Mot-clef : Sara Mingardo

IMG_8312

À Toulouse, Pygmalion accompagne Mozart vers sa dernière demeure

Après Versailles et Bordeaux, c'est à Toulouse que Raphaël Pichon propose un programme autour d’œuvres d'inspiration maçonnique de la fin de la vie de Mozart, dans une Halle aux grains comble. L'Ensemble Pygmalion en grand effectif couronne ce programme par une magnifique version du Requiem. Au firmament du paysage musical baroque depuis plus de dix ans, Pygmalion nous a offert de somptueuses interprétations de Bach et de Rameau. On l'attendait moins ...
Pelleas et Melisande, Ruhrtriennale

Mélisande à la Ruhrtriennale, Hannigan et elle seule

Barbara Hannigan est une Mélisande passionnante, mais elle est bien seule. Premier intendant de la Triennale de la Ruhr nouvellement créée en 2002, Gérard Mortier avait fait d'une ancienne halle industrielle de Bochum le centre du festival, notamment pour les productions d'opéra : un vaste gradin de près de 900 places y est placé dans un espace qui reste entièrement modulable. Le lieu, sans doute, est impressionnant ; mais qu'y entend-on ...
Chailly. Mahler. Lucerne

La 8e de Mahler à Lucerne, vibrant hommage de Chailly à Abbado

En dehors de son intérêt musical certain, cette Symphonie n° 8 de Gustav Mahler, donnée dans le cadre du Festival de Lucerne par Riccardo Chailly le 12 août 2016, était porteuse d’une lourde charge émotionnelle. Elle concluait en effet le cycle Mahler que Claudio Abbado avait entrepris en 2003, cycle que ce dernier ne put, ou ne voulut achever compte tenu du peu d’attirance qu’il ressentait pour cette partition. Charge à son ...
lea desandre vign

Lea Desandre, la nouvelle Alcione de l’Opéra Comique

Ce début de saison à l’Opéra Comique fait la part belle aux jeunes artistes. Après le metteur en scène Thomas Jolly et son Fantasio, voici la jeune mezzo-soprano franco-italienne Lea Desandre pour qui cette nouvelle production d’Alcione de Marin Marais, avec à la tête de ce projet la chorégraphe Raphaëlle Boitel, la metteure en scène Louise Moaty et Jordi Savall à la direction musicale, est une première occasion d’interpréter un ...
08_Medea_Credit_WilfriedHoesl

A Genève, Medea met le feu au Grand Théâtre

Dans cette nouvelle production du Grand Théâtre de Genève de Medea de Luigi Cherubini, le remplacement à la dernière minute du rôle-titre de Jenifer Larmore par la soprano canadienne Alexandra Deshorties offre au public genevois une Médée au-delà de toutes attentes. Des mains. Ses mains. Immenses. Une seule recouvre presque l’entier de sa poitrine. Des mains d’une expressivité incroyable. Des mains qui participent pleinement à l’économie des gestes. Peu de gestes ...
nathalie_stutzmann

Le Messie de Haendel, nouveau défi pour Nathalie Stutzmann et Orfeo 55

Avec Le Messie de Haendel, Nathalie Stutzmann et son ensemble Orfeo 55 ont choisi de célébrer non seulement l’approche de Noël, mais également leur sixième année de résidence à l’Arsenal de Metz. En s’attaquant au chef d’œuvre immortel de Haendel, Stutzmann a en effet quelque peu relevé la barre de ses ambitions de chef d’orchestre. Le résultat de ce nouveau défi était-il à la hauteur des espérances ? D’évidence, Nathalie Stutzmann est ...
laurence-equilbey-cjanajocif_0

Laurence Equilbey et Accentus dans le Requiem de Mozart

La saison dernière, Laurence Equilbey s’était illustrée dans la Passion selon St Jean de Bach pour l’ouverture du 1er festival de Pâques. Mercredi soir, nous l’avons de nouveau retrouvée au Grand Théâtre de Provence avec des œuvres « sacrées », un diptyque de musique du 18e siècle, à la tête de ses deux phalanges, Insula orchestra et le chœur Accentus. Cette magnifique soirée consacra un chef en osmose totale avec ses musiciens. Le ...
MP_2013_dzien_drugi_3_fot_www.fotohuta.pl

Savall, Il Giardino Armonico, La Venexiana, Lezhnieva et autres à Cracovie

Les trois premiers jours de présence au festival ont permis de constater un changement de formule et la prise de quelques rides : contrairement au modèle antérieur, aucun concert n’a pris pour sujet le « mystère pascal », celui de la résurrection du Christ. Une nouvelle direction a donc été établie, et ce pour des raisons commerciales. Un peu dommage, car, du point de vue des chrétiens, si nombreux en ...
monteverdi_milan3

Milan, Monteverdi, Wilson : l’ennui porté au rang d’art

La Scala de Milan a décidé de confier un cycle Monteverdi à Robert Wilson ! Venant après un Orfeo (2009), ce Retour d’Ulysse dans sa patrie, coproduit avec l’Opéra de Paris, est un échec   ! On connaît le langage scénique de l’Américain avec ses personnages figés dans un hiératisme total que baignent des lumières bleues travaillées au millimètre près ! Certes, les tics de Wilson peuvent tantôt fasciner, tantôt agacer, mais parfois ...
Un Haendel,  Essentiellement pour les oreilles !

Un Haendel essentiellement pour les oreilles !

Coproduit entre le Teatro di San Carlo de Naples et le Teatro Regio de Turin, ce spectacle fut destiné l’année dernière à commémorer en Italie le 250e anniversaire de la disparition de Haendel. Capté au Teatro Carignano de la capitale piémontaise, il constitue en réalité la première mondiale en DVD d’un ouvrage de la toute première jeunesse du compositeur saxon, ouvrage vraisemblablement conçu pour être représenté en concert sans le ...
Le Messie à l’Arsenal

Le Messie à l’Arsenal par Le Concert Spirituel

L’approche des fêtes pascales est généralement assortie de sa moisson de Passions, oratorios et autres concerts de musique sacrée, et le public mélomane serait bien mal venu de s’en plaindre. Cette année, à l’Arsenal de Metz, c’est avec Le Messie de Haendel qu’Hervé Niquet et son Concert Spirituel ont choisi d’honorer une tradition qui donne ainsi l’occasion de réentendre, sur une base régulière, les chefs d’œuvres immortels de la musique ...
Claudio Abbado revisite Pergolesi

Claudio Abbado revisite Pergolesi

En 1985, Claudio Abbado à la tête du London Symphony Orchestra faisait découvrir le Stabat Mater de Giovanni Battista Pergolesi, un compositeur sinon inconnu du grand public, du moins loin d’avoir bénéficié jusque-là des honneurs fréquents de la discographie classique. Un album qui allait rencontrer un succès populaire incroyable. La musique de Pergolesi, franche, directe, authentique, allait faire mouche, ceci d’autant plus qu’elle était ici admirablement servie par les voix ...
Gloria !

Gloria pour Sara Mingardo !

Les enregistrements contenant les deux Gloria d'Antonio Vivaldi, le célébrissime RV589 et le moins connu RV588, ne sont en fait pas si nombreux que cela, les éditeurs discographiques préférant généralement associer le premier des deux à des ouvrages du répertoire dits plus « populaires », comme par exemple le Magnificat de Bach ou encore le Dixit dominus de Haendel. On se réjouira donc de cet intelligent couplage, qui finalement s’imposait. L’amateur de ...
Antonacci est Medea

Antonacci est Medea

Medea ! Oui mais hélas, encore en italien ! Alors que le chef d’œuvre de Luigi Cherubini, connaît, de plus en plus les honneurs de la scène (on a pu le voir récemment à Toulouse, Berne et Nancy), c’est dans la plupart des cas dans sa version italienne de 1909 ! Créée en français, à Paris, sur la scène du théâtre Feydeau, en 1797, Médée fut alors mal reçue. C’est d’Allemagne que vient ...
Haendel en brique historique

Opéras de Haendel en brique historique

Réalisés entre 1967 et 2004, les enregistrements réunis dans cet élégant coffret conçu par Sony Music pourraient presque se lire, ou s’écouter, comme une anthologie de l’interprétation des opéras haendéliens au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Ainsi, le Giulio Cesare dirigé par Julius Rudel, dans la foulée des fameuses représentations du New York City Opera, atteste encore l’ancienne manière initiée dans les années 1920 – instruments modernes ...
Quand on enlève le public…

Quand on enlève le public…

Beethoven a écrit peu d’œuvres pour chœur. On retrouve dans la Messe en ut sa signature, son expressivité exacerbée qui frise parfois l’emphase, sa pâte sonore si dense, son goût pour les contrastes. Les interprètes sont triés sur le volet, sous la baguette d’un chef hors pair. Cet enregistrement public a donc tous les atouts pour séduire ! Pourtant, s’il est effectivement très réussi, il n’est pas aussi enthousiasmant que ce ...
Une première mondiale exceptionnelle

La fida ninfa de Vivaldi, première mondiale exceptionnelle

Attention, chef d’œuvre ! Musicalement, l’ouvrage est une pure merveille, et la partition contient de nombreux trésors qui, pour une fois, ne sont pas pour l’essentiel la Xième version d’airs connus et recyclés pour la circonstance par le compositeur. Le livret, certes compliqué et alambiqué – pour ne pas dire totalement invraisemblable… – est cependant d’une belle cohérence, et se trouve tout à fait dans la tradition des ouvrages de cette ...
Anna Caterina Antonacci n’ose pas Medea

Anna Caterina Antonacci n’ose pas Medea

Médée, c’est le drame d’une femme qui perd tout, son monde, son amour, ses repères, sa dignité. Dans sa douleur, elle perd aussi la raison qui la mènera jusqu’au meurtre de ses propres enfants pour venger son honneur perdu. Qui a vu et entendu Anna Caterina Antonacci sublimer Cassandre dans Les Troyens de Berlioz au Théâtre du Châtelet à Paris ou au Grand Théâtre de Genève ne peut que l’imaginer ...
Les petits miracles de Langrée

Festival Brahms à Liège, bientôt la saison n°3 ?

Pour ce dernier concert du festival, le programme proposait au public de retrouver le chœur du Städtischer Musikverein de Düsseldorf, déjà entendu lors du Requiem allemand. L’occasion pour cet ensemble de présenter quelques Zigeunerlieder, révélateurs des inspirations tziganes de Johannes Brahms. C’est Louis Langrée qui dirigera lui-même le chœur accompagné par le seul piano. Ces courtes pièces sont enjouées et riches des sonorités propres au patrimoine musical de l’Europe centrale. ...
Un Vivaldi à la théâtralité assumée

Un Vivaldi à la théâtralité assumée

Très belle publication que cette nouvelle version du Nisi dominus et du Stabat mater d'Antonio Vivaldi, qui trouvera sans problème sa place dans une discographie déjà abondante, au point qu’on aurait presque pu la croire saturée. L’idée, nouvelle et assez originale, de confier les deux motets à deux voix différentes fait ici merveille, le timbre chaud et maternel de Marie-Nicole Lemieux, aux sonorités graves et profondes, paraissant en effet idéal pour ...
40 ans plus tard… Colin Davis retrouve le LSO dans le Messie de Haendel.

40 ans plus tard… Colin Davis retrouve le LSO dans le Messie de Haendel

Depuis sa création au milieu du XVIIIe siècle, jamais la popularité du Messie de Haendel ne s’est estompée en Grande-Bretagne au point de devenir, en ces temps de Noël, une véritable tradition ; on l’entend chanter dans les écoles, à l’église, et à travers les ensembles amateurs et professionnels du territoire entier. Et c’est dans ce contexte que Sir Colin Davis sort un nouvel enregistrement avec le LSO et le Tenebrae ...
Toute la poésie de la Sonnambula sans aucune faiblesse

Toute la poésie de la Sonnambula avec Natalie Dessay

La Sonnambula est un opéra si délicat et si plein de pièges que la réussite de cet enregistrement mérite d’être saluée. Il ne s’agit pas d’un simple enregistrement mais de l’expérience de concerts donnés à Paris et Lyon. Les moyens utilisés sont exceptionnels et mis au service de la redécouverte de la partition la plus subtile de Bellini. Certains morceaux, pourtant très connus, sonnent comme jamais. La version critique d’Alessandro Roccataglia ...
L’Orfeo au plus près des sources

Rinaldo Alessandrini pour un Orfeo au plus près des sources

Cet Orfeo voulu par Rinaldo Alessandrini, le plus musicologiquement correct, diffère-t-il beaucoup des autres versions récentes (Garrido, Jacobs, Malgoire, Savall, …) ? Rien ne semble inédit dans cette version, mais la partition est en elle-même protéiforme, laissant à chacun le loisir de l’instrumentation, de l’ornementation et surtout de la reconstitution. Rinaldo Alessandrini, dont le nom est apparu il y a une quinzaine d’années avec une version décapante du Second Livre des Madrigaux de ...
Martine Dupuy, seule au monde

Martine Dupuy, seule au monde

Une intégrale de Giulio Cesare avec une grande voix dans le rôle-titre est toujours une aubaine pour le discophile. L’ouvrage est si riche, si dramatiquement juste, les airs sont si séduisants que le plaisir ne saurait manquer au rendez-vous. Cet enregistrement est déjà ancien, il date de juillet 89. La précision est importante car l’interprétation des opéras de Haendel a beaucoup évolué en deux décennies ; nous en parlerons au fur ...
L’Orfeo, version Jordi Savall

L’Orfeo, version Jordi Savall

Comment ne pas succomber à chaque nouvelle production de cet opéra mythique ? 2007 est un rendez-vous à ne pas manquer pour célébrer les 400 ans de la naissance de ce chef d’œuvre enregistré en 2002 et proposé à nouveau pour cet anniversaire. Après avoir eu le bonheur de pouvoir enfin revoir la version des années 80 de Nikolaus Harnoncourt, nous ne pouvons que saluer cette production en DVD de la ...
sara_mingardo

Sara Mingardo : plus que parfait mais…

La venue de la contralto italienne est toujours un événement. Dans un Grand Théâtre bien garni pour l’occasion, vêtue d’une robe de velours rouge-Ferrari, Sara Mingardo traverse la scène d’un pas décidé, suivie des membres du Concerto Italiano à la tête desquels l’incontournable accompagnateur de la chanteuse, le claveciniste Rinaldo Alessandrini. Ouvrant son récital avec une chanson spirituelle de Tarquinio Merula, on prend immédiatement la portée de la voix exceptionnelle de ...
Médée

Antonacci, magicienne barbare dans Médée

Après la Révolution, l’Opéra de Paris – pardon, le Théâtre des Arts, avant de devenir Académie Impériale de Musique – totalement désorganisé et chroniquement déficitaire, reste un haut lieu de la vie mondaine, la grande bourgeoisie imitant en cela les usages de l’ancienne aristocratie. Mais l’isolement esthétique comme politique de la France, la sclérose et l’intolérance d’un public au nationalisme ardent, en font le plus traditionaliste et le plus fermé ...
Les Vêpres de la Vierge ... un cadeau de Noël tout trouvé ?

Les Vêpres de la Vierge … un cadeau de Noël tout trouvé ?

En ce mois de novembre, vous commenciez à vous inquiéter de trouver un cadeau de Noël pour votre oncle Jules, amateur de livres d’art, votre tante Germaine, grenouille de bénitier, votre cousin Alphonse, baroqueux invétéré, et votre grande sœur, amoureuse de belle musique. Ne cherchez plus, car le nouveau coffret des Vêpres de la Vierge édité par Naïve les contentera tous ! Tout d’abord l’objet est beau, magnifique même, luxueux, du format ...
Sur l’île d’Alcina…

Orlando Furioso de Vivaldi par Spinosi : Sur l’île d’Alcina…

Ça tempête sec chez Antonio Vivaldi ! Voici une lecture houleuse où les vertiges musicaux et sentimentaux frémissent à toutes voiles sur une mer instrumentale des plus imprévisibles. Trois raisons font de la présente gravure, une référence incontournable. 1) Sa nature inédite : nous tenons là le premier enregistrement de l’Orlando Furioso, depuis sa création vénitienne en 1727 2) Son interprétation superlative : la sensibilité versatile du chef en résidence à Brest, Jean-Christophe Spinosi, (qui ...
Sara Mingardo : « Arie, Madrigali & Cantate »

Sara Mingardo : « Arie, Madrigali & Cantate »

Le contralto Sara Mingardo appartient sans conteste aux plus grands phénomènes du chant de ces dernières années. Son talent possède différentes facettes si bien qu’il serait faux de la cataloguer hâtivement comme une artiste exclusivement affiliée à la musique baroque. Bien sûr, sa tessiture trouve une part importante de son champ d’investigation dans la période qui s’étale de Monteverdi à Gluck ; cependant, il n’est pas rare d’entendre Sara Mingardo à ...