À emporter, CD, Musique d'ensemble

Un Vivaldi à la théâtralité assumée

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Nisi dominus RV 608 ; Crucifixus extrait du Credo RV 592 ; Stabat mater RV 621. Philippe Jaroussky, contre-ténor ; Marie-Nicole Lemieux, contralto. Ensemble Matheus, direction : Jean-Christophe Spinosi. 1 CD Naïve OP 30453. Code-barre : 709861 304530. Enregistré à la salle Surcouf de Brest en juillet et novembre 2007. Notice de présentation bilingue (français et anglais) ; durée : 41’59’’.

 

Très belle publication que cette nouvelle version du Nisi dominus et du Stabat mater d’, qui trouvera sans problème sa place dans une discographie déjà abondante, au point qu’on aurait presque pu la croire saturée.

L’idée, nouvelle et assez originale, de confier les deux motets à deux voix différentes fait ici merveille, le timbre chaud et maternel de , aux sonorités graves et profondes, paraissant en effet idéal pour incarner la douleur de la Vierge devant la croix. Les adeptes de l’austérité autrefois affichée, par exemple, par une chanteuse comme – une des références discographiques à ce jour – pourront peut-être trouver excessive ou exagérée la volonté marquée de colorer chaque syllabe et de porter une intention aussi appuyée à chaque note ; on objectera que cette théâtralité parfaitement assumée n’est que partie intégrante de l’œuvre sacrée du compositeur vénitien, et que cette vision « doloriste » s’avère extrêmement convaincante dans un ouvrage de cette nature.

Les rondeurs de la voix de la contralto canadienne proposent un contraste tout à fait saisissant avec le timbre aérien de . En superbe forme vocale, le contre-ténor français excelle aussi bien dans la vélocité des morceaux rapides (« Nisi dominus », « Sicut sagittae », « sicut erat », « Amen ») que dans les langueurs éthérées des passages plus lents. Ainsi, son « Cum dederit », avec ses sons filés et tenus – mais nul doute que certains trouveront l’interprétation « précieuse »… –, est certainement l’un des plus beaux de toute la discographie vivaldienne. Autre sommet de cet enregistrement, le « Gloria patri » avec l’accompagnement inspiré de la viole de gambe de . À la tête de l’, c’est bien entendu ce dernier qui inspire à ses musiciens ce subtil mélange d’intériorité et de théâtralité qui fait la marque tellement reconnaissable de l’immense compositeur vénitien.

Le programme de ce CD, hélas beaucoup trop court, est complété par un magnifique duo attribué à Vivaldi, morceau qui permet d’apprécier encore davantage le très beau contraste entre deux voix dont les harmoniques semblent faites pour s’unir et se rencontrer.

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Nisi dominus RV 608 ; Crucifixus extrait du Credo RV 592 ; Stabat mater RV 621. Philippe Jaroussky, contre-ténor ; Marie-Nicole Lemieux, contralto. Ensemble Matheus, direction : Jean-Christophe Spinosi. 1 CD Naïve OP 30453. Code-barre : 709861 304530. Enregistré à la salle Surcouf de Brest en juillet et novembre 2007. Notice de présentation bilingue (français et anglais) ; durée : 41’59’’.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.