À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Clavecin aux couleurs ibériques par Bertrand Cuiller

Plus de détails

Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonate en ut majeur K 420 ; Sonate en fa mineur K 462 ; Sonate en ut majeur K 132 ; Sonate en la majeur K 65 ; Sonate en sol majeur K 144 ; Sonate en ré majeur K 119 ; Sonate en sol mineur K 426 ; Sonate en ut mineur K 115 ; Sonate en mi majeur K 206 ; Sonate en fa dièse mineur K 25 ; Sonate en mi bémol majeur K 475 ; Sonate en sol mineur K 30 ; Antonio Soler (1729-1783) : Fandango. Bertrand Cuiller, clavecin. 1 CD Alpha 165. Code barre : 3760014191657. Enregistré en janvier 2009. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 63’30

 

Enfant de la balle – sa mère Jocelyne est claveciniste, son père Daniel violoniste et chef de l’ensemble baroque Stradivaria, son frère Guillaume hautboïste – se produit en tant que soliste et continuiste (au sein des ensembles Les Basses Réunies, La Rêveuse, Les Lunaisiens…) au clavecin et à l’orgue positif. Après un disque très remarqué consacré à des virginalistes anglais (Byrd, Bull, Philips), il propose à présent un programme , complété par le célèbre et fameux Fandango d’, le premier ayant composé comme le second ses œuvres pour clavecin en Espagne. Joué sur un clavecin de Philippe Humeau (2002) qui s’inspire des instruments italiens de la première moitié du XVIIIe siècle, ce programme permet de découvrir en particulier des sonates rares parmi les 555 que nous a laissé Scarlatti. interprète avec une grande assurance ces pièces virtuoses (croisements de mains, notes staccato…) dont on ne se lasse pas d’admirer l’originalité : dissonances, ruptures rythmiques, imitations de la sonorité de d’autres instruments (guitare, percussions…). Le claveciniste adopte souvent un jeu très appuyé, parfois brusque (K 119 par exemple) qui pourra déconcerter, surtout lorsqu’il est accompagné de bruits de pied, l’impression étant renforcée par la prise de son, trop proche. C’est le cas également dans le Fandango de Soler (surnommé « le diable déguisé en moine » !), sorte d’improvisation sur une basse obstinée qui ne cesse d’aller crescendo dans la folie.

Mais Bertrand Cuiller a eu la bonne idée de retenir également des sonates plus calmes, méditatives de Scarlatti (K 30, 132, 144, 426, 462) qu’il aborde dans des tempos plutôt amples et qui équilibrent fort opportunément ce programme.

(Visited 148 times, 1 visits today)

Plus de détails

Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonate en ut majeur K 420 ; Sonate en fa mineur K 462 ; Sonate en ut majeur K 132 ; Sonate en la majeur K 65 ; Sonate en sol majeur K 144 ; Sonate en ré majeur K 119 ; Sonate en sol mineur K 426 ; Sonate en ut mineur K 115 ; Sonate en mi majeur K 206 ; Sonate en fa dièse mineur K 25 ; Sonate en mi bémol majeur K 475 ; Sonate en sol mineur K 30 ; Antonio Soler (1729-1783) : Fandango. Bertrand Cuiller, clavecin. 1 CD Alpha 165. Code barre : 3760014191657. Enregistré en janvier 2009. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 63’30

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.