À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Tamestit ose Dieu et le Diable…

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Partita n°2 pour violon en ré mineur BWV 1004 (transcription pour alto). György Ligeti (1923-2006) : Sonate pour alto. Antoine Tamestit, alto. 1 CD Ambroisie AM 111. Enregistré entre le 16 et le 19 octobre 2006 à Sion (Suisse). Notice intéressante en français et en anglais. Durée totale : 53’28’’

 

Ligeti a eu beau se défendre de n’avoir fait aucune référence à Bach dans sa Sonate pour alto, n’a pas hésité, pour son premier disque solo, à faire cohabiter ce chef-d’œuvre aux accents diaboliques avec la rigueur divine de la Partita n°2 du Cantor… L’association est d’ailleurs loin d’être absurde, Ligeti ayant recours tout comme Bach à différentes danses populaires pour la structure de sa sonate, notamment une chaconne, et bien que différents, les langages musicaux de ces deux immenses compositeurs ont ceci en commun d’être extrêmement riches, émotionnellement, musicalement et techniquement parlant.

Bach à l’alto… voilà une originalité qui n’enlève rien à la profondeur et à l’expressivité de cette fameuse Partita n°2, bien au contraire, serait-on tenté de dire, tant l’émotion paraît s’intensifier dans la Sarabande et la Chaconne notamment, avec la sonorité plus chaude de l’alto, ses graves plus vibrants, plus charnels. Par son jeu limpide, son phrasé méticuleux, sa technique vertigineuse, démontre avec un immense talent combien l’alto peut magnifiquement bien prêter sa couleur si caractéristique à cet authentique joyau musical, habituellement prisé des violonistes…

Dans Ligeti, Tamestit est à son aise, relevant l’un après l’autre les défis démoniaques posés par le compositeur hongrois sur une partition des plus intraitables. En contraste avec les mouvements centraux, à la virtuosité plus exigeante (Loop, Fascar, Presto con sordino), le premier mouvement Hora lunga est un véritable concentré d’émotion qui exploite les sonorités les plus resplendissantes de l’alto jusque dans ses harmoniques les plus imperceptibles.

Au final, ce très beau premier disque solo d’Antoine Tamestit, récent lauréat des Victoires de la Musique classique avec une interprétation sublime du Concerto de Bartok, nous conforte dans l’idée qu’il s’agit incontestablement, là, d’un des plus grands altistes internationaux de demain…

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Partita n°2 pour violon en ré mineur BWV 1004 (transcription pour alto). György Ligeti (1923-2006) : Sonate pour alto. Antoine Tamestit, alto. 1 CD Ambroisie AM 111. Enregistré entre le 16 et le 19 octobre 2006 à Sion (Suisse). Notice intéressante en français et en anglais. Durée totale : 53’28’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.