Archives de l’auteur : Juliette Buch

Benedetto Marcello, Le chant lumineux de David ...

Benedetto Marcello, Le chant lumineux de David …

Issu de la noblesse vénitienne, Benedetto Marcello mena parallèlement les carrières, à priori plutôt opposées, de compositeur et de magistrat. Son chef d’œuvre absolu, L’estro pœtico armonico, constitué de paraphrases en italien sur les cinquante premiers psaumes de David écrites par le poète Girolamo Ascanio Giustiniani et publié en huit volumes entre 1724 et 1726, fit l’admiration de plusieurs compositeurs marquants de son époque, comme Telemann et Bononcini. Marcello écrivit ...
Skip Sempé Un orfèvre en la matière …

Skip Sempé, un orfèvre en Louis Couperin…

De la courte vie de Louis Couperin, qui est pourtant un des compositeurs français majeurs de l’époque baroque, on sait en vérité bien peu de choses. Issu d’une famille de petits propriétaires terriens de Chaumes-en-Brie, où la musique semble avoir tenu un grand rôle, il appartient à la première génération d’une illustre dynastie de musiciens, dont le représentant le plus célèbre est son neveu François Couperin, dit « Le Grand ». En ...
Le  Maître de Lübeck et le « chercheur d’orgue »

Buxtehude par André Isoir, le Maître de Lübeck et le « chercheur d’orgue »

Il y a peu, à l’occasion du dernier disque de Christophe Rousset, Les suites Françaises, nous évoquions l’extraordinaire richesse de l’œuvre de Bach. Si l’on examine de plus près celle d’un de ses illustres maîtres, Dietrich Buxtehude, on comprend mieux pourquoi le jeune Johann Sebastian, alors âgé de vingt ans, fit en 1705 le fameux voyage d’Arnstadt à Lübeck, et pourquoi sa visite, prévue au départ pour quatre semaines, dura ...
suites_bach_rousset

Suites de Bach par Christophe Rousset, l’élégance de la passion…

A priori, les suites pour clavecin BWV 812 à 817 ne semblent pas être plus « françaises » que celles qui les précèdent, dites pourtant « anglaises ». En fait, aucun des manuscrits, autographes ou non, ne porte cette mention. Le biographe Forkel en 1802, les qualifiera de « françaises », parce qu’à son sens « écrites dans le goût français ». Or, un examen plus approfondi plaiderait plutôt pour que ce soient les Suites anglaises qui méritent ...
Une subtile harmonie…

Une subtile harmonie…

Musée du Louvre, Le Poème Harmonique Depuis sa fondation en 1997, Le Poème Harmonique, ensemble de musiciens solistes réunis par Vincent Dumestre, qui en assure la direction, a eu pour principal objectif de faire connaître certaines pages de la musique ancienne, en particulier du début du XVIIème siècle. Sa notoriété s’est accrue très rapidement grâce à des enregistrements publiés chez Alpha, fréquemment récompensés et de nombreux concerts qui ont connu un ...
Sur la terre comme au ciel…

Robert Expert, sur la terre comme au ciel…

En matière de musique vocale, la production foisonnante du « caro sassonne » n’est plus à vanter, et Haendel est certainement l’un des rares compositeurs à avoir pu concilier le sacré et le profane avec un égal bonheur. On lui doit des cantates fulgurantes ou élégiaques, des opéras fort célèbres, des oratorios qui ne le sont pas moins, tous écrits avec plus ou moins d’invention, certes, mais parmi lesquels on peut compter ...
Pour la charmante Suzanne...

Pour la charmante Suzanne…

Les Noces de Figaro S’il est désormais acquis que l’on puisse jouer indifféremment sur instruments anciens ou modernes les opéras de jeunesse du Maître de Salzbourg comme Mitridate, Zaïde, La Finta Giardiniera, ainsi que les singspiel : L’enlèvement au Sérail, La Flûte Enchantée, sans oublier des opera seria comme Idoménée et La Clémence de Titus, le débat demeure toujours ouvert en ce qui concerne la fameuse « trilogie da Ponte », chef d’œuvre significatif ...
La Nuit, Ariane, Bacchus, et le lettré chinois....

La Nuit, Ariane, Bacchus, et le lettré chinois….

Lang Lang Le programme préparé par l’orchestre de Paris et son chef permanent, Christoph Eschenbach, avait à la fois de quoi surprendre et séduire, tant par la variété des trois œuvres proposées que par la présence du pianiste chinois Lang Lang, star montante de Deutsche Grammophon et artiste fort diversement apprécié : porté aux nues par certains, très critiqué par d’autres : la grande Martha Argerich ne dit-elle pas de lui : « Je ...
Felix Mendelssohn - L’intégrale des trios avec piano

Felix Mendelssohn – L’intégrale des trios avec piano

On a souvent reproché à Felix Mendelssohn son romantisme trop « raisonnable » et même de représenter un certain classicisme, par opposition à nombre de ses confrères comme Schumann ou Berlioz, qui lui vouaient pourtant une grande admiration. Certes, la clarté, l’harmonie de proportions et l’énergie qui imprègnent son écriture musicale pourraient sous-entendre une prédominance de la raison sur le sentiment, presque une tyrannie de l’équilibre, mais ces a priori s’évanouissent lors ...
Un pianiste d’exception...

James Giles, un pianiste d’exception…

Ce premier récital en France du pianiste américain James Giles offrait, outre le plaisir toujours évident de partir à la découverte d’un artiste, un programme composé d’œuvres très variées, de Nicolas Medner à Ned Rorem, sans négliger un répertoire plus « classique » avec Schubert, Ravel et Liszt. Il faut bien reconnaître que dans ce cas précis, il s’agit d’une vraie révélation, tant par les qualités artistiques de l’artiste que par le choix ...
18_coverpic

La délicieuse légèreté de l’être…

Un concert dirigé par Claudio Abbado constitue toujours un événement en soi, qui plus est lorsque le chef italien se trouve à la tête de la Philharmonie de Berlin dont il fut le directeur artistique pendant douze ans. En l’occurrence celui-ci, enregistré au Teatro Massimo de Palerme, faisait partie de la série des « Europa Konzert » avec laquelle l’orchestre célèbre annuellement l’anniversaire de sa fondation le 1er mai 1882. A ...
Nikolaï Lugansky pianote sans fin

Zemlinsky et Beethoven, la Sirène et l’Empereur …

Ce concert au programme alléchant, qui réunissait le très célèbre Concerto n°5 de Beethoven dit « L’Empereur », inscrit au répertoire des pianistes et orchestres les plus renommés, et une oeuvre de Zemlinsky, « La petite Sirène » une fantaisie orchestrale inspirée du conte d’Andersen, que l’on a rarement l’occasion d’entendre, promettait une soirée mémorable. L’un de ses autres atouts était la présence d’Armin Jordan au pupitre et — last but not least ...
L’Amour blessé  de Jupiter...

L’Amour blessé de Jupiter…

Semele de Haendel Après un Sirœ assez décevant en version de concert dans ce même théâtre, on pouvait être en droit d’attendre de ce Semele un plaisir équivalent à celui que nous avait procuré le superbe Serse, mais hélas, le miracle n’allait pas se reproduire. Pourtant, Semele, qui occupe une place à part dans l’œuvre du caro Sassone est loin d’être un ouvrage mineur. Lors de sa création en oratorio à ...
Haendel à l’heure du thé...

Haendel à l’heure du thé…

Georg Friedrich Haendel ; L’Allegro Parfois, on peut se demander si la musique n’est pas sans avoir quelque affinité avec l’art culinaire : autant des ingrédients très simples, mais bien accommodés, peuvent aboutir à un résultat fort savoureux, autant des mets très raffinés et recherchés se révéler parfois insuffisants pour réussir un plat, surtout s’il manque un chef sachant y apporter la petite touche finale qui donne le chic, et/ou la saveur... ...
Beethoven, royal invité de Prades aux Champs-Elysées

Beethoven, royal invité de Prades aux Champs-Elysées

Michel Lethiec Depuis plusieurs années déja, le célèbre Festival de Prades, dont l’actuel directeur artistique est le clarinettiste Michel Lethiec, prend ses quartiers d’hiver au Théâtre des Champs Elysées, dans cette salle feutrée qui a résonné de tant de présences illustres. Outre Beethoven, Haydn, Mozart, Schubert et Arvo Pärt figuraient, cette année, au programme des trois concerts prévus par les organisateurs du Festival. La musique de chambre de Beethoven est probablement une ...
Les malheurs de « Siroe »

Les malheurs de « Siroe »

« Siroe, re di Persia » de Haendel Après la réussite de Serse, présenté en novembre dernier dans ce même théâtre, on pouvait espérer beaucoup de cette version de concert d’une œuvre encore plus rare : Sirœ rè di Persia, créée le 17 février 1728 au King’s Theatre de Londres. Sa distribution était alors éblouissante, réunissant rien moins que le fameux castrat Francesco Bernardi, dit « Il Senesino » dans le rôle-titre, et les ...
Heinrich Ignaz von Biber - Petits arrangements avec le Ciel

Heinrich Ignaz von Biber – Petits arrangements avec le Ciel

Le titre original allemand des Sonates du Rosaire est Mysterien Sonaten : Sonates des Mystères... Et c’est bien un mystère qui traverse de part en part cette œuvre exceptionnelle, redécouverte à la fin du XIX° siècle, publiée en 1905 dans « L’Anthologie des Monuments de la Musique en Autriche » — et qui, depuis, ne cesse de fasciner les musicologues, les violonistes et les éditeurs. Le compositeur austro-bohémien Heinrich Biber a laissé à la ...
José Van_Dam

José Van Dam, un Maître de musique

On ne présente plus José van Dam, un des chanteurs qui ont le plus marqué la vie musicale de ces trois dernières décennies. Aussi à l’aise dans Mozart : Leporello à Garnier sous l’ère Liebermann, pour un mythique Don Giovanni avec Kiri Te Kanawa, Ruggiero Raimondi, Margaret Price et Jane Berbié, puis plus tard le rôle-titre au Théâtre du Châtelet — que dans Verdi (on n’oubliera pas de si tôt son ...
Agostino Steffani (1654-1728) - Soavità assoluta

Agostino Steffani (1654-1728) – Soavità assoluta

Le joli disque que voilà, et qui a le mérite non négligeable de nous faire mieux connaître un compositeur peu enregistré en regard de la qualité de son oeuvre. Né à Castelfranco Veneto, Agostino Steffani eut une vie hors du commun : musicien, diplomate et dignitaire ecclésiastique, chargé de missions politiques pour l’Eglise, il voyagea en Italie, en Allemagne puis en Belgique, où il fut l’envoyé extraordinaire de la Cour de Bavière ...
Rendez-vous manqué avec le Cantor de Leipzig

Angelika Kirchschlager, rendez-vous manqué avec le Cantor de Leipzig

Bach a toujours été la terreur de bon nombre de musiciens, toutes disciplines confondues, mais plus particulièrement des chanteurs. En effet, la musique écrite par le cantor de Leipzig est quasi mathématique, abstraite, et demande une précision extrême, du souffle au kilomètre, une égalité vocale sur toute la largeur de la tessiture et, surtout, un total abandon allié à une très grande rigueur, ce qui peut sembler contradictoire. L’ abandon ...

Dmitri Hvorostovsky, le Soleil noir de la mélancolie …

Le récital Dmitri Hvorostovsky, qui s’inscrivait dans la Saison Russe du Théâtre du Châtelet, était l’occasion de réentendre, peu après Iolanta en version de concert en ce même théâtre, le baryton russe Dmitri Hvorostovsky, que l’on souhaiterait avoir le bonheur d’applaudir plus souvent à Paris. Ce même Théâtre du Châtelet lui avait offert en 1991 l’un des meilleurs Eugène Onéguine que l’on ait entendus, intense, puissant, insolent, presque possédé, l’un de ...

Alcina Triumphans

Cette version de concert d’Alcina clôturait le cycle intitulé « Le Merveilleux » programmé par la Cité de la Musique du 17 janvier au 27 février 2003, et comportant des manifestations très variées : projections de films, concerts, forum, spectacles pour le jeune public. L’âge baroque a toujours été friand de merveilleux, en particulier à travers ses opéras, où l’on voit de preux chevaliers, errant dans des forêts enchantées, rencontrer de ...

Un vaudeville alla Rossini …

Antonino Fogliani / Jérôme Savary C’est toujours un plaisir sans mélange que de retrouver l’écrin de la Salle Favart, de plus pour un petit bijou comme Le Comte Ory, du grand Rossini, si rarement donné, alors que la scène parisienne n’est pas avare d’œuvres plus connues du maître de Pesaro comme Le Barbier de Séville, L’Italienne à Alger et Cenerentola - cette dernière n’est-elle pas programmée deux fois cette année ? Depuis 1828, ...

Puck et Titania à Leipzig …

Il s’agissait ce soir-là du concert de clôture du cycle consacré par Kurt Masur et l’Orchestre National de France à Felix Mendelssohn. Déjà en 2002, lors de son arrivée à la tête de l’Orchestre National de France, le chef allemand avait eu une initiative similaire en dirigeant une intégrale des symphonies de Ludwig van Beethoven. Felix Mendelssohn, cet « enfant béni des dieux », dont la vie fut plutôt courte, mais féconde, est ...

Reinhard Gœbel, Anne Sofie von Otter : Lamenti

Lamento, ma non troppo... N’être qu’une plainte dans la bouche de l’aimée, cela aussi est merveilleux. Schiller – « Nänie » A priori le programme annoncé avait de quoi séduire, puisqu’il présentait, quasiment sur deux siècles, une sorte de panorama en raccourci du baroque européen, de Monteverdi à Vivaldi en passant par Purcell - avec de surcroît un choix d’idiomes variés (allemand, anglais, italien). Son intitulé « Lamenti » annonçait la tonalité générale de la soirée, ...

Geneviève De Brabant ou Wagner et Weber du côté des Monty Python…

Benjamin Lévy / Stéphan Druet On ne peut que saluer l’heureuse initiative du Théâtre de l’Athénée d’avoir programmé en cette période dite « des fêtes », finalement assez morose, ce petit bijou méconnu qu’est Geneviève de Brabant. Créée en 1859, un an après Orphée aux Enfers, cette œuvre a, pendant seize ans, été remaniée plusieurs fois par son auteur : version définitive en 1867, puis troisième version en 1875, au demeurant moins réussie. Cette fois, abandonnant ...

… Ou comment avoir vingt ans ouvre la porte à l’éternité …

Mark Minkowski / Les Musiciens du Louvre « Rameau est la récompense de notre fatigue et l’un de nos plus chers étonnements ». Jacques Rivière – « Etudes » (1909) Le 20 mars 1982, en l’Eglise Saint-Merry à Paris, un nouvel ensemble, les Musiciens du Louvre, donnait un premier concert, sous la direction de Marc Minkowski, avec des concertos de Bach, Haendel et Vivaldi. Depuis, que de chemin parcouru, concerts et enregistrements à la clé, jusqu’à l’installation à ...

Jules César à l’épreuve de la scène, petit bilan en forme d’étude …

A l’issue des représentations plus ou moins chaotiques du Palais Garnier, terminées déjà depuis la mi-octobre et à présent que l’enregistrement réalisé fin novembre à Vienne pour DG est désormais « en boite » il n’est sans doute pas inutile de songer au bilan de ce Jules César, d’autant plus qu’après l’Ariodante d’avril mai 2001, Marc Minkowski retrouvait Haendel, avec à priori, des conditions scéniques plus sereines. En effet, il s’agissait d’une reprise ...
Sena Jurinac

Schumann par Sena Jurinac, Le chant Retrouvé …

La réédition d’un récital enregistré en studio en 1954, d’une artiste aussi rare au disque que la magnifique Sena Jurinac constitue à coup sûr un événement, et dans ce cas précis, un enchantement. Au début, on est étonné, puis conquis par tant de naturel, de pudeur et de totale évidence : il semble qu’on n’avait jamais entendu Schumann aussi simple, aussi spontané, comme allant de soi. Pas de pathos chez Jurinac, pas ...

François Chat & Fred Frith : « Setaccio »

Il s’agit d’un spectacle rare, hors normes, étrange, précieux, particulier, subtil, raffiné, surprenant, profondément poétique, difficile à placer dans une catégorie, en un mot « inclassable ». Est-ce de la danse, du théâtre, du cirque, du mime ? On ne sait... C’est un peu tout cela et bien d’autres choses encore... Ce qui est sûr, c’est que la musique y est omniprésente et forte : parfois les bruits de la ville, quelques chants siciliens, des ...