Danse , La Scène, Spectacles Danse

Cherry-Brandy de Josef Nadj, trip sous acide

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Ville. 26-X-2010. Josef Nadj : Cherry-Brandy. Chorégraphie : Josef Nadj. Musique originale : Alain Mahé. Enregistrement pianos et toy piano : Emmanuelle Tat. Lumières : Rémi Nicolas, assisté de Lionel Colet. Décors, accessoires & objets scéniques : Clément Dirat, Julien Fleureau. Conception des masques & accessoires : Jacqueline Bosson. Costumes : Françoise Yapo. Avec Johan Bichot, Ivan Fatjo, Eric Fessenmeyer, Grégory Feurté, Peter Gemza, Anastasia Hvan, Panagiota Kallimani, Anne-Sophie Lancelin, Lazare, Cécile Loyer, Josef Nadj, Emanuela Nelli, Marlène Rostaing

Pour cette nouvelle pièce de groupe, la première depuis 2006, a changé de manière : plus fluide, plus souple… Un changement sans doute dû a sa longue pratique de l’improvisation en solo ces dernières années.

Cet éloignement du théâtre d’objet, qui fut sa marque de fabrique dès sa première pièce, Canard Pékinois, se traduit dans une première partie par un plateau entièrement nu, juste bordé de petites cahutes dont on n’aperçoit guère l’intérieur. Place à la danse, donc, sur une dramaturgie inspirée par les Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov. Bougies allumées, effets spéciaux en ombres chinoises, plus «arty», voire expressionnistes, que ceux de Philippe Decoufflé ou . Digne de Méliès, cette longue séquence d’animation est réalisée en direct et sollicite l’ensemble des interprètes – jeunes et tous excellents. y réalise la somme des expérimentations menées au cours de ses solos improvisés.

Les objets et les éléments scéniques de ses débuts reviennent néanmoins dans une troisième partie, dont le sens, quelque peu obscur, nous échappe. Encastré dans un castelet en arrière scène, Josef Nadj, grimé, en profite pour livrer un testament artistique plutôt halluciné. Il livre d’étranges visions dignes d’un cinéma bunuelien dont nous aurions perdu la clé. Des visions de cauchemar, des récits d’outre-tombe et de l’au-delà pour un trip sous acide non partagé. «Chimères et Cherry-Brandy, rien ne change» conclut-il à la fin du spectacle, laissant le public un peu perplexe.

Crédit photographique : © Séverine Charrier

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Ville. 26-X-2010. Josef Nadj : Cherry-Brandy. Chorégraphie : Josef Nadj. Musique originale : Alain Mahé. Enregistrement pianos et toy piano : Emmanuelle Tat. Lumières : Rémi Nicolas, assisté de Lionel Colet. Décors, accessoires & objets scéniques : Clément Dirat, Julien Fleureau. Conception des masques & accessoires : Jacqueline Bosson. Costumes : Françoise Yapo. Avec Johan Bichot, Ivan Fatjo, Eric Fessenmeyer, Grégory Feurté, Peter Gemza, Anastasia Hvan, Panagiota Kallimani, Anne-Sophie Lancelin, Lazare, Cécile Loyer, Josef Nadj, Emanuela Nelli, Marlène Rostaing

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.