Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Tous les charmes du ballet et de la tragédie du jeune Lully !

Plus de détails

Versailles. Galeries des Batailles 29-XI-2008. Jean-Baptiste Lully (1632- 1687) – Jean-Baptiste Poquelin dit Molière (1622-1673) : Le Bourgeois Gentilhomme, ballet des Nations, divertissement final. Monsieur de Pourceaugnac, second divertissement de l’Acte I. Jean-Baptiste Lully – Philippe Quinault (1635-1688) : Cadmus et Hermione, Actes II, scène 1 à 4 et Acte V, Scène 1 à 3. Claire Lefilliâtre, dessus ; Isabelle Druet, basdessus ; Jean-François Lombard, haute-contre ; Serge Goubioud, taille ; Arnaud Marzorati, basse-taille ; André Morsch, basse. Mira Glodeanu, dessus de violon. Le Poème Harmonique. Direction : Vincent Dumestre.

Journée Lully

L’audace de et son poème harmonique ne connaît pas de limites. Car bien que présenté par le CMBV afin de boucler une saison débutée avec Cadmus et Hermione à l’Opéra Comique, un tel concert ne pouvait que représenter un risque considérable. En effet, reprendre de simples extraits, sans le support de la scène ni de l’instrumentarium complet, de spectacles liant si parfaitement musique et théâtre promettait quelques frustrations. Non seulement c’est un sans fautes, mais de plus ce concert a retrouvé la théâtralité et une part des émotions des productions scéniques précédentes du Bourgeois Gentilhomme et de Cadmus et Hermione.

a su trouver un rythme propre et une belle solution de continuité entre les extraits qu’il a choisis. Plus qu’une alternance entre comique et tragique il s’agissait d’une mise en lumière des différents aspects de la vie, chaque moment valorisant l’autre. Le nombre d’instrumentistes n’a rien à voir avec l’ample orchestre de Cadmus à l’Opéra Comique. Voilà un autre écueil que l’admirable sens artistique de a su éviter. Si le volume de l’orchestre ne peut être comparé, les rares qualités des instrumentistes, leur engagement total, leur virtuosité à passer d’un instrument à l’autre ont permis de ne rien perdre en force de conviction musicale. Certes l’extraordinaire Chaconne qui ouvre l’acte deux de Cadmus et Hermione n’a pas le soyeux violonistique des nombreuses cordes de la création, mais le charme de cette enivrante direction, à la souplesse inouïe, agit. Et les sourires, les signes de connivences des musiciens prouvent quel extraordinaire travail d’équipe unit les membres du Poème Harmonique.

Les chanteurs, tous issus des productions scéniques, irradient du même plaisir de partager la musique. Sans costume ni maquillage et sans décor, leur théâtralité est encore plus extraordinaire. Tous ont de plus admirablement chanté leur partie, parfois apprise pour compenser l’absence d’un autre. et sont habités par la grâce de leurs personnages et l’émotion a étreint le public lors de leur duo d’adieu. et forment un couple irrésistible de drôlerie et de charme. Mais et Serge Goubioud ont peut-être été les plus ahurissants de virtuosité à passer par toutes sortes d’émotions musicales avec un abattage hors du commun. Leurs pitreries dans le divertissement final du Bourgeois Gentilhomme sont inénarrables. Dans la grandiose Galerie des Batailles, on ne pouvait rêver musique plus pacifique. Le public nombreux et comblé ne s’y est pas trompé qui a fait un grand succès aux interprètes : au lieu d’être juste une suite d’extraits, ou une réduction de pièces, ce programme a été admirablement construit. Il a de plus été parfaitement réalisé prouvant une nouvelle fois la qualité artistique d’un Poème Harmonique ici en état de grâce, galvanisé par un Vincent Dumestre à l’humanité éclairante.

On ne pouvait choisir meilleure fin de programmation pour ce dernier concert des magnifiques journées Lully 2008 qui sera diffusé sur Artetv. fr.

Crédit photographique : © DR

Plus de détails

Versailles. Galeries des Batailles 29-XI-2008. Jean-Baptiste Lully (1632- 1687) – Jean-Baptiste Poquelin dit Molière (1622-1673) : Le Bourgeois Gentilhomme, ballet des Nations, divertissement final. Monsieur de Pourceaugnac, second divertissement de l’Acte I. Jean-Baptiste Lully – Philippe Quinault (1635-1688) : Cadmus et Hermione, Actes II, scène 1 à 4 et Acte V, Scène 1 à 3. Claire Lefilliâtre, dessus ; Isabelle Druet, basdessus ; Jean-François Lombard, haute-contre ; Serge Goubioud, taille ; Arnaud Marzorati, basse-taille ; André Morsch, basse. Mira Glodeanu, dessus de violon. Le Poème Harmonique. Direction : Vincent Dumestre.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.