Vladimir Mikulka, guitare

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Paris. Centre Culturel Tchèque. 17-V-2004. Ivan Jelinek : Partita en la majeur ; Pierre Ancelin : 3 Chansons de la Vieille Espagne, 4 Préludes ; Nikita Koshkin : Usher Valse, 3 arrêts sur une route ; Suzanne Giraud : Eclosion ; William Walton : Bagatelles.

v_mikulka-300x400Centre Culturel Tchèque

D’Est en Ouest, du Baroque à la Musique Contemporaine, tel était le parcours proposé par Vladimir Mikulka dans ce concert donné au Centre Tchèque. La performance s’ouvrait sur la Partita en la majeur d’Ivan Jelinek, compositeur tchèque contemporain de Bach. C’est une œuvre profonde et originale, écrite pour luth, mais dont l’harmonie cristalline se prête idéalement à la guitare. Sautant trois siècles, Vladimir Mikulka nous a ensuite proposé deux séries de pièces de Pierre Ancelin, musicien originaire de Provence disparu en 2001. Les 3 chansons de la vieille Espagne nous replongent dans une atmosphère ibérique, et les 4 préludes, d’écriture plus récente, donnent dans un style aux accents parfois « jazzy ». S’enchaînaient ensuite 2 œuvres Nikita Koshkin, ami de notre interprète et lui-même guitariste moscovite, en nous offrant la Usher Valse et les 3 arrêts sur une route qui ont ramenés le public dans une ambiance très « New Orleans ». Vladimir Mikulka nous a ensuite interprété Eclosion, œuvre complexe et virtuose de inspirée de la musique pour luth de la Renaissance dans laquelle sont explorées toutes les possibilités de l’instrument et ou se déploient les recherches d’harmonies inhabituelles de l’auteur à l’aide de « scordatures ». , qui avait écrit cette œuvre pour Vladimir Mikulka, était présente ce soir-là et a pu apprécier la personnalisation donnée par l’artiste à son œuvre. Le programme se terminait sur les fameuses Bagatelles de , qui avaient été créées par Julian Bream, et qui sont depuis fréquemment inscrites au répertoire des guitaristes.

Rappelé à deux reprises par le public très enthousiaste, Vladimir Mikulka nous a donné en bis deux pièces plus « classiques » de la littérature de son instrument, le Prélude n° 5 de Villa Lobos et le troisième mouvement de la Sonate de Joaquin Turina. Ce fut un récital de grande qualité qui nous a été offert ce soir là par le Centre Tchèque, avec un programme original loin des poncifs qu’on peut se faire sur cet instrument.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.