Concerts, La Scène, Musique symphonique

Tous les croisements sont permis

Plus de détails

Paris. Salle Gaveau. 15-X-2006. Piotr Moss (né en 1949) : Episodes. Patrice Caratini (né en 1946) : Bleue comme une orange ; From the ground. Charles Mingus (1922-1979) : the Black Saint and the Sinner Lady (arrangement : Patrice Caratini). David Guerrier, trompette. Caratini Jazz Ensemble, Orchestre Lamoureux, direction : Patrice Caratini, Didier Benedetti.

Rassemblés au grand complet, seuls les vents de l’ ont été conviés pour fêter les 125 ans de l’association symphonique. Bel age pour cette vénérable dame de la vie musicale parisienne, créatrice de la Mer de Debussy, qui après quelques tourments ces dernières années a décidé de souffler ses bougies sur des rythmes endiablés venus du jazz, en collaboration avec et son ensemble. Comme d’habitude ce genre de mélange n’a pas vraiment attiré le public de l’orchestre ni celui venu du jazz, et pourtant…

Et pourtant la vieille dame a de l’énergie à revendre. La preuve en est des inintéressants Episodes de , musique convenue sans originalité, mais menée avec brio par et troupes. Place au Caratini Jazz Ensemble pour Bleue comme une orange. A l’évidence les oreilles de ont traîné un peu partout, de Ravel à Franck Zappa en passant par Stravinsky et Miles Davis. La partie soliste et virtuose (écrite) de trompette vient lutter dans un combat sans merci contre chacun des instruments de l’ensemble (dans des solos improvisés) sans qu’un vainqueur ne se dégage. Outre l’excellence des musiciens de Caratini, Bleue comme un orange a bénéficié de la venue de sur lequel tous les superlatifs ont déjà été utilisés, tant sa sonorité tout à la fois fine et puissante est caractéristique.

Les deux orchestres se rejoignent pour un final débridé. Dans From the ground, commande du Festival Présence 2003, Caratini confronte une fois de plus virtuosité écrite et virtuosité improvisée dans un style très proche de la pièce précédente, défendu becs et ongles par un à la gestique survoltée. Place enfin à un « classique » du jazz, the Black Saint and the Sinner Lady, où parties écrites et parties improvisées s’affrontent joyeusement. Quand le jazz et le classique s’accouplent, ils peuvent donner de beaux enfants, surtout avec des parrains d’une telle qualité et d’une telle intelligence.

Jeanne Calment, feu notre doyenne de l’humanité, avait décidé de quitter ce monde à l’age de 125 ans. Pour l’, plus qu’un anniversaire, c’est une renaissance. Rendez-vous dès le 19 novembre pour la saison régulière au Théâtre des Champs-Élysées.

Crédit photographique : © DR

(Visited 96 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Salle Gaveau. 15-X-2006. Piotr Moss (né en 1949) : Episodes. Patrice Caratini (né en 1946) : Bleue comme une orange ; From the ground. Charles Mingus (1922-1979) : the Black Saint and the Sinner Lady (arrangement : Patrice Caratini). David Guerrier, trompette. Caratini Jazz Ensemble, Orchestre Lamoureux, direction : Patrice Caratini, Didier Benedetti.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.