Plus de détails

Toulouse, Auditorium Saint Pierre des Cuisines. 14-X-2008. Yasushi Akutagawa (1925-1989) : Triptyque ; Gilles Colliard (né en 1967) : Testament, Hiroshima ; Michiru Ōshima (1961) : arrangements de musique de film pour guitare et cordes ; Radames Gnattali (1906-1988)  : Concerto a Brazileira n°4 pour guitare et orchestre ; Kaori Muraji, guitare ; Orchestre de chambre de Toulouse, direction : Gilles Colliard.

Les liens entre , l’ et le Japon sont anciens et profonds. Ce concert précède de quelques jours une tournée au pays du Soleil levant. Les premières pièces contemporaines sont les plus originales et les plus passionnantes, surtout la première. Les qualités des musiciens éclatent : nuances subtilement amenées, précision et souplesse du jeu, et surtout élégance constante.

Les pièces composées par en hommage au Japon meurtri par l’holocauste atomique évoquent une douleur très pudique mais qui s’insinue et ne lâche pas sa proie. Très introvertie l’émotion est contenue mais très perceptible. La virtuosité des traits et des nuances met en valeur tous les pupitres même si c’est le premier violon tenu par Pierre Bleuse, avec un jeu d’une délicatesse et d’une précision remarquable, qui s’impose. Plus d’un a du repenser à la souffrance visible de dirigeant certains concerts.

Les musiques de film avec guitare ne sont pas de la même hauteur d’inspiration et révèlent un japon épris de romantisme un peu sucré sinon mièvre. L’entente entre la soliste et le chef semble évidente faite d’écoute mutuelle et de grande précision. La beauté de la jeune femme sa délicatesse de port et de jeux ont un charme bien délicat. Le concerto pour guitare ne présente pas beaucoup d’originalité, ouvrant sur un Brésil convenu, mais se laisse pourtant écouter agréablement. La soliste confirme une virtuosité hors paire et une fine musicalité.

C’est donc la variété et la demi-teinte qui resteront dans notre esprit en fin de programme. Le public ayant obtenu un bis de musique espagnole affirmant l’extraordinaire maîtrise rythmique et la virtuosité brillante de la belle Kaori Muraji.

Crédit photographique : Kaori Muraji © Óscar París

Plus de détails

Toulouse, Auditorium Saint Pierre des Cuisines. 14-X-2008. Yasushi Akutagawa (1925-1989) : Triptyque ; Gilles Colliard (né en 1967) : Testament, Hiroshima ; Michiru Ōshima (1961) : arrangements de musique de film pour guitare et cordes ; Radames Gnattali (1906-1988)  : Concerto a Brazileira n°4 pour guitare et orchestre ; Kaori Muraji, guitare ; Orchestre de chambre de Toulouse, direction : Gilles Colliard.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.