Artistes, Instrumentistes, Portraits

Le Quatuor « Sur la corde rêve »

Plus de détails

Montreux. Auditorium Stravinski. 28-I-2005 Le Quatuor Jean-Claude Camors, violon, Laurent Vercambre, violon, Pierre Ganem, alto, Jean-Yves Lacombe, violoncelle.

Avant Scène

Faut-il encore présenter Le Quatuor ? Ce nom d’artiste qui regroupe quatre instrumentistes de haut vol paraît peut-être de prime abord un nom commun, il n’en demeure pas moins le patronyme de l’un des ensembles les plus phénoménaux du monde du théâtre humoristique de ces dernières années. Le Quatuor, c’est quatre archets souverains inféodés à l’humour le plus malicieux, vingt cordes vibrantes mises au service virtuose des plus facétieuses révérences et irrévérences faites au monde parfois un peu sclérosé de la musique dite classique. Mais que l’on ne se trompe pas, l’exercice n’est pas un cri adolescent poussé au milieu de la jungle urbaine, ni une punkification outrancière et gratuite de la musique, loin s’en faut. « Quelle que soit la voie explorée, au-delà de toute parodie et de toute performance, la musique devra toujours en sortir vainqueur », nous rappelle Alain Sachs, le metteur en scène du spectacle. Cela fait maintenant douze ans qu’il pourvoit au succès du Quatuor, un ensemble qui donne désormais des spectacles loin à la ronde à raison de cent représentations par an.

Jean-Claude Camors, violon, Laurent Vercambre, violon, Pierre Ganem, alto, Jean-Yves Lacombe, violoncelle peuvent tous arborer un curriculum vitæ étourdissant. Leur talent et leur éclectisme, ces quatre clowns les exploitent pour raconter une histoire, suivre le fil conducteur du spectacle complet qu’ils ont imaginé, un spectacle qui participe autant du monde du cirque que de celui de la musique de chambre, avec cette habileté et cette musicalité de tous les instants qui se révèlent comme par inadvertance. Leurs débuts, ils les avaient pourtant faits comme artistes de rue, en 1980, avant de s’attaquer à une modeste tournée en Bretagne. Puis, les antennes de télévision belges, suisse et françaises se sont faits le relais médiatique de leur travail ; en 1982, le Prix René Praile leur est décerné au Off d’Avignon. La conquête de l’Europe peut dès lors commencer : 1983 verra leur avènement en Allemagne, en Italie puis dans toute l’Europe. En 1988, Le Quatuor sera même l’invité des festivals « ès-classiques » d’Aix-en-Provence ou de Saint-Céré. En 1995, il ira jusqu’à entraîner la Vienne la plus impériale dans la danse de ses inaliénables succès. En plus de vingt années d’existence, Le Quatuor a réuni plus d’un million et demi de spectateurs et aligne les succès publics : Molière 1994 pour « Le diable aux Cordes », Molière et Victoire de la Musique 1998 pour l’inouï « Il pleut des Cordes » et enfin Molière 2003 pour « Sur la Corde Rêve », le spectacle qu’accueille la saison de l’Auditorium Stravinski à Montreux en janvier.

Plus de détails

Montreux. Auditorium Stravinski. 28-I-2005 Le Quatuor Jean-Claude Camors, violon, Laurent Vercambre, violon, Pierre Ganem, alto, Jean-Yves Lacombe, violoncelle.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.