Concerts, La Scène, Musique symphonique

Leonard Slatkin & Joshua Bell, deux Américains à Paris

Plus de détails

Paris. Salle Pleyel. 28-XI-2008. Henry Purcell (1659-1695) : Fantaisia upon one note Z 745 (arrangement de Peter Warlock) ; John Corigliano (né en 1938) : Concerto pour violon « The red violin » ; Piotr Illitch Tchaïkovsky (1840-1893) : Symphonie n° 6 en si mineur « Pathétique » op. 74. Joshua Bell, violon ; Orchestre Philharmonique de Radio France, direction : Leonard Slatkin.

L’Orchestre Philharmonique de Radio-France recevait vendredi dernier, un invité régulier des formations de Radio France : le chef accompagné du violoniste . Le concert commençait par la belle Fantaisia upon one note de Purcell, dans une très respectueuse realization pour orchestre à cordes due au compositeur Peter Warlock (1894-1930). a ensuite interprété le Concerto pour violon de , qu’il a créé en 2003. Cette œuvre développe la musique écrite pour le film Le violon rouge, qui retrace à travers les siècles les péripéties d’un violon couleur de sang. Or, même si cette contribution lui a valu un Oscar, il serait erroné de ranger Corigliano dans le tout-venant des compositeurs américains, qui exploitent sans vergogne la panoplie d’effets wagnériens mise au point par Korngold. Ce concerto se situe plutôt dans une mouvance postromantique éclectique, associant le lyrisme d’Elgar et l’orchestration scintillante de Prokofiev à des clusters et à des effets de percussion. Dans cette pièce, seule la structure très morcelée paraît critiquable car elle ne laisse pas la poésie s’épanouir autant qu’on pourrait le souhaiter.

L’exécution offerte par Joshua Bell était puissamment expressive et tout à fait virtuose. On avait aussi la chance d’entendre le magnifique Stradivarius Gibson, célèbre pour avoir disparu pendant cinquante ans après avoir été dérobé au légendaire Bronislaw Huberman. L’orchestre, visiblement mis en confiance par le chef, faisait preuve d’une grande concentration dans la difficile partie d’accompagnement, mais il a fallu attendre la Symphonie pathétique pour qu’il parvienne progressivement à son meilleur niveau, après un début prudent et un Allegro con grazia encore un peu emprunté. L’étonnante marche du troisième mouvement atteignait pleinement son effet, avant un épilogue lamentoso à souhait. a livré en fin de compte une lecture à la fois intense et élégante.

Crédit photographique : Joshua Bell et Leonard Slatkin © Indiana University / DR

Plus de détails

Paris. Salle Pleyel. 28-XI-2008. Henry Purcell (1659-1695) : Fantaisia upon one note Z 745 (arrangement de Peter Warlock) ; John Corigliano (né en 1938) : Concerto pour violon « The red violin » ; Piotr Illitch Tchaïkovsky (1840-1893) : Symphonie n° 6 en si mineur « Pathétique » op. 74. Joshua Bell, violon ; Orchestre Philharmonique de Radio France, direction : Leonard Slatkin.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.