Compositeur invité : Henri Dutilleux

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Eglise Luthérienne Saint-Marcel, 24 rue Pierre Nicole, 75005 Paris, 7 et 8/05/04 ; Antonin DVORAK (1804-1904) : Danses Slaves pour piano à 4 mains, Trio pour piano, violon et violoncelle n°4 Dumky opus 90 B 105 ; W.A. MOZART (1756-1791): Sonate pour violon et piano en mi mineur K304, Henri DUTILLEUX (1916) : Sonate pour piano seul ; Trois Strophes sur le nom de Sacher pour violoncelle, Trois Préludes pour piano, IGOR STRAVINSKY (1882-1971) : Trois pièces pour clarinette ; Claude DEBUSSY (1862-1918) : Sonate n°1 en ré mineur pour violoncelle et piano, Franz SCHUBERT (1797-1828): Octuor pour cordes et vents en fa majeur D 803 ; Marina CHICHE (violon), Henri DEMARQUETTE (violoncelle) Vahan MARDIROSSIAN (piano), Alexandre GASPAROV (piano), David GRIMAL (violon), Floriane BONANNI (violon), Nicolas BONE (alto), Marc COPPEY (violoncelle), Bernard CAZAURAN (contrebasse), Vanessa WAGNER (piano), Nicolas BALDEYROU (clarinette), Emmanuel PADIEU (cor), Clelia GOLDINGS (basson).

Festival Musikalia – Eglise Luthérienne Saint-Marcel

Henri Demarquette - Photo (c) DR

« Réunir des enfants, des artistes de renommée internationale et un public toujours plus nombreux autour de la musique classique, tel est le but que s’est fixé l’Association Musikalia en créant le Festival en Contrepoint. Ce faisant, elle poursuit un double objectif. L’après-midi, en s’associant à l’Education Nationale, c’est à travers des ateliers concerts, propices à la rencontre et au dialogue entre le jeune public et les interprètes, que Musikalia offre aux enfants la possibilité d’aiguiser leur sensibilité musicale de façon ludique et exigeante. Ce projet novateur leur permet de donner libre cours à leur créativité par des travaux et recherches en rapport avec le Festival.

Le soir, ces ateliers se prolongent par des récitals de musique de chambre qui, par la qualité des interprètes, la diversité de la programmation et la présence d’un compositeur d’aujourd’hui, contribuent au rayonnement du Festival. Il est heureux de constater que bon nombre de nos mélomanes en herbe répondent à notre invitation au concert !

Il y a déjà cinq ans que l’excellent et généreux violoncelliste et le talentueux pianiste-compositeur animent ce beau et bienvenu festival. Ils rassemblent la fine fleur de l’interprétation française et des artistes de renommée internationale. Un regal de générosité, de talent et de don de soi pour un public jeune, attentif et ébloui par l’offrande musicale.

présente avec une chaleur et une jeunesse communicatives le programme, en ayant soin chaque fois de resituer l’oeuvre dans son contexte et de conduire le public vers une meilleure compréhension.

Pour l’hommage au centenaire de la mort de Dvorak, et Vahan Mardirrossian se sont lancés dans les Danses Slaves pour piano à 4 mains écrites en 1878 à la demande de l’éditeur berlinois Simrock. Ils offrent avec enthousiasme et virtuosité la brillante stylisation de ces œuvres imprégnées d’un esprit et d’un caractère profondément populaires. Le Trio Dumky pour piano, violon et violoncelle n°4, ces « petites méditations » en six pièces sont un régal par leur style qui privilégie la césure, les changements de tempi, de phrasés et les sautes de tonalité. Le violon de Marina Chiche chante et brille d’aisance et de finesse, le violoncelle de Henri Demarquette est en or pur (comme toujours !) et le piano de d’une limpide clarté.

Ensuite, Marina Chiche et savent retrouver les tourments et la tristesse de Mozart quand il écrivit en 1778 cette délicate œuvre en deux mouvements qu’est la Sonate pour violon et piano en mi mineur K304.

L’hommage à cet immense compositeur qu’est commence avec la Sonate pour piano enlevée avec brio et de belles et profondes sonorités par Vahan Mardirossian. Ce premier opus du maître écrit entre 1946 et 1948, dédié à la pianiste Geneviève Joy, exige virtuosité, rigueur et une grande conscience harmonique. Rien n’a manqué. Les Trois Strophes sur le nom de Sacher, pour violoncelle seul, écrites en 1976 à la demande de Rostropovitch à l’occasion des 70 ans du grand chef suisse sont interprétées par l’archet magique de Henri Demarquette. Il porte en lui la musique avec un talent, une générosité et un bonheur sans cesse renouvelés et en donne une interprétation lumineuse et intense, éblouissant un public conquis. Il est, il est vrai, l’un de nos très grands violoncellistes par la beauté, l’élégance, l’équilibre raffiné de son jeu, son sens poétique, ses sonorités et ses couleurs.

Samedi 8 mai, et sa clarinette virtuose enchantent le public avec les Trois pièces pour clarinette de Stravinsky écrites pendant la Première Guerre Mondiale en hommage au mécène et clarinettiste suisse Werner Reinhardt.

Dans le public, tranquillement assis sur sa chaise, , 88 ans, assiste heureux, à ses Trois Préludes pour piano, des pages exceptionnelles qui concentrent toute l’esthétique du compositeur et que la très ravissante fait briller avec beaucoup d’intensité, de virtuosité et de sensualité élégantes.

Le violoncelle de l’excellent accompagne pour une profonde et mélancolique Sonate n°1 en ré mineur pour violoncelle et piano de Debussy écrite en 1915. Tous deux dialoguent avec raffinement et poésie dans un équilibre instrumental de toute beauté.

Enfin, les talentueux (violon), Floriane Bonanni (violon), (alto), (violoncelle), Bernard Cazauran (contrebasse), (clarinette), Emmanuel Padieu (cor) et Clelia Goldings ( basson) offrent au public un magistral Octuor pour cordes et vents en fa majeur D 803 de Schubert. Tous ces instrumentistes doués, généreux et talentueux étaient au rendez-vous de la pensée schubertienne et de la force orchestrale de cette œuvre de plénitude en 8 mouvements.

Un conseil : en 2005 précipitez vous à ce festival généreux, inventif, au programme très bien élaboré et, cerise sur le gâteau, dont les prix sont plus qu’abordables.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.