La Scène, Opéra, Opéras

Faust ou Faux semblants avec Jonas Kaufmann à Zürich

Plus de détails

Zürich. Opernhaus. 19-XII-2004. Charles Gounod (1818-1893) : Faust, opéra en cinq actes sur un livret de Jules Barbier et Michel Carré. Mise en scène : Götz Friedrich, décors : Andreas Reinhardt, costumes : Jan Skalicky, lumières : Jürgen Hoffmann. Avec : Jonas Kaufmann, Faust ; Elena Mosuc, Marguerite ; Carlo Colombara, Méphistophélès ; Oliver Widmer, Valentin ; Judith Schmid, Siébel ; Katharina Peetz, Dame Marthe ; Peter Kálmán, Wagner. Chœur de l’Opéra de Zürich (chef de chœur : Jürg Hämmerli), Orchestre de l’Opéra de Zurich, direction : Patrick Fournillier.

Prenez un timbre rond et chaud à la Raoul Jobin, un aigu facile et lumineux à la Jussi Bjœrling, une intensité dramatique à la Placido Domingo et un art des nuances à la Nicolai Gedda. Ajoutez-y une articulation précise et claire ainsi qu’une maîtrise technique de l’instrument qui permet même une authentique messa di voce sur un contre-ut. Ajoutez enfin un physique de jeune premier et une présence scénique de première classe – et vous avez le chanteur idéal pour le Faust de Gounod. En d’autres mots, vous avez . Le jeune ténor munichois est décidément l’un des talents les plus intéressants du moment. Il excelle dans Mozart, Beethoven et, tout récemment, dans Weber. Mais il aborde avec autant de succès Verdi, Puccini et, comme nous venons de le constater, le répertoire français. Une carrière à suivre.

Aux côtés de dans cette reprise d’une production de 1997, on retrouve une habituée de Zürich, la soprano roumaine Elena Mosuc. Elle chante la Reine de la nuit et Luisa Miller, Lucia di Lammermoor et les quatre femmes dans les Contes d’Hoffmann. Et elle aussi s’avère être une Marguerite idéale. Comme peu de chanteuses, elle sait incarner, scéniquement et vocalement, la jeune fille des actes II et III et, de façon toute aussi convaincante, la tragédienne des actes IV et V. Elle brille dans les vocalises de l’air des bijoux et développe une intensité dramatique surprenante dans la scène de l’église et dans le finale. Ses piani, ses graves, ses aigus – tout est en place, mais il ne s’agit jamais d’une pure démonstration de qualités vocales. Au contraire, tout est au service d’une interprétation touchante, voire émouvante.

Chanter avec de tels artistes d’exception doit être difficile. Mais en Méphistophélès tire son épingle du jeu. Certes, la voix n’est pas très grande et plutôt monochrome, mais il est très sûr vocalement, son français est plus qu’acceptable et il est bon acteur. Conformément aux intentions de feu Monsieur Friedrich, son diable est plus ironique que noir, plus cynique que démoniaque.

Comme souvent à Zürich, les seconds rôles ont été distribués avec soin : Oliver Widmer – malgré une indisposition annoncée – campe un Valentin crédible (mention spéciale pour la scène de la mort), Judith Schmid chante et joue un Siébel parfait et Katharina Peetz a trouvé le rôle de sa vie avec Dame Marthe.

au pupitre trouve toujours le tempo juste, dirige avec soin et finesse. Il rend justice à tous les aspects de cette partition complexe : aux moments intimes et aux scènes grandioses (impressionnant « Gloire immortelle de nos aïeux » avec un chœur en grande forme), au romantisme lyrique et aux points culminants dramatiques.

Ce qui vaut également pour la mise en scène, un des meilleurs travaux de en fin de carrière, repris pour l’occasion par Claudia Blersch. Décors et costumes sont aussi modernes qu’atemporels et donnent un cadre convenable à une direction des acteurs intense et variée, conforme à tout moment au livret et à la musique. Ainsi scène et musique se marient de façon idéale et démontrent une nouvelle fois l’unique fascination de l’art lyrique.

Plus de détails

Zürich. Opernhaus. 19-XII-2004. Charles Gounod (1818-1893) : Faust, opéra en cinq actes sur un livret de Jules Barbier et Michel Carré. Mise en scène : Götz Friedrich, décors : Andreas Reinhardt, costumes : Jan Skalicky, lumières : Jürgen Hoffmann. Avec : Jonas Kaufmann, Faust ; Elena Mosuc, Marguerite ; Carlo Colombara, Méphistophélès ; Oliver Widmer, Valentin ; Judith Schmid, Siébel ; Katharina Peetz, Dame Marthe ; Peter Kálmán, Wagner. Chœur de l’Opéra de Zürich (chef de chœur : Jürg Hämmerli), Orchestre de l’Opéra de Zurich, direction : Patrick Fournillier.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.