Gergiev passe Noces de Stravinsky au rouleau-compresseur

À emporter, CD, Musique symphonique

Igor Stravinsky (1882-1971) : Noces ; Œdipus-Rex. Mlada Khudoley, soprano ; Olga Savova, mezzo-soprano ; Alexander Timchenko, tenor / le Berger ; Andrei Serov, basse ; Alexander Mogilevsky, Svetlana Smolina, Yulia Zaichkina, Maxim Mogilevsky, pianos ; Gérard Depardieu, récitant ; Sergei Semishkur, Œdipe ; Ekaterina Semenchuk, Jocaste ; Evgeny Nikitin, Créon / le Messager ; Mikhail Petrenko, Tirésias. Chœur et Orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg (chef de chœur : Andrei Petrenko), direction : Valery Gergiev. 1 SACD Mariinsky MAR0510. Code barre : 22231-85102. Enregistré entre le 28 et 31 décembre 2009 (Noces) et entre le 4 et 8 février 2010 (Œdipus-Rex) à la Salle de Concert du Mariinsky de Saint-Pétersbourg (Russie). Notice trilingue (avec traduction des livrets – russe, anglais, français). Durée totale : 73’49’’

 

Les Clefs d'or

Attention choc ! Oreilles sensibles, éloignez-vous de ces Noces de Stravinsky dirigées sabre au clair par . Tempos délirants, dynamiques extrêmes, percussions surexposées, pianos déchaînés, l’œuvre, qui ferme radicalement la «période russe» de Stravinsky, agit en véritable rouleau compresseur. Tableau vivant d’un mariage (duquel est exclu la cérémonie) populaire russe commandé par Diaghilev (à qui la partition est dédiée) et chorégraphié par , Noces est basée sur des mélodies populaires recueillies de Piotr Kireyevski au XIXe siècle en Russie, Bielorussie et Ukraine. L’œuvre en elle-même surprend par ses quatre pianos et ses dix percussions, son chœur littéralement instrumental et ses passages solistes, qui ne représentent aucun personnage en particulier. Vu par , on plonge dans les racines ancestrales d’une fête païenne et cruelle. La mariée qui au début pleure la perte de ses tresses (par tradition, les cheveux de la mariée sont coupés et ceux du marié imbibés d’alcool) hurle plus qu’elle ne gémit («Kosal moïa, kosinka rusaïa») : la perte de la chevelure est aussi celle de sa virginité. Partant de ce postulat, Valery Gergiev enchaîne les vingt et quelques minutes suivantes à toute berzingue, faisant de cette version la plus rapide de toute la discographie ! Toutefois, contrairement au disque Rachmnaninov précédent, cette vitesse n’entraîne pas la précipitation. Polyphonie et polyrythmie restent étonnamment lisibles, le tempo est immuable (croche = croche malgré les nombreux changements de mesure), l’expression vocale n’est pas bridée, bien au contraire. Une version radicale, sauvage, barbare, à l’opposé de celle – tout autant remarquable – de Daniel Reuss avec le RIAS-Kammerchor (Harmonia Mundi). Autant Reuss privilégie la souplesse et la ligne mélodique, autant Gergiev accentue les arrêtes rythmiques et surtout resitue les sonorités de percussions sur la langue russe (il suffit d’écouter les caisses claires sur la première intervention du chœur «Tchesu, potchesu nastazinu kasu» pour s’en convaincre). Nous sommes en présence d’une lecture qui devance de loin les versions Eötvös (Hungaroton), Ancerl (Supraphon) ou Ashkenazy (Decca).

En complément, Œdipus-Rex, l’opéra-oratorio sur un texte de Cocteau traduit en latin par Jean Daniélou. Autant Diaghilev adorait Noces, autant il détestait cet Œdipus-Rex. Appartenant à la période néoclassique de Stravinsky, faisant ouvertement référence à Haendel, Œdipus-Rex tranche par son hiératisme et sa solennité face à Noces. Valery Gergiev semble y être plus calme – et pour cause, servant l’œuvre avec une rutilance chorale et orchestrale rarement égalée. prête son emphase aux courtes interventions du récitant, le plateau vocal est de haute volée, dominé par l’Œdipe de , la Jocaste d’ et le Créon d’. Les hommes du chœur du Mariinsky (Œdipus-Rex ne convoque que ténors et basses) forment une masse chorale homogène. Une fois n’est pas coutume, l’orchestre ne hurle pas et ne rue pas dans les brancards. C’est grandiose et distancié à la fois. Une version qui se hisse aux sommets d’une discographie pourtant étoffée et qui rivalise sans peine avec les lectures de Bernstein (Sony), Esa-Pekka Salonen (Sony), Ferenc Fricsay (DG) ou Colin Davis (Orfeo).

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.