Danse , La Scène, Spectacles Danse

Une technique irréprochable pour Nearly 90 de Merce Cunningham

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Ville. 02-XII-2009. Merce Cunningham Dance Company : Nearly 90. Chorégraphie : Merce Cunningham. Musique, arrangements : John Paul Jones et Takehisa Kosugi. Costumes : Anne Finke. Lumière : Christine Shallenberg. Musiciens live : John King et Takehisa Kosugi. Danseurs : Brandon Collwes, Dylan Crossman, Juilie Cunningham, Emma Desjardins, Jennifer Gogans, John Hinrichs, Daniel Madoff, Rashaun Mitchell, Marcie Munnerlyn, Silas Riener, Jamie Scott, Melissa Toogood, Andrea Weber.

Nearly 90, la dernière création de , le chorégraphe américain décédé cet été à l’âge de 90 ans, est invitée par le Festival d’Automne.

Nearly 90, version allégée de Nearly Ninety, créée au printemps dernier à l’Académie de Musique de Brooklyn, a un effet légèrement anesthésiant sur le spectateur. Technique irréprochable, style hiératique (dos et épaules droites, hanches fixes), musique électronique mixée en direct – tout y est. Dans sa dernière création, dévoilée aux new-yorkais le jour de son anniversaire, ne faillit pas à la pure abstraction qui a fait l’essence de son travail depuis ses premières expériences avec à la fin des années quarante.

Les silhouettes austères d’une compagnie juvénile lui rendent ici hommage dans le cadre d’une tournée européenne prévue de longue date pour les 90 ans du maître. Plateau nu, boîte noire, un cyclo en fond de scène, les seules traces de fantaisie sont ces rubans contrastés soulignant les académiques sombres que portent les danseurs aux cheveux tirés.

Après une première partie centrée sur les couples, à travers des pas de deux qui se font et se défont indéfiniment, une seconde partie plus dynamique, plus lumineuse (costumes plus clairs) met davantage l’accent sur les individualités. La musique interprétée en live et mixée en direct contribue à ce dynamisme contemporain, sans toutefois offrir de point de repère aux danseurs, contraints de compter les pas tout au long de l’heure et demie de spectacle.

Pour ces excellents danseurs – meilleurs peut-être qu’ils ne l’ont jamais été dans la compagnie – c’est un enchaînement ininterrompu de mouvement, un ruban continu et fluide de passages chorégraphiés jusqu’au blanc aveuglement du cyclo final, point d’orgue brusquement coupé par un tomber de rideau. Toujours fascinant et surprenant, l’art abstrait de Merce Cunningham résonne encore avec brio sur nos scènes, soixante ans après ses débuts new-yorkais.

Crédit photographique : © Anna Finke

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Ville. 02-XII-2009. Merce Cunningham Dance Company : Nearly 90. Chorégraphie : Merce Cunningham. Musique, arrangements : John Paul Jones et Takehisa Kosugi. Costumes : Anne Finke. Lumière : Christine Shallenberg. Musiciens live : John King et Takehisa Kosugi. Danseurs : Brandon Collwes, Dylan Crossman, Juilie Cunningham, Emma Desjardins, Jennifer Gogans, John Hinrichs, Daniel Madoff, Rashaun Mitchell, Marcie Munnerlyn, Silas Riener, Jamie Scott, Melissa Toogood, Andrea Weber.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.