Passé et académisme scandinave dans l’œuvre de Carl Nielsen

Aller + loin, Dossiers

« Une affiche de concert jaunie par le temps et abandonnée à sa solitude dans un dossier oublié est-elle à jamais condamnée au silence ? Nous voulons croire que ce triste destin apparemment inexorable mérite de recevoir un démenti cinglant, ne serait-ce que le temps d’une lecture. » Voilà comment débute ce dossier élaboré par le président fondateur de l’Association française Carl Nielsen. Pour accéder au dossier complet : Sur les traces de Carl Nielsen

 

On a largement évoqué la modernité manifestée par Carl Nielsen dès ses premiers pas dans la création musicale au sein d’une société danoise très largement imprégnée par le romantisme scandinave, lui-même hautement redevable de la musique germanique. Le monde musical de Copenhague évoluait à un rythme très mesuré. D’ailleurs, Carl Nielsen, progressiste modéré et respectueux de ses racines artistiques et culturelles, ne s’en détacha jamais de manière brutale. Tout au long de son parcours de compositeur, il fit face à de nombreuses manifestations de la tradition, qui constituèrent pour lui autant de «passages intercalaires». S’ils n’emportaient pas son assentiment total, ils ne déclenchaient jamais son hostilité frontale et participaient de l’existence d’une société à la fois tolérante et de plus en plus protéiforme.

Ici, nous livrons ce qui aurait donc pu servir de «passages intercalaires» dans un texte beaucoup plus développé et volontairement axé sur la modernité de Nielsen, transitions destinées à souligner, à travers des évènements historiques ponctuels, les évolutions vécues par le compositeur et ainsi insister sur sa réelle prise d’indépendance par rapport à certains évènements.

Sur le trajet créateur qui le mène progressivement vers une originalité certaine, Carl Nielsen ne rejette nullement la tradition qui l’entoure. Il la regarde, l’analyse, la connaît et y participe parfois, le compositeur pouvant se nourrir de toutes les situations concrètes pour faire fructifier sa propre création. D’où, ce que l’on a qualifié de statisme actif entre une modernité maîtrisée et une tradition respectée.

On peut distinguer huit passages presque incontournables qui accaparèrent Nielsen et accompagnèrent ainsi son regard sur la société musicale danoise dans ses diverses manifestations :

1. Les commentaires écrits par Nielsen lors de la mort de .
2. la mort d’ en 1907.
3. le concours d’ouvertures scandinaves organisé par .
4. En 1928, la firme Columbia organise au plan international un Concours Schubert
5. Nielsen et une amorce de retour à l’esthétique de Palestrina.
6. L’intérêt de l’Europe pour l’exotisme
7. Ecrits sur la tradition musicale.
8. Nielsen et ses devanciers romantiques et contemporains post-romantiques.

Lire l’étude : Le passé et l’académisme scandinave à travers huit moments dans l’œuvre de Carl Nielsen (8 pages)

 

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.