Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Gargantua : Que de plaisir entre textes et musique !

Plus de détails

Toulouse. Auditorium Saint Pierre des Cuisines. 06-V-2008. Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : Concert ; Muriel Adamo née en 1964 : La cigale et la fourmi ; Jean Françaix (1912-1997) : Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua ; Maîtrise du Conservatoire de Toulouse ; Mark Opstad : direction. Nelson Monfort, récitant. Orchestre de chambre de Toulouse ; direction : Gilles Colliard.

À nouveau, l’ bouscule les idées reçues et offre à son public un concert à la fois original et rare, particulièrement stimulant et plein d’humour. Nous ne pouvons que constater que nous vivons dans un beau pays quand musique, textes et interprètes sont à ce niveau de perfection.

En entrée, un ordre de suite de danses adaptées d’un concert de violes du grand . Sur instruments baroques avec toute la délicatesse et la fougue dont ils sont capables les instrumentistes ont donné à chaque pièce un caractère subtil et bien agréable. La direction souple et dansante de a obtenu d’eux un engagement de tous les instants.

Ensuite la création mondiale d’une pièce composée à la demande de l’orchestre pour concrétiser sa collaboration avec la jeune maîtrise du conservatoire de Toulouse a permis au public d’apprécier à la fois le texte de Jean de La Fontaine et la partition très originale de Muriel Adamo qui mêle habilement chœurs d’enfants, orchestre de cordes et musique électro-acoustique. La direction analytique de Mark Opstad en parfaite synchronie avec Muriel Adamo, responsable de la partie électro-acoustique, a permis aux interprètes, chanteurs et instrumentistes, de donner une impression de facilité fascinante et d’aisance réconfortante dans une partition si dense. Mark Opstad est né en Angleterre et la grande tradition des chœurs des universités anglophones n’a pas de secrets pour lui, cela s’entend dans l’homogénéité et la précision qu’il obtient de ses jeunes et même parfois très jeunes chanteurs. Voilà un beau résultat très encourageant.

Pour finir le concert avec la pièce qui a donné son nom au programme, l’orchestre a fait appel au très médiatique Nelson Monfort, qui avec application, une grande concentration et une forte implication a lu les superbes extraits du texte de Rabelais évoquant la bon géant Gargantua depuis sa triste naissance orphelin de mère à sa victoire absolue sur le triste et vaniteux Picrochole. Nelson Monfort a rendu perceptible tout l’esprit d’un texte, qui modernisé a une saveur piquante qui se joue du temps qui passe… Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua est l’œuvre emblématique d’un profond accord naturel entre texte et musique. Les mots vigoureux de Rabelais gardent une actualité étonnante. La gourmandise des expressions est réconfortante en cette période de sms et autres simplifications inévitables. La richesse du texte est rehaussée ici par une partition pleine d’intelligence à la fois illustrative et suggestive. Cette œuvre de date de 1971 mais elle n’a pas pris une ride. L’interprétation musicale a été parfaite, d’une précision d’horlogerie avec une splendeur de timbres bien réconfortante et des effets succulents. La direction pleine d’humour de , qui connaissait le texte par cœur, a mobilisé chacun. L’esprit français dans ce qu’il a de meilleur a pu régner en maître ce soir, nous faisant oublier une actualité bien moins brillante.

La salle comble a fait un triomphe aux interprètes. En bis Nelson Monfort et l’orchestre très détendu ont offert une version sage de Yesterday des Beatles qui ne fait pas du journaliste plein d’esprit un véritable chanteur de charme. Au final, la pièce qui marqua le public est certainement Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua de Rabelais père de l’humanisme qui ce soir triomphe du quotidien.

Crédit photographique : Nelson Monfort © DR

Plus de détails

Toulouse. Auditorium Saint Pierre des Cuisines. 06-V-2008. Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : Concert ; Muriel Adamo née en 1964 : La cigale et la fourmi ; Jean Françaix (1912-1997) : Les inestimables chroniques du bon géant Gargantua ; Maîtrise du Conservatoire de Toulouse ; Mark Opstad : direction. Nelson Monfort, récitant. Orchestre de chambre de Toulouse ; direction : Gilles Colliard.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.