À emporter, CD, Musique d'ensemble

Agostino Steffani (1654-1728) – Soavità assoluta

Plus de détails

Agostino Steffani (1654-1728) Cantates, Duos et Sonates. Fons Musicae. Monique Zanetti, soprano. Pascal Bertin, alto. Yasunori Imamura, théorbe et direction. 1 CD Edition Pan Classics n° 510 131 – Durée : 73’21.

 

Agostino Steffani (1654-1728) - Soavità assolutaLe joli disque que voilà, et qui a le mérite non négligeable de nous faire mieux connaître un compositeur peu enregistré en regard de la qualité de son oeuvre.

Né à Castelfranco Veneto, eut une vie hors du commun : musicien, diplomate et dignitaire ecclésiastique, chargé de missions politiques pour l’Eglise, il voyagea en Italie, en Allemagne puis en Belgique, où il fut l’envoyé extraordinaire de la Cour de Bavière en résidence à Bruxelles. Par d’autre part Kappellmeister de Hanovre, il écrivit beaucoup pour les dames de cette cour, dont la Princesse Sophie Charlotte, future Reine de Prusse, qui fut même sa « librettiste » occasionnelle pour le duo « Crudo Amor » figurant dans cet enregistrement.

Nommé à la fin de sa vie vicaire apostolique d’Allemagne du Nord en résidence à Hanovre, c’est pourtant privé de ressources et de soutien qu’il s’éteignit le 12 février 1728 à Francfort, où il s’était rendu pour vendre une partie de son patrimoine. C’est d’ailleurs dans la cathédrale de cette ville qu’il repose. Auteur de plusieurs opéras fort prisés à l’époque, mais désormais tombés dans l’oubli parce qu’ avant tout destinés à glorifier la Cour, Steffani, excellent chanteur et fin polyglotte (il parlait couramment cinq langues) est aujourd’hui surtout réputé pour sa musique de chambre, presque essentiellement vocale.

Ce disque en donne un panorama plutôt significatif, et nous offre deux oeuvres instrumentales de bien belle facture, dont la Sonata a tre N° IV, une forme typique de l’âge baroque. (en réalité de Caldara, après avoir longtemps été attribuée à Steffani, mais maintenue dans l’enregistrement pour des raisons de cohérence historique. Le fil conducteur entre ces duos et cantates est l’amour dans tous ses états, quant au style, il peut être situé entre Carissimi et le jeune Haendel, avec cependant une espèce de « suavité » capiteuse qui n’appartient qu’à lui.

L’interprétation est de très haute volée : , au timbre rond et fruité, au chant sensible et habité, n’est plus à présenter, bien qu’on puisse déplorer pourtant de l’entendre assez peu sur les scènes françaises. Quant à , qui a travaillé avec le nec plus ultra de la musique baroque, à savoir Christie, Minkowski, Gardiner et Rousset, pour ne citer que ceux-là, sa voix chaude et ambrée répond idéalement à celle de sa partenaire. Ces deux interprètes ont fondé, avec le chef Yasunori Imamura, qui tient aussi le théorbe et la guitare baroque, l’ensemble Fons Musicae.

Le travail instrumental de Steffani est somptueux, avec une morbidezza quasiment jubilatoire, presque hédoniste, qui laisse à entendre que cet ecclésiastique, à l’instar de ses collègues Vivaldi et da Ponte, ne dut certes pas négliger les plaisirs de la vie, et en particulier ceux de l’amour… La belle sonorité des instruments de Fons Musicae rend parfaitement compte de cette chaude atmosphère italienne, pourtant teintée parfois d’une rigueur et d’une mélancolie toutes germaniques…

En conclusion, un bien beau disque, à recommander vivement aux amateurs de voix rondes, d’instruments généreux et de langueur amoureuse…

Plus de détails

Agostino Steffani (1654-1728) Cantates, Duos et Sonates. Fons Musicae. Monique Zanetti, soprano. Pascal Bertin, alto. Yasunori Imamura, théorbe et direction. 1 CD Edition Pan Classics n° 510 131 – Durée : 73’21.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.