Plus de détails

César Franck (1822-1890 : Pièce héroïque (trois pièces) ; Paul Gilson (1865-1942) : Prélude sur un vieux lied allemand ; Raymond Moulaert (1875-1962) : Lazarus (Trois poèmes bibliques) ; Joseph Jongen (1873-1953) : Le bon chîval ; Valéry Aubertin (né en 1970) : Vincent van Gogh (Livre ouvert) ; Louis Vierne (1870-1937) : Symphonie n°4. Els Biesemans, orgue. 1 CD Etcetera. Référence KTC 1299. Enregistré en septembre 2005 sur l’orgue Adrian et Salomon van Bever de la Communauté internationale des Dominicains de Bruxelles. Notice en : anglais, français, allemand et néerlandais. Durée : 72’02

 

Les échanges culturels entre la Belgique et la France se sont toujours révélés florissants et multidisciplinaires. L’orgue ne fait pas exception! François Joseph Fétis (1784-1871) qui fut pendant de nombreuses années professeur et bibliothécaire en chef du Conservatoire de Paris, est l’instigateur de l’apparition d’une école belge de l’orgue. En 1833, Fétis est nommé maître de chapelle et directeur du conservatoire de Bruxelles, il développe l’enseignement pour orgue et forme différents élèves dont Jaak-Nicolaas Lemmens. Engagé en 1849 comme professeur d’orgue dans la prestigieuse institution pédagogique belge, ce dernier accueille de nombreux élèves talentueux dont Joseph Callaerts, Alphonse Mailly mais aussi et .

Le présent disque nous convie à une exploration de partitions franco-belges pour orgue composées aux alentours de la première guerre mondiale. Ces partitions sont encadrées de deux illustres « statues du commandeur » : la Pièce héroïque de Franck et la Symphonie n°4 de  ; tandis qu’une courte mais belle création du jeune compositeur français Valery Aubertin établit un lien avec le présent pour un instrument aux possibilités tant éternelles qu’insoupçonnées.

D’une grande cohérence, ce programme nous permet de découvrir les réalisations de deux figures importantes de la Belgique artistique. , auteur de superbes partitions symphoniques et figure incontournable de la vie musicale belge, nous charme avec son Prélude sur un vieux lied flamand aux climats évocateurs et puissants. Musicien tout aussi important dans l’histoire culturelle du plat pays, , est présent à travers l’inattendu, mais roboratif et copieux Bon Chîval dont le titre illustre musicalement un dicton provençal qui signifie que l’on se sent mieux après avoir bu. Autodidacte en matière de composition, possède pourtant un remarquable sens de la construction et de la narration qui illustrent l’histoire de Lazarus.

Enregistré à l’occasion du centenaire de l’église dominicaine de Bruxelles, ce parcours est magistralement servi par la jeune organiste . Lauréate de nombreux concours internationaux dont celui de la ville de Paris (2003), la jeune musicienne belge possède la technique, la musicalité et l’inspiration pour se fondre dans les différents styles. La titulaire de l’orgue des Dominicains joue sur un instrument construit en 1910 par Adrien et Salomon van Bever, deux des plus importants facteurs belges de cette époque. Servi par une superbe prise de son, ce disque fait honneur à la scène musicale belge.

Plus de détails

César Franck (1822-1890 : Pièce héroïque (trois pièces) ; Paul Gilson (1865-1942) : Prélude sur un vieux lied allemand ; Raymond Moulaert (1875-1962) : Lazarus (Trois poèmes bibliques) ; Joseph Jongen (1873-1953) : Le bon chîval ; Valéry Aubertin (né en 1970) : Vincent van Gogh (Livre ouvert) ; Louis Vierne (1870-1937) : Symphonie n°4. Els Biesemans, orgue. 1 CD Etcetera. Référence KTC 1299. Enregistré en septembre 2005 sur l’orgue Adrian et Salomon van Bever de la Communauté internationale des Dominicains de Bruxelles. Notice en : anglais, français, allemand et néerlandais. Durée : 72’02

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.