Resmusica Rouge

Autoportrait insolite de Marc Monnet

Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Monaco. Auditorium Rainier III. 09-IV-2009. Marc Monnet (né en 1947) : Imaginary Travel, pour piano, dispositif électroacoustique & images ; Quatuor à cordes n°6 ; Musique(s) en boîte(s) à retour à …, pour contre-ténor, deux pianos et deux percussionnistes ; Bosse, crâne rasé, nez crochu, pour piano et ensemble, avec intermèdes pour deux pianos seuls ; Épaule cousue, bouche ouverte, cœur fendu (création) pour ensemble, avec intermèdes pour violon seul. François-Frédéric Guy, piano. Dimitri Vassilakis, piano. Géraldine Dutroncy, piano. Tedi Papavrami, violon. Quatuor Debussy. Thierry Coduys, réalisation informatique. Court-Circuit. Pierre-André Valade, direction

Printemps des arts de Monte-Carlo

De ce 25e Printemps des arts de Monte-Carlo, l’un des points forts est une soirée consacrée à , actuel directeur de ce festival. Trente ans de création ont permis de constater combien le parcours de ce compositeur est cohérent. Cette cohérence est moins esthétique (pour , le matériau sonore, souvent âpre, induit son langage musical) que morale (refuser de [se] répéter, au risque de [se] causer une grande violence est peut-être la seule norme que, en toute conscience, se soit donnée). Elle laisse percevoir une fusion du temps et de l’espace en une seule entité. Apparaît un fonctionnement où les formes musicales traditionnelles – englobantes et unifiantes – sont négligées, où des processus formels dérapent et se rompent avant de donner naissance à l’inouï. semble moins composer avec des sons que tisser des relations entre les sons. La seule réelle évolution tient au fait que, à ses débuts, après son compagnonnage avec , s’attachait à projeter le corps de l’interprète dans l’espace public ; depuis environ dix ans, l’image outillée – fixe (photographie) ou en mouvement (vidéographie) – a pris le dessus, comme si le compositeur accédait davantage à un recul méditatif. En quatre heures, du solo à la musique d’ensemble, s’est imposée une ample poétique personnelle qui montre combien est un créateur important.

L’équipe d’interprètes ici rassemblée fut impeccable, à commencer par le , révélateur concentré de la plus abstraite œuvre de cette soirée. Deux grands seigneurs, engagés dans la musique novatrice de notre temps, ont captivés un auditoire nourri. répond à de saisissantes photos de Wim Wenders et joue du Monnet (Imaginary Travel, 1996) comme du Beethoven : sonorités profondes, vaste palette d’articulations et discours tendu. Quant à (Épaule cousue, bouche ouverte, cœur fendu, première audition de cette commande des Ballets de Monte-Carlo), il a empoigné cette œuvre nouvelle comme il le fait des sonates et partitas de Bach, à des hauteurs apolliniennes ; et pourtant, un défi de taille s’imposait à lui : lier ses intermèdes à violon solo avec les formants sollicitant le seul ensemble instrumental. Une telle organisation formelle se retrouve dans Bosse, crâne rasé, nez crochu où les deux pianistes et Géraldine Dutroncy ont brillamment relevé un identique défi. Une fois encore, Court-Circuit a fait merveille, conduit par , musicien toujours aussi intelligent et convaincant.

Lire le compte rendu du week-end Schubert du Printemps des arts de Monte-Carlo.

Crédit photographique : © Eric Mathon / MITI

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.