À emporter, CD, Musique symphonique

Requiem dans le respect de la tradition

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Requiem KV 626 (version Franz Xaver Süssmayr). Kriztina Laki, soprano ; Doris Soffel, mezzo-soprano ; Robert Swensen, Ténor ; Thomas Quasthoff, baryton. Kölner Rundfkunkchor, direction : Godfried Ritter. Kölner RundfunkSinfonieOrchester, direction : Gary Bertini. 1 SACD Capriccio. Référence 71 067. Enregistré en public à la Philharmonie de Cologne le 18 mai 1991. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Durée : 51’31 mn

 

Après la cruelle désillusion de la Grande messe en ut (lire ici notre chronique), on pouvait craindre le pire avec ce second album consacré à l’œuvre sacrée de . Fort heureusement, le niveau est tout autre et sans égaler les grandes références, cette interprétation est présentable.

s’inscrit dans la tradition « symphonisante » des interprétations du mystérieux dernier opus de Mozart. C’est assez massif, mais point trop lent et le chef réussit à éviter l’approche colossale et granitique de l’œuvre immortalisée par Josef Krips (Andante). Le discours est solennel mais il avance bien et le chef sait ménager les effets dramatiques : le Kyrie et le Dies irae sont de ce point de vue réussis. L’orchestre livre une belle prestation et tous les pupitres se mettent en valeur. Par rapport à sa médiocre prestation dans la Messe en ut, le Chœur de la Radio de Cologne a retrouvé un bel éclat, une homogénéité à défaut de couleurs chatoyantes.

Le quatuor de solistes est intéressant. Curiosité de cet enregistrement, le baryton maîtrise déjà son superbe timbre de velours et sa superlative intelligence du texte, bien que le manque de clarté et de réalisme de la prise de son gâche un peu notre plaisir. Le ténor Robert Swensen et la soprano Krisztina Laki font preuve d’un beau style mozartien et seule la mezzo nous fâche un peu avec son vibrato assez pénible.

Au final on peut saluer la belle qualité de ce concert, mais dans une discographie pléthorique, on peut préférer d’autres références sur instruments « modernes » : Bruno Walter (Sony), Karl Böhm (DGG), Léonard Bernstein (DGG). Malgré leurs défauts au regard des critères interprétatifs actuels, ces disques vont autrement plus loin dans l’exploitation du texte. Encore une fois, on regrette la brièveté du minutage. Il devait bien dormir dans les archives de la radio de Cologne, une symphonie ou une sérénade digne de compléter cet album.

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Requiem KV 626 (version Franz Xaver Süssmayr). Kriztina Laki, soprano ; Doris Soffel, mezzo-soprano ; Robert Swensen, Ténor ; Thomas Quasthoff, baryton. Kölner Rundfkunkchor, direction : Godfried Ritter. Kölner RundfunkSinfonieOrchester, direction : Gary Bertini. 1 SACD Capriccio. Référence 71 067. Enregistré en public à la Philharmonie de Cologne le 18 mai 1991. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Durée : 51’31 mn

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.