Plus de détails

Paris. Cité de la musique. 31-I-2008. Olivier Messiaen (1908-1992) : Des canyons aux étoiles. Hidéki Nagano, piano ; Jean-Christophe Vervoitte, cor ; Michel Cerutti, glockenspiel ; Samuel Favre, xylophone ; Ensemble Intercontemporain, Susanna Mälkki, direction.

Messiaen 2008

C’est avec Des canyons aux étoiles que le cycle Bruckner/Messiaen s’ouvrait ; cette fresque magique qui rassemble à elle seule toutes les passions du maître : les oiseaux rencontrés au cours de l’ascension vers les étoiles, l’astronomie, la géologie et comme souvent chez le compositeur, la religion. Une œuvre de « son-couleur » donc, descriptive, qui fait voyager l’auditeur.

Même si c’est le créateur qui nous permet de plonger dans ce monde merveilleux, seuls les interprètes peuvent nous aider à atteindre les étoiles en donnant corps et âme à cette musique. Ce fut chose faite et les ovations spontanées et enflammées du public en étaient la preuve. L’élévation progressive des canyons aux étoiles semblait ressentie par tous et c’est une salle pleine et très enthousiaste qui saluait l’excellente prestation de l’ensemble ainsi que le chef-d’œuvre du maître.

On ne peut parler de cette pièce maîtresse du XXe siècle sans au célèbre solo de cor Appel interstellaire, mouvement central de l’œuvre, interprété par , d’une grande précision. Il serait injuste de critiquer sa prestation, cette pièce étant reconnue comme un « tour de force » pour les cornistes. Cependant, il manquait quelque chose et il n’atteignait pas le degré de magie d’Hidéki Nagano qui reste le musicien « glorieux » comme éclairé de cette nuit étoilée, parvenant à transcender une musique déjà habitée. Pas un seul instant le public n’a pu se détacher de l’aura du pianiste. Il reste certainement le grand magicien de la soirée, réussissant à transporter orchestre et public du Désert (premier mouvement de l’œuvre) à Zion Park et la cité céleste (dernier mouvement). Mais le triomphe n’aurait pu être total sans les deux percussionnistes Michel Cerrutti et Samuel Favre, dont les interventions aux percussions-claviers sont le prolongement des idées musicales du piano.

Derrière ce quatuor de choc, sculpte le son de cette œuvre si riche avec un renfoncé (43 instrumentistes sont nécessaires), premier ambassadeur de la musique de celui qui a marqué le XXe siècle.

Nous ne fêterons jamais assez cette année Messiaen, alors à ceux qui ne « croient » pas encore, il vous reste encore quelques mois pour vous convertir…

Crédit photographique : Hidéki Nagano © Aymeric Warmé-Janville

(Visited 71 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Cité de la musique. 31-I-2008. Olivier Messiaen (1908-1992) : Des canyons aux étoiles. Hidéki Nagano, piano ; Jean-Christophe Vervoitte, cor ; Michel Cerutti, glockenspiel ; Samuel Favre, xylophone ; Ensemble Intercontemporain, Susanna Mälkki, direction.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.