Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

La nouvelle génération de l’école anglaise

Plus de détails

Paris. Cité de la Musique. 3-X-2006. Kenneth Hesketh (né en 1968) : Netsuke pour ensemble instrumental ; Rebecca Saunders (né en 1967) : A visible trace pour ensemble instrumental  ; James Dillon (né en 1950) : la Femme invisible pour ensemble instrumental ; Jonathan Harvey (né en 1939) : Bird Concerto with pianosong pour piano et ensemble. Hideki Nagano, piano ; Ensemble InterContemporain, direction : Susanna Mälkki.

suzanna_malkki-300x235Cycle Londres à la Cité de la Musique

Après l’intégrale des douze symphonies Londoniennes de Haydn et deux soirées consacrées au répertoire choral et à « l’époque virginaliste » anglaise, c’était à l’ qui débutait sa trentième saison sous la direction de son nouveau chef d’honorer quatre compositeurs anglais vivants bien connus du public parisien en ce qui concerne notamment et surtout invité par à l’IRCAM depuis 1980.

Représentant la nouvelle génération de l’école anglaise, – tout juste trente huit ans – fixé à Cambridge, mène sa carrière en Angleterre après avoir étudié avec Henry Dutilleux à Tanglewood. Netsuke, son » livre d’image » est une évocation sensible et colorée où l’écriture finement ciselée met en valeur la qualité vibratile des sonorités et l’aura poétique de leur résonance, « tout un monde lointain » pour paraphraser son maître français.

Née à Londres en 1967, a étudié la composition auprès de à la Musikhochschule de Karlsruhe et semble davantage diriger ses pas vers l’Allemagne. Donné en création française, A visible trace révèle un univers sonore singulier, accueillant une guitare électrique et un banjo. S’appuyant sur toutes les acceptions du mot « trace » qu’elle détaille dans la notice de l’œuvre, travaille la projection et les trajectoires multiples du matériau sonore intégrant les sons bruités. Procédant au départ par éclats et déchirures, le geste instrumental s’assouplit progressivement, dessinant dans l’espace des figures sonores d’une grande délicatesse évoquant parfois la lutherie japonaise.

Dans la Femme invisible pour ensemble instrumental extrait du cycle électroacoustique Nine Rivers réalisé entre 1980 et 1990, explore avec sa désinvolture familière les relations entre « flux et turbulence ». Au sein du chaos sonore qui se veut organisé – tel ce son de cloche périodique agissant comme guide d’écoute – l’auditeur est rapidement submergé par le discours un rien touffu des huit solistes, du piano et des percussions, réalisant un maelström sonore dans lequel l’oreille finit par perdre tous ses repères.

La deuxième partie du concert faisait entendre Bird Concerto with pianosong, une étonnante partition de pour ensemble, piano et échantillonneur solistes, tous deux assumés avec brio par . Rares sont les compositeurs – on connaît cependant les travaux de – à avoir osé, après Olivier Messiaen, faire chanter « ces petites créatures ailées » dans leurs compositions. se laisse séduire par les 40 espèces d’oiseaux de Californie qui peuplent l’univers de sa création, mêlant couleurs et sensualité sonore. Son propre « style-oiseau » sollicite cependant l’électronique : les chants sont encodés digitalement puis transposés et ralentis pour contrepointer leurs modèles naturels et dialoguer avec les instruments et le piano en une polyphonie lumineuse et aérienne dont les effets de spatialisation venaient recréer l’environnement de ses espèces rares. L’ auquel s’était joint pour la circonstance un accordéon interprétait cette « fantaisie ailée » avec l’élan et la précision qu’exige le très beau travail de direction de .

Crédit photographique : © Aymeric Warmé-Janville

Plus de détails

Paris. Cité de la Musique. 3-X-2006. Kenneth Hesketh (né en 1968) : Netsuke pour ensemble instrumental ; Rebecca Saunders (né en 1967) : A visible trace pour ensemble instrumental  ; James Dillon (né en 1950) : la Femme invisible pour ensemble instrumental ; Jonathan Harvey (né en 1939) : Bird Concerto with pianosong pour piano et ensemble. Hideki Nagano, piano ; Ensemble InterContemporain, direction : Susanna Mälkki.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.