Aller + loin, Expositions

Année Mozart à Mittenwald : Le génie possédait un violon bavarois !

Plus de détails

2006 est l’année Mozart ! Les revues – spécialisées ou non -, les maisons d’éditions présenteront un « numéro spécial Mozart », une nouvelle biographie du compositeur…. Resmusica se devait aussi d’être au rendez-vous, mais dans cette courte chronique, nous ne parlerons que peu de Mozart. Ce dernier sera seulement le « Sésame » qui va nous permettre d’évoquer la ville de Mittenwald, jolie petite citée du sud de l’Allemagne, en Bavière, non loin de la frontière autrichienne, ainsi que son école de violon

2006 est l’année Mozart ! Les revues – spécialisées ou non -, les maisons d’éditions présenteront un «numéro spécial Mozart», une nouvelle biographie du compositeur…. ResMusica se devait aussi d’être au rendez-vous, mais dans cette courte chronique, nous ne parlerons que peu de Mozart. Ce dernier sera seulement le «Sésame» qui va nous permettre d’évoquer la ville de Mittenwald, jolie petite citée du sud de l’Allemagne, en Bavière, non loin de la frontière autrichienne, ainsi que son école de violon.

Salzburg, Paris, Prague, Vienne, voici quelques-unes des villes qui peuvent se flatter d’avoir un rapport avec . Pourquoi donc Mittenwald ? Quel est le rapport entre le compositeur et cette petite ville bavaroise ? La réponse est le violon. Aujourd’hui, nous savons que l’un des violons de Mozart est une réalisation de Matthias Klotz, luthier de la fin du XVIIe siècle installé à Mittenwald. Aujourd’hui, cet homme est considéré comme le fondateur de l’école de violon de cette ville.

Se trouvant à une vingtaine de kilomètres de Garmisch-Partenkirchen (1), la cité de Mittenwald est mentionnée pour la première fois dans les textes au XIe siècle. A la Renaissance, sa situation géographique l’amène à devenir une étape commerciale importante sur la route reliant Venise à Augsburg. Mais ce n’est qu’au XVIIe siècle que la ville entre de plein pied dans le monde du violon. A la fin du XVIIe, un luthier du nom de Matthias Klotz s’installe dans cette petite ville et y ouvre son atelier. Né en 1653, Matthias Klotz apprend l’art de la lutherie à Füssen (2), en Bavière. Nous le retrouvons entre 1672 et 1678 sillonnant les roues de Padoue pour le compte du luthier Pietro Railich. Aucun détail ne nous est parvenu sur la vie de Matthias Klotz avant 1685, année de son installation à Mittenwald. Dans son atelier, de nombreux jeunes garçons furent formés, notamment ses trois fils qui contribuèrent à la mise en place d’une dynastie Klotz à Mittenwald : Georg (1687-1737), Sebastian (1696-1775) (3), Johann Carol (1709-1769). La première moitié du XVIIIe siècle vit l’apogée de l’école de violon de Mittenwald. Par la suite elle connut des moments plus difficiles. Pour enrayer le déclin de la production instrumentale de la région, le roi de Bavière Maximilien II (1834 – 1883) décide de fonder l’Ecole de violon de Mittenwald.

Malgré cet effort, le glas de la fabrication du violon sonnera avec la première guerre mondiale. Dans les années 1930, des tentatives pour relancer l’activé vont se solder par un échec à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. Au lendemain du conflit, l’installation de luthiers provenant du sud de l’Europe et notamment de Tchécoslovaquie va contribuer au renouveau de la production du violon de qualité à Mittenwald. En 2003, on dénombrait encore 11 luthiers. Ce renouveau va être accompagné par la mise en place en 1989 d’une compétition internationale pour la fabrication de violons. Elle se tient tous les 4 ans et la prochaine session sera en 2009.

Cette histoire du violon à Mittenwald nous parvient aujourd’hui grâce à un musée, le musée du violon dont la fondation remonte à 1930. Situé dans une petite maison du centre ville, le bâtiment est dédié à la fabrication de l’instrument. Après avoir franchi la première salle où est reconstitué l’atelier d’un luthier à Mittenwald au début du XXe siècle, nous déambulons sur deux niveaux où les différentes phases de réalisations sont expliquées et des instruments présentés. Le cœur de cette institution consiste en une petite salle où le nom de Mozart est présent. Autour d’une vitrine où se trouvent des instruments réalisés de la main de Matthias Klotz, les conservateurs nous expliquent sur un panneau qu’un des violons du célèbre compositeur provient de cette ville !

Du souvenir de Matthias Klotz à Mittenwald, nous voyons aujourd’hui, une rue qui porte son nom, une statue non loin de l’église ainsi qu’une fresque peinte sur le mur d’une maison (4).

1.Ville connue pour avoir non seulement accueilli les Jeux Olympiques d’hiver de 1936, mais aussi pour avoir été la résidence de (1864-1949).

2.Aujourd’hui, cette ville est surtout connue pour être voisine avec le château le plus connu de Louis II de Bavière, Neuschwanstein.

3.Le second fils de Matthias Klotz est celui qui fit le plus pour la renommée des violons Klotz ainsi que de Mittenwald. Il eut trois fils qui furent aussi des luthiers, Georg II (1723 – 1797), Aegidius Klotz (1733 – 1805), Joseph I (1743 – 1809 env. )

4.Est reprise ici une vieille tradition commune à l’Allemagne du Sud et l’Italie. Les façades des maisons sont peintes de sujets religieux, folkloriques voire même historiques.

Crédits photographiques : © Trâm Journet-Nguyen

Plus de détails

2006 est l’année Mozart ! Les revues – spécialisées ou non -, les maisons d’éditions présenteront un « numéro spécial Mozart », une nouvelle biographie du compositeur…. Resmusica se devait aussi d’être au rendez-vous, mais dans cette courte chronique, nous ne parlerons que peu de Mozart. Ce dernier sera seulement le « Sésame » qui va nous permettre d’évoquer la ville de Mittenwald, jolie petite citée du sud de l’Allemagne, en Bavière, non loin de la frontière autrichienne, ainsi que son école de violon

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.