Sofie von Otter, une Carmen feu follet

Anne-Sofie von Otter, une Carmen feu follet

Coïncidence ?… Pratiquement coup sur coup, paraissent deux nouvelles interprétations numériques du chef-d’œuvre de Georges Bizet. L’internaute a découvert, en ces colonnes, une «critique» du bel enregistrement de Michel Plasson, avec Roberto Alagna et Angela Gheorghiu (EMI). Voici que le label BBC Opus Arte propose en DVD un grand moment du Festival de Glyndebourne 2002 que constitue la prise de rôle – après une version concertante à Osaka, voilà des années ...
Philippe Cassard - Le ciel schubertien peut attendre

Philippe Cassard – Le ciel schubertien peut attendre

Le Français a été formé en Schubert par Hans Graf (directeur de l’Orchestre de Bordeaux-Aquitaine). Force est de constater, à l’écoute de ce CD, la parenté interprétative qui semble les lier. Pour avoir entendu la Cinquième symphonie du Viennois par ce même chef, je ne peux que rester toujours songeur devant ce genre de lecture, qui oscille entre la redite et le surplace. Les Sonates constituent un corpus des plus ardus. ...

Mozart cousu de Philidor

On entre dans certains disques – et dans certaines œuvres – comme en religion. On a un peu peur au début, on se rebute presque ; puis on se lance dans l’apostolat. L’imprégnation est si intense que le prosélytisme pointe le bout de son nez ; et voilà pourquoi je recommande sans hésiter cet enregistrement récent qui comptera sans doute parmi les plus importants de la décennie. Et je pèse mes mots... Religion, ...
juandiegoflorez_lacrima

Juan Diego Flórez – Pâques sans larmes

La firme Decca a donné au second « album » de Juan Diego Flórez (né à Lima en 1973) le titre du célébrissime air de Nemorino dans l’Élixir d’Amour, « Une furtiva lacrima ». C’est tout sauf un mauvais choix. Outre qu’il situe le jeune prodige péruvien dans un répertoire connu du plus grand nombre de mélomanes, il le place également dans une hérédité chargée – et donc une concurrence acérée – compte tenu ...
b-foccroulle-2

Bernard Foccroulle, directeur Général du Théâtre Royal de la Monnaie

Bernard Foccroulle consacre une grande part de son activité de soliste et de chambriste à la musique ancienne. Avec le Ricercar Consort, il joue et enregistre de très nombreux auteurs baroques, notamment l’école d’Allemagne du Nord et les prédécesseurs de J.-S.Bach. Il se passionne également pour le répertoire ibérique, et consacre deux enregistrements à l’œuvre de Francisco Correa de Arauxo. « La musique nordique au XVIIe siècle est le lieu et ...
Bernard Foccroulle - Ars Musica, les pépites d’orgue

Bernard Foccroulle – Ars Musica, les pépites d’orgue

Voilà le type même du disque de chevet pour l’amateur de musique contemporaine, d’orgue, et naturellement des deux… Une épigraphe toute simple (et toute profonde) d’Octavio Pàz prévient le lecteur-auditeur : « les œuvres du temps qui s’annonce seront (…) un art de la conjugaison ». A défaut de Philologie, nous voici plongés en pleine Grammaire ! Au commencement, tout comme aujourd’hui, n’y avait-il QUE le verbe ? Non : il y régnait AUSSI une syntaxe. Ce ...

Pura siccome un’Angelina

Jérôme Savary / Carlo Rizzi Le célèbre conte de Perrault a inspiré – pour l’opéra – deux Musiciens d’esthétique radicalement antagoniste, Gioachino Rossini et Jules Massenet. Si ce dernier a insisté sur la dimension féérique, voire fantastique, en écrivant une parabole tendre et nostalgique sur le thème de l’Enfance ; le Pésarais, quant à lui, a jonglé savamment (comme Savary) avec les éléments serio et buffo. Encore une perle rossinienne à l’Opéra ...

Jacques Offenbach « Die Rheinnixen » : sous l’effet du Rhin

Ne pas chercher plus loin l’événement - et la justification - du Festival de Montpellier 2002. C’est bien sous l’égide magique de ces Fées rhénanes qu’il se sera situé, d’autant qu’on aura lu par ailleurs l’impression générale mitigée qui ressort des sessions de l’Opéra Berlioz - et de la « punition » haendélienne de l’Opéra Comédie. Plus, bien plus encore : ce n’est pas seulement une sublime redécouverte - telle la ...

Rinaldo Maccione fait son cinéma aux Croisades

Georg Friedrich Haendel « Rinaldo » Les mauvaises idées (surtout les plus basses) font davantage d’émules que les bonnes. Elle se propagent même à la vitesse de la lumière ! Il suffit que, pour Salzbourg 2001, Monsieur Mortier ait requis la collaboration scabreuse d’un metteur en scène bêtement provocateur dans La Chauve-Souris, par exemple. On y admirait - en vrac - masturbation, fellation, sodomie, etc… Bon sang, mais c’est bien sûr ! Que ...

Wagner et Beethoven au Jardin des Vanités.

Festival de Radio-France et de Montpellier-Languedoc-Roussillon En général, on reconnaît un chef d’orchestre de valeur à sa capacité à dompter les œuvres les plus parfaites, comme son inclination à savoir faire revivre les partitions « faibles ». Comment dès lors définir un substitut, un ersatz de direction d’orchestre ? Sans doute par le talent irréfragable à ruiner les premières comme les deuxièmes. Au cœur d’un Festival de Montpellier 2002 globalement décevant (pour ce ...

Mais qui a tué Hàry ?

Friedemann Layer Le Festival de Radio-France et de Montpellier s’est toujours enorgueilli de rejouer, en version scénique comme de concert, des pans entiers de répertoire « passé à la trappe ». C’est sa spécificité, l’une de ses raisons d’être, et non le moindre de ses mérites. Sans dérouler la litanie de ces succès, fidèlement publiés par la marque Actes Sud, on rappellera pro memoria de grands moments récents : Macbeth (Bloch), Cassandra ...

Fiancée de Lammermoor, sur les ailes du Chant

A quoi reconnaît-on un événement ? Si c’est la remise dans une perspective historique et musicologique, aussi moderne que rigoureuse, d’une œuvre - et d’une manière de composer - qui appartiennent à l’histoire de Paris et de l’Europe ; alors le Châtelet, au service de l’Opéra de Lyon, a bien offert à la capitale un événement. Rien, peut-être, n’a plus marqué la vie lyrique de la première moitié du XIX° siècle que l’influence, ...
Cecilia à l’école buissonnière des amants

Cecilia Bartoli à l’école buissonnière des amants

L’Opéra de Zürich est un opéra de troupe ; Liliana Niketeanu, Roberto Saccà, Oliver Widmer sont des habitués de ses productions, souvent cornaquées on le sait par Nikolaus Harnoncourt ; lequel ne manque pas de pousser l’orchestre vers des sommets que celui-ci n’atteint pas toujours… A l’occasion, s’y adjoint Cecilia Bartoli : qu’on se souvienne de certain Orfeo ed Euridice de Haydn (Saccà, Holzmair)… Le chef autrichien est devenu en même temps un ...
Jean-Sébastien Bach, le Roi danse.

Johann Sebastian Bach, le Roi danse

« Johann Sebastian Bach, tout de suite »... lit-on sur le livret d’accompagnement de ce double CD d’anthologie. Piquant jeu de mots auquel on ne peut répondre que par l’affirmative ! Oui : c’est tout de suite qu’il faut approcher, apprivoiser puis adopter cet enregistrement unique. « L’art de la suite », titre le commentateur Emmanuel Hondré à l’intérieur. On serait tenté d’ajouter : « l’art du beau disque ». Présentation de luxe, ...

Un reliquaire pour Ludwig van Beethoven

Festival de Quatuors à Cordes « Monum » La Sainte Chapelle, on le sait, est l’un des plus grands joyaux de l’art religieux, et de toute l’architecture occidentale. Contrairement à une tradition qui la veut ressortissante au « gothique flamboyant », il convient de rappeler que son érection remonte... à saint Louis. En fait à l’apogée du gothique, comme la cathédrale saint Étienne de Bourges par exemple. Le terme de « flamboyant » désigne principalement ...
Renée Fleming - Une musique des sphères

Renée Fleming – Une musique des sphères

Au recommencement est le Chaos. Voici quelque temps déjà, Maria Callas, divinité grecque, s’emploie à réorganiser et rajeunir, revivifier en un mot, l’harmonieuse et nébuleuse musique de l’Italie « belcantiste » – celle du début du XIX° siècle. Un univers en pleine expansion en vérité ; mais parvenu au stade ultime de son invention de filaments et de rais de lumière. Certains d’un éclat violent, d’autres ténus et intermittents ; d’autres encore ...
florez_c_josef_gallauer

Juan Diego Flórez, ténor decca-rossinien

Questions au ténor Juan Diego Flórez en marge de la sortie du CD « Rossini Arias » chez Decca. « Le répertoire pour mon type de voix est fabuleux, j’ai envie de tout chanter. » RM : Quel est votre répertoire actuel ? Juan Diego Flórez : Jusqu’à ce jour, j’ai vraiment chanté beaucoup de rôles. C’est La Somnambula bellinienne que j’ai interprétée le plus, avec également Il Barbiere in Seviglia, L’Italiana in Algeri ...

Les multiples visages de la flibuste

Il Pirata Paris. Théâtre du Châtelet. 23-V-2002. Mozart, Air de Concert KV 505 «Ch’io mi scordi di te ?» - Verdi, Air du Saule et Ave Maria, extraits d’Otello - Strauss, Scène finale de Capriccio - Charpentier, «Depuis le jour», extrait de Louise. Orchestre de Paris, piano et direction : Christoph Eschenbach. Et aussi : Mozart, Ouverture de Don Giovanni - Verdi, Ouverture de La Forza del Destino - Strauss, Don Juan, poème symphonique. Truisme : ...
Suren Shahi-Djanyan donne trop peu de Lavoix

Suren Shahi-Djanyan donne trop peu de Lavoix

Très belle présentation, notice narcissique ; pas de traduction française, ni même de texte original des mélodies. Ah !!! « Une soirée chez les Jacquin »… Rappelez-vous, en 1999, le lancement de Zig Zag Territoires n’avait pas manqué, à juste titre, de stimuler les amateurs de labels francs-tireurs et indépendants. Le parcours de la marque française depuis parle d’ailleurs en sa faveur. Le récent Janacek (Quatuors, par les Belcea, encore un bon cru ...
Juan Diego Florez - Gioachino Rossini

Juan Diego Flórez – C’est le Pérou !

Au disque, il n’est pas un débutant : quelques participations à des enregistrements d’opéras l’ont déjà fait remarquer (¹). 1999 : en trois duos interpolés entre les airs, Juan Diego Flórez ravit sans difficulté la vedette à Vesselina Kasarova dans son récital Rossini (Bmg-Rca). Plus près de nous, Decca et Chailly l’ont déjà sollicité par deux fois : Verdi et Rossini (²). Droit au but : la présente anthologie est à prendre dans les ...

La libération de Francesca Caccini de l’Oubli

La liberazione di Ruggiero dall’isola d’Alcina Coïncidence ? Une grosse semaine après la Journée Internationale des Femmes, voilà que Gabriel Garrido vient apporter un point d’orgue à ce décidément remarquable cycle « Figures de l’Antique » de Radio-France ; en créant salle Olivier Messiaen ce qui semble être le premier opéra de l’histoire, écrit d’une féminine main. Dans ce domaine comme en tant d’autres, on en conclura donc que le beau sexe ne s’est ...