Danse , Festivals, La Scène

Caterina Sagna au Festival d’Automne : le métier de danseur

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Bastille, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, en collaboration avec le Théâtre de la Ville. 8/XII/08. Caterina Sagna : P. O. M. P. E. I. 2ème fouille, Presque Oubliées Mais Peut-Etre Immortelles. Chorégraphie : Caterina Sagna. Dramaturgie : Roberto Fratini Serafide. Scénographie et costumes : Tobia Ercolino. Conseiller musical : Luca Berni. Lumière : Philippe Gladieux. Réalisation et montage vidéo : Daniele Riccioni. Direction photo : David Becheri. Prise et montage audio : Carlo Bottos. Avec Alessandro Bernardeschi, Antonio Montanile, Mauro Paccagnella. Interprètes vidéo : Viviane De Muynck, Maria Fossati, Elena Paccagnella.

Festival d’Automne

Un trio masculin et italien fougueux, énergique et bavard auquel répondent, par images interposées, trois figures féminines, de l’enfance à la maturité.

Trois joyeux garçons en costume sombre, chemise blanche et cravate, s’amusent avec la toile de parachute arachnéenne, délicate et enchevêtrée qui constitue le décor. Souriants et volontiers complices, avec leur œil vairon, ils se découvrent puis s’empoignent sur des airs populaires napolitains ou un Stabat Mater recueilli. Drôle, tendre, parfois loufoque, le trio de « pieds nickelés » n’est pas sans évoquer les garçons de la comédie italienne ou des films néo-réalistes dans leur réflexion naïve sur le métier de danseur.

Comme en écho, des figures féminines ponctuent le spectacle sous la forme de voix ou d’images filmées. C’est une grand-mère, une mère, une petite fille, dont on ne sait si elles sont mortes ou vivantes, esprits ou fantômes, comme le laisse entendre le sous-titre de la pièce Presque Oubliées Mais Peut-Etre Immortelles.

A mesure que les femmes, sur l’écran, prennent de la consistance – et surtout la célèbre Viviane De Muynck, interprète fétiche de Jan Lauwers – les hommes deviennent plus transparents, plus interchangeables. Ils se calquent sur les mouvements ou la présence physique des images pour trouver à nouveau leur place sur le plateau. Ce dialogue entre les femmes virtuelles et les hommes bien réels donne toute son étrangeté au spectacle, dont la générosité aimable n’est pas contestable.

Crédits photographiques © Patrizio Esposito

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Bastille, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, en collaboration avec le Théâtre de la Ville. 8/XII/08. Caterina Sagna : P. O. M. P. E. I. 2ème fouille, Presque Oubliées Mais Peut-Etre Immortelles. Chorégraphie : Caterina Sagna. Dramaturgie : Roberto Fratini Serafide. Scénographie et costumes : Tobia Ercolino. Conseiller musical : Luca Berni. Lumière : Philippe Gladieux. Réalisation et montage vidéo : Daniele Riccioni. Direction photo : David Becheri. Prise et montage audio : Carlo Bottos. Avec Alessandro Bernardeschi, Antonio Montanile, Mauro Paccagnella. Interprètes vidéo : Viviane De Muynck, Maria Fossati, Elena Paccagnella.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.