À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Le Simon Boccanegra de Thomas Hampson

Plus de détails

Giuseppe Verdi (1813-1901) : Simon Boccanegra. Mise en scène : Peter Stein. Décors : Stefan Mayer. Costumes : Moidele Bickel. Avec : Thomas Hampson, Simon Boccanegra ; Cristina Gallardo-Domâs, Maria Boccanegra / Amelia Grimaldi ; Ferruccio Furlanetto, Jacopo Fiesco ; Miroslav Dvorsky, Gabriele Adorno ; Boaz Daniel, Paolo Albiani ; Dan Paul Dumitrescu, Pietro ; John Nuzzo, le capitaine des arbalétriers ; Songmi Yang, la servante d’Amelia. Chœur & Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne (chef de chœur : Ernst Dunshirn), direction : Daniele Gatti. Réalisation vidéo : Anton Reitzenstein. 1 DVD TDK. Enregistré en octobre 2002 au Staatsoper de Vienne. Image 16/9 anamorphique NTSC. Son DTS 5. 1, DD 5. 1 et PCM stéréo. Sous-titres en anglais, allemand, français, italien et espagnol. Zone 0. 137 minutes.

 

Trop longtemps et injustement délaissé par les programmations, Simon Boccanegra bénéficia d’un regain d’intérêt dans le dernier quart du XXe siècle, à la suite du retentissant succès de la production milanaise de Giorgio Strehler réunissant , Mirella Freni et Nicolai Ghiaurov sous la baguette de Claudio Abbado. Signe de ce retour mérité au répertoire, la présente production, captée en 2002 au Staatsoper de Vienne et reprise d’une production du Festival de Pâques de Salzbourg en 2000, constitue, sauf omission, la quatrième publication au DVD de cet opéra, dont confiait qu’il était son préféré.

S’il fallait trouver une seule justification à cette nouvelle version, ce serait sans conteste la direction somptueuse, animée et parfaitement idiomatique de , secondé par un magnifique Orchestre du Staatsoper (dont bon nombre de pupitres sont communs avec le Philharmonique de Vienne). Tout y frise l’idéal : l’accentuation des noirceurs et du caractère sombre de l’orchestration verdienne, au prologue notamment, la construction architecturale des ensembles (impressionnante et épique scène du Conseil), le soutien attentif aux voix, jamais couvertes même dans les tutti orchestraux, le sens pertinent du climat de chaque scène enfin. Qu’on écoute seulement le prélude de l’air d’entrée d’Amelia à l’acte I ; sur un tapis de cordes frémissantes, les interjections poétiques des bois y miment des chants d’oiseaux sur le littoral. A-t-on entendu peinture sonore plus convaincante, évocation plus tangible de l’univers marin depuis Claudio Abbado ?

La seconde source de satisfaction vient des voix graves masculines. En Simon, trouve probablement son incarnation la plus accomplie à ce jour dans le répertoire verdien. La magnificence de son timbre, la qualité de son legato, son attention au texte et son intense engagement dramatique en font un Simon bouleversant d’humanité. De plus, n’hésite pas à bousculer les habitudes dans le but d’une plus forte crédibilité. A titre d’exemple, sa malédiction de Paolo, murmurée, pleine de colère rentrée, est un grand moment de théâtre. Face à lui, est Fiesco, l’ennemi de caste. Il parvient lui aussi à s’investir pleinement dans son personnage et à profondément nous émouvoir. Sur le plan vocal, en dépit d’une émission parfois un tantinet engorgée, cette belle voix de basse aux graves profonds et sonores rend justice à la partition. On ne sera donc pas surpris que les deux scènes d’affrontement entre Simon et Fiesco, au tout début et à la fin de l’opéra, particulièrement soignées par Verdi, soient superbement servies par ces deux interprètes de grande classe. Enfin, last but not least, le Paolo violent et intense de Boaz Daniel nous offre le plaisir d’une voix saine et magnifiquement conduite dans ce rôle trop souvent négligé. Ce baryton d’origine israélienne, alors simple membre de la troupe de l’Opéra de Vienne, mène depuis une belle carrière.

Avec le couple Amelia () et Gabriele (, frère cadet de Peter), on retombe dans une interprétation plus routinière. La voix de est incontestablement d’un très beau matériau et d’une école soignée. Elle ne manque pas de lyrisme mais, peut-être pour avoir trop fréquenté Puccini dont elle est une spécialiste, pêche par un excès de dramatisme au sens caricatural du terme. Scéniquement, ses yeux exorbités qui roulent dans leurs orbites pour traduire l’effroi ou ses sourires dignes d’une publicité pour dentifrice ne pardonnent pas en gros plan et vocalement, elle ouvre excessivement ses aigus. On lui sait gré néanmoins de tenter des sons filés et des mezza voce face à un ténor de timbre générique, aux aigus claironnants, aux nuances allant du forte au fortissimo (et qui détimbre dès qu’il essaye d’alléger), abusant des coups de glotte et des portamenti à visée expressive.

Peu de choses à dire de la mise en scène de si ce n’est qu’elle ne gêne pas l’écoute et l’appréciation de l’interprétation des chanteurs. L’espace scénique est simplifié, à géométrie variable grâce à des panneaux coulissants, réduit à quelques éléments signifiants le lieu de l’action. La mer, dont la proximité est si importante dans cet opéra, n’est qu’un cyclorama uniformément bleu. A l’actif de , une direction d’acteurs plutôt soignée (mais pouvait-il en être autrement avec un aussi excellent chanteur-acteur que  ?) et une très réussie gestion des scènes de foule. Mais il faut aussi accepter pas mal de maladresses, comme cette ridicule entrée du ténor qui fait le tour de la scène vide en courant cape au vent, au lieu de rejoindre directement Amelia par le chemin le plus court et le plus logique.

On peut donc chaudement recommander ce Simon Boccanegra de Vienne, tant à ceux qui connaissent déjà cet ouvrage qu’à ceux qui souhaitent le découvrir. Grâce à la formidable direction de et à la magnifique interprétation du trio des voix graves, Thomas Hampson en tête, chacun devrait y trouver son plaisir.

Plus de détails

Giuseppe Verdi (1813-1901) : Simon Boccanegra. Mise en scène : Peter Stein. Décors : Stefan Mayer. Costumes : Moidele Bickel. Avec : Thomas Hampson, Simon Boccanegra ; Cristina Gallardo-Domâs, Maria Boccanegra / Amelia Grimaldi ; Ferruccio Furlanetto, Jacopo Fiesco ; Miroslav Dvorsky, Gabriele Adorno ; Boaz Daniel, Paolo Albiani ; Dan Paul Dumitrescu, Pietro ; John Nuzzo, le capitaine des arbalétriers ; Songmi Yang, la servante d’Amelia. Chœur & Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne (chef de chœur : Ernst Dunshirn), direction : Daniele Gatti. Réalisation vidéo : Anton Reitzenstein. 1 DVD TDK. Enregistré en octobre 2002 au Staatsoper de Vienne. Image 16/9 anamorphique NTSC. Son DTS 5. 1, DD 5. 1 et PCM stéréo. Sous-titres en anglais, allemand, français, italien et espagnol. Zone 0. 137 minutes.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.