La Scène, Opéra, Opéras

Envoûtant sortilège à Bastille!

Plus de détails

Paris, Amphithéâtre-Bastille. 24-VI-2009. Maurice Ravel (1875-1937) : Histoires Naturelles, cinq mélodies pour chant et piano, sur des poèmes de Jules Renard. Aimery Lefèvre, baryton ; Arnaud Arbet, piano. L’enfant et les sortilèges, fantaisie lyrique en deux parties sur un poème de Colette. Adaptation musicale pour piano à quatre mains, flute et violoncelle de Didier Puntos. Mise en scène : Jean Liermier. Scénographie et Costumes : Philippe Miesch. Lumières : Pascal Nœl. Avec : Elisa Cenni, l’Enfant ; Aude Extrémo, Maman / La Tasse chinoise / La Libellule ; Andrea Hill, La Bergère / La Chatte / L’Ecureuil / Un Pâtre ; Julie Mathevet, Le Feu / Le Rossignol ; Claudia Galli, La Princesse ; Maria Virginia Savastano, La Chauve-souris / La Pastourelle ; Manuel Nuñez Camelino, La Théière / L’Arithmétique ; Aimery Lefèvre, Le Fauteuil ; Nahuel Di Pierro, L’Arbre ; Vladimir Kapshuk, L’Horloge comtoise / le Chat ; Vincent Delhuome, La Rainette / Le Pastoureau. Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris. Ruta Lenciauskaite, Hugo Mahieux, piano à quatre main ; Julie Gacser, flûte ; Sébastien Renaud, violoncelle. Direction musicale : Didier Puntos.

Excellente, hilarante, envoûtante, la représentation de L’enfant et les sortilèges de , présenté à l’Amphithéâtre Bastille en version de chambre. Dans une ambiance plutôt intime, les jeunes professionnels de l’Atelier lyrique de l’Opéra national de Paris, ont mis en scène un spectacle de haut niveau artistique.

Les Histoires naturelles qui ont précédé l’opéra ont tout de suite plongé le public dans une atmosphère de bonheur. Exécutées avec justesse et élégance par le duo Lefèvre-Arbet, la caractérisation musicale de ces cinq mélodies (Le paon, Le grillon, Le cygne, Le martin-pêcheur, La pintade) s’est révélée très coquine et ironique. L’humour particulier et le correct traitement vocal des pièces qui impliquent une certaine allure prosodique ont révélé les qualités interprétatives du jeune baryton français.

Dans un crescendo de hilarité, le «sortilège» de Ravel a produit les effets désirés : un envoûtement complet du public entre rêve et cauchemar. La transcription pour quatuor (piano 4 mains, flûte et violoncelle) n’a nullement pénalisé l’écriture de Ravel, bien au contraire, elle en a même souligné l’aspect intime et ludique. L’originalité d’une telle adaptation a permis d’apprécier encore plus les qualités individuelles des musiciens. Infinie la palette de nuances du piano qui rappelait or le jeu de l’harpe or les effets des percussions pendant qu’une fin d’après-midi bouleversante était reproduite sur scène. Des objets animés, animaux parlants et une nature transfigurée : arbres humanisés, chauve-souris à l’aspect intellectuel (exhilarante l’interprétation de  !), ont donné voix et corps à l’inconscient de l’enfant ravélien.

L’explosive Elisa Cenni, dans le rôle de ce petit rebelle, a parfaitement maitrisé les accès de rage et de tendresse qui caractérisent son personnage tout comme le plateau entier qui s’est livré à une excellente interprétation de cet opéra féérique. Le passage soudain d’un style musical à l’autre selon l’écriture du compositeur s’est révélé un point de force des chanteurs qui à l’aide du quatuor (sur scène comme un personnage supplémentaire) ont conduit l’auditoire dans une sorte de voyage dans le «pays des merveilles».

Crédit photographique : © Cosimo Mirco Magliocca / Opéra de Paris

Plus de détails

Paris, Amphithéâtre-Bastille. 24-VI-2009. Maurice Ravel (1875-1937) : Histoires Naturelles, cinq mélodies pour chant et piano, sur des poèmes de Jules Renard. Aimery Lefèvre, baryton ; Arnaud Arbet, piano. L’enfant et les sortilèges, fantaisie lyrique en deux parties sur un poème de Colette. Adaptation musicale pour piano à quatre mains, flute et violoncelle de Didier Puntos. Mise en scène : Jean Liermier. Scénographie et Costumes : Philippe Miesch. Lumières : Pascal Nœl. Avec : Elisa Cenni, l’Enfant ; Aude Extrémo, Maman / La Tasse chinoise / La Libellule ; Andrea Hill, La Bergère / La Chatte / L’Ecureuil / Un Pâtre ; Julie Mathevet, Le Feu / Le Rossignol ; Claudia Galli, La Princesse ; Maria Virginia Savastano, La Chauve-souris / La Pastourelle ; Manuel Nuñez Camelino, La Théière / L’Arithmétique ; Aimery Lefèvre, Le Fauteuil ; Nahuel Di Pierro, L’Arbre ; Vladimir Kapshuk, L’Horloge comtoise / le Chat ; Vincent Delhuome, La Rainette / Le Pastoureau. Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris. Ruta Lenciauskaite, Hugo Mahieux, piano à quatre main ; Julie Gacser, flûte ; Sébastien Renaud, violoncelle. Direction musicale : Didier Puntos.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.