Plus de détails

Vienne. Musikverein. 17-XI-2010. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Quatuor à cordes en mi mineur, version pour deux violons, alto, violoncelle et contrebasse de Arturo Toscanini (1867-1957) ; Franz Schubert (1797-1828) : Quintette pour piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse en la majeur D 667 (« La Truite »). Ensemble Wien. Rainer Honeck, violon ; Raimund Lissy, violon ; Peter Götzel, alto ; Joseph Niederhammer, contrebasse ; Othmar Müller, violoncelle ; Christopher Hinterhuber, piano.

De la musique de chambre entre Autrichiens ! C’est l’assurance d’un concert réussi, quitte à ne pas sortir d’un académisme strict. L’affiche est elle-même à moitié autrichienne, mais c’est l’autre moitié qui va faire le charme du concert.

L’, composé de Rainer Honeck, Raimund Lissy (violon), Peter Götzel (alto) et Joseph Niederhammer (contrebasse), ose du Verdi revu par Toscanini en première partie. Un Quatuor à cordes signé par un auteur d’opéras intrigue, mais l’arrangement pour quintette par un chef d’orchestre excite ! Toscanini a en effet adjoint une contrebasse aux deux violons, à l’alto et au violoncelle de la partition originale. Le violoncelliste, c’est , qui fait excellente figure parmi les membres de la formation initiale. S’illustrant par son archet plaintif, tirant de son instrument des sons très proches d’une voix humaine, Müller fait planer un lyrisme d’opéra. C’est le supplément d’âme d’un Ensemble mené sous hypnose par le premier violon Rainer Honeck. Celui-ci prodigue à son Stradivarius ex-Hämmerle (1709) de tendres et mélodieuses caresses. C’est du très beau violon, qui justifie amplement l’ascendant de Honeck sur ses partenaires. Mais le répondant ne vient pas et le quintette tourne au dialogue avec le violoncelle.

L’alliage tient bon jusqu’au dernier mouvement, où il se dissout dans la fugue, forme d’écriture qui isole les musiciens et les prive de la tutelle de Honeck. Mais on préfère expliquer la légère confusion qui suit par le rythme endiablé de ce redoutable Scherzo, qui clôt une œuvre étonnante, aux dimensions presque orchestrales. Une œuvre poétique, aimable, chantante, dans le meilleur goût italien. On remercie les cinq artistes pour la demi-heure de soleil !

«La Truite» de Schubert nous ramène vers de plus vertes prairies, alors que, sur scène, le paysage se modifie également : le violoniste Lissy fait ses adieux tandis que s’installe au piano. Ce quintette au nouveau visage convainc moins que le précédent. Honeck, encore essoufflé, manque un peu de fraîcheur : dans un diminué d’un de ses membres et augmenté de deux comparses extérieurs, le violoniste du Philharmonique de Vienne n’a plus la même éminence. Quant au pianiste, il déçoit par un jeu trop scolaire pour une œuvre si fantasque. Müller, seul, est toujours remarquable, plaçant admirablement la voix de son violoncelle dans cette polyphonie qui est un modèle d’équilibre. Il est le véritable narrateur de l’œuvre. Lorsque s’élève le fameux Thème du quatrième mouvement, inspiré du Lied qui donne son nom au quintette, le public frémit d’aise, preuve que Schubert n’a pas besoin de bons interprètes pour plaire. Et Hinterhuber de poursuivre ses gammes. Les applaudissements excessivement enthousiastes appellent un bis. Les cinq ont la bonne idée de ressusciter Louise Farrenc, en donnant un extrait d’un de ses quintettes. Splendide ! Finalement, seule la musique autrichienne résiste à ces Autrichiens !

Crédit photographique : © Ensemble Wien, Vienne

(Visited 133 times, 1 visits today)

Plus de détails

Vienne. Musikverein. 17-XI-2010. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Quatuor à cordes en mi mineur, version pour deux violons, alto, violoncelle et contrebasse de Arturo Toscanini (1867-1957) ; Franz Schubert (1797-1828) : Quintette pour piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse en la majeur D 667 (« La Truite »). Ensemble Wien. Rainer Honeck, violon ; Raimund Lissy, violon ; Peter Götzel, alto ; Joseph Niederhammer, contrebasse ; Othmar Müller, violoncelle ; Christopher Hinterhuber, piano.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.