À emporter, Audio, Musique symphonique

Gary Bertini en quête du Surhomme

Plus de détails

Richard Strauss (1864-1949) : Also sprach Zarathustra op. 30 ; Burleske en ré mineur. Elisabeth Leonskaja, piano. Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester, direction : Gary Bertini. 1 CD Capriccio 71 125. Code barre : 4 006408 711254. Enregistré les 18, 19, 21 novembre 1988 à Leverkusen, Cologne et Anvers et le 4 mars 1989 à Cologne (Burleske). Livret trilingue (allemand, anglais, français). Durée totale : 52’

 

Editer des interprétations captées en direct est un acte cruel, bien que parfois nécessaire. Cruel parce que la perfection n’existe pas, et que ce qui peut passer dans le cadre du concert nous saute aux oreilles sur enregistrement ; nécessaire pour garder la trace d’artistes qui mirent peu voire pas du tout les pieds dans les studios. On pense au grand chef Sergiu Celibidache, mais semble avoir fait de même.

L’interprétation du grand poème symphonique Also sprach Zarathustra a toutes les qualités nécessaires : lyrique (« Von der Hinterweltlern »), épique, mystérieuse (« Von der Wissenschaft »), badine (« Der Tanzlied »)… Le chef et l’orchestre démontrent ainsi leur proximité autant que leur compréhension de cette pièce passionnante autant qu’exigeante, qui compte à juste titre parmi les œuvres les plus connues de leur auteur.

Au chapitre des déceptions, on notera que la lente progression dynamique du premier quart de l’œuvre, qui aboutit dans la pièce intitulée « Des joies et des souffrances » (« Von Freuden und Leidenschaften ») fait penser à un soufflet qui retombe – comme si renonçait au dernier moment à faire éclater le tutti orchestral dans la nuance fortissimo indiquée par Strauss ; ensuite la coda, dont les notes suraiguës des flûtes et du premier violon sont nasillardes et grincent.

Cet enregistrement nous propose en complément de programme la fameuse Burleske pour piano et orchestre. De dix ans antérieure au poème symphonique avec lequel elle est couplée, cette œuvre nous montre un Strauss pas tout à fait libéré de certaines influences, mais déjà en possession d’une inspiration sans faille et de moyens techniques proprement sidérants. L’interprétation y est encore de grande qualité, même si le chef autant que la soliste semblent un peu dépassés par les sursauts capricieux de la partition, rendus avec une certaine brutalité. L’ensemble ne manque pas néanmoins de poésie ni d’engagement, comme en témoigne la cadence, menée rondement par .

(Visited 50 times, 1 visits today)

Plus de détails

Richard Strauss (1864-1949) : Also sprach Zarathustra op. 30 ; Burleske en ré mineur. Elisabeth Leonskaja, piano. Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester, direction : Gary Bertini. 1 CD Capriccio 71 125. Code barre : 4 006408 711254. Enregistré les 18, 19, 21 novembre 1988 à Leverkusen, Cologne et Anvers et le 4 mars 1989 à Cologne (Burleske). Livret trilingue (allemand, anglais, français). Durée totale : 52’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.