À emporter, CD, Musique symphonique

Adès, partitions récentes

Plus de détails

Thomas Adès (né en 1971) : Tevot, Concerto pour violon, Trois études d’après Couperin, « Ouverture, Valse et Finale » de Powder Her Face. Orchestre philharmonique de Berlin, direction : Sir Simon Rattle ; Anthony Marwood, violon ; Chamber Orchestra of Europe, direction : Thomas Adès ; National Youth Orchestra of Great Britain, direction : Paul Daniel. 1 CD EMI. Référence et code barre : 50999 4 578132 2. Enregistré en 2007. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 66’43

 

EMI poursuit sa fidèle collaboration avec et édite, après son opéra The Tempest, un album de ses récentes pièces pour orchestre. Ces partitions témoignent du cheminement personnel, mais pas toujours probant, d’un compositeur qui évolue vers une sorte de world musique contemporaine au croisement de plusieurs esthétiques à la fois modernistes et néo-romantique. Au fond, Adès est peut être en train de théoriser un nouveau néo-classicisme ?

On commence ce parcours, par Tevot, commande de et de l’. Ce mouvement unique d’une grosse vingtaine de minutes est une sorte de monolithe orchestral parsemé de climats différents à la fois minéraux, abrupts mais raffinés dans l’écriture et souvent poétiques dans les effets. L’énigmatique nom Tevot renvoie à un mot hébreu qui signifie à la fois mesures musicales et arches au sens biblique. Telle l’ache de Noé, la partition à l’effectif gigantesque (bois par cinq, huit cors et débauche de percussion) évite la démesure des décibels pour travailler les textures au corps avec une addition de références, du wagnérisme à la danse contemporaine, regroupant une pièce des pans entiers de l’histoire de la musique.

Entendu en concert lors du festival Ars Musica 2008, le concerto pour violon de interroge et laisse perplexe. Composée en trois mouvements classiques, cette pièce tourne dans un vide à la fois formel et musical dépourvue d’idées probantes et surtout d’émotions. Ce n’est au fond pas anormal car cette pièce est une sorte de prototype de Tevot dans certains traits orchestraux. Nous laisserons donc cette pièce de côté, la considérant comme un brouillon.

Adès voue une fascination à la musique pour clavecin de Couperin. Auteur, en 1994, d’un arrangement des Barricades mistérieuses. Composées, en 2006, pour l’orchestre de chambre de Bâle, ces trois études utilisent, en écho, deux orchestres à cordes où chaque pièce est «extrapolation d’une idée musicale différente». L’exercice de style est brillant mais apparaît un peu vain et gratuit.

Changement d’ambiances avec les trois extraits de Powder Her Face, le premier opéra de Adès. Le brio de l’instrumentation, le côté décalé et virtuose de la partition sont emportés par l’énergie fulgurante de l’orchestre anglais des jeunes.

Un disque inégal mais intéressant qui documente les recherches actuelles d’un compositeur qui reste important. Il va de soi que Tevot est une pièce à connaître.

Plus de détails

Thomas Adès (né en 1971) : Tevot, Concerto pour violon, Trois études d’après Couperin, « Ouverture, Valse et Finale » de Powder Her Face. Orchestre philharmonique de Berlin, direction : Sir Simon Rattle ; Anthony Marwood, violon ; Chamber Orchestra of Europe, direction : Thomas Adès ; National Youth Orchestra of Great Britain, direction : Paul Daniel. 1 CD EMI. Référence et code barre : 50999 4 578132 2. Enregistré en 2007. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 66’43

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.