Plus de détails

Clara Schumann (1819-1896) : Soirées musicales op. 6 ; Trois romances op. 11  ; Romance sans opus ; Trois romances op. 21  ; Quatre visions fugitives. Marie-Josèphe Jude, piano 1 CD Lyrinx LYR 2255. Code barre : 3 700232 222559. Enregistré du 13 au 16 novembre 2006 à Marseille. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 64’52’’

 

Si le nom de est connu des mélomanes et des musicologues, c’est surtout comme épouse de Robert et interprète virtuose qu’un critique du XIXe siècle qualifia d’ailleurs de « Thalberg féminin du piano ». Mais outre ses talents d’épouse et de mère accomplie – huit enfants naîtront de l’union des deux musiciens – de pianiste connue et reconnue, Clara laisse également sa marque dans l’histoire de la musique grâce à une quarantaine de compositions musicales, principalement pour piano, malgré quelques lieder et œuvres de musique de chambre.

Parmi les œuvres de piano, a choisi une sélection qui offre un panorama sur l’ensemble de la vie de la compositrice. Dans la plupart d’entre elles se retrouvent des influences de grands noms du XIX siècle comme Mendelssohn, Chopin, Robert Schumann, Thalberg ou encore, plus ponctuellement Liszt. Il est vrai que les formules pianistiques typiques du romantisme s’y enchaînent : thèmes alternés aux deux mains, jeux sur les registres, gammes ou accords alternés, etc. De même, tous les archétypes de l’harmonie romantique se retrouvent, comme le travail sur les pédales, le chromatisme et autres…

Clara avait parfaitement intégré les ingrédients majeurs des pièces qu’elle interprétait magnifiquement.

Cependant, si les pièces interprétées ici sont plaisantes et emblématiques d’une époque bien précise, il faut avouer qu’elles laissent l’auditeur un tantinet sur sa faim. Certes, le jeu de est perlé, soigné, intelligent, mais les pièces de manquent sensiblement de profondeur. Et si l’on retrouve des couleurs de Chopin ou de Robert Schumann, on peut regretter que le contrepoint intérieur fasse défaut. Certes, les premières pièces datent de la jeunesse de Clara – ses premières Soirées musicales ont été écrites vers l’âge de 16 ans – mais l’ensemble reste très homogène, sans grande évolution apparente. A ce propos, la macroforme de ses pièces reste très académique, sans innovation aucune. Clara reste manifestement dans l’esprit des romances romantiques, avec de beaux thèmes qui seront parfois repris par son mari dans des œuvres plus conséquentes.

Toutefois, il faut noter, pour l’auditeur curieux des autres œuvres pianistiques de la belle Clara Schumann, qu’il existe actuellement une intégrale signée Susanne Grützmann chez Profil Hänssler.

(Visited 537 times, 1 visits today)

Plus de détails

Clara Schumann (1819-1896) : Soirées musicales op. 6 ; Trois romances op. 11  ; Romance sans opus ; Trois romances op. 21  ; Quatre visions fugitives. Marie-Josèphe Jude, piano 1 CD Lyrinx LYR 2255. Code barre : 3 700232 222559. Enregistré du 13 au 16 novembre 2006 à Marseille. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 64’52’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.