Danse , La Scène, Spectacles Danse

Premiers pas de chorégraphes à l’Opéra de Paris

Plus de détails

Paris. Amphithéâtre de l’Opéra Bastille. 20/I/11. Ballet de l’Opéra national de Paris : Danseurs chorégraphes. Dix chorégraphies de : Allister Madin, Florent Mélac, Lydie Vareilhes, Bruno Bouché, Sébastien Bertaud, Nans Pierson, Myriam Kamionka, Samuel Murez, Mallory Gaudion, Béatrice Martel. Interprétation : danseurs du Ballet de l’Opéra national de Paris.

Danseurs chorégraphes

Régulièrement, l’Opéra de Paris offre à ses danseurs l’occasion de faire leurs premiers pas de chorégraphes. Parmi ces pièces courtes, interprétées ici par les danseurs de la compagnie, figurent quelques bonnes surprises.

Les sources d’inspiration des jeunes apprentis chorégraphes de la compagnie nationale sont variées, allant du tango au cinéma, mais les opus les plus réussis font délibérément confiance au contemporain. Pour preuve, l’écriture chorégraphique complexe de Bless – ainsi soit-IL, le duo de belle facture signé , le travail très graphique de dans Fugitif ou le solo plein de personnalité Narkissos de et avec Malory Gaudion.

Ces trois œuvres, qui témoignent d’un certain savoir-faire de la part de leurs auteurs, ont marqué la soirée rituelle consacrée aux danseurs chorégraphes du . Ils y font leurs premières armes de chorégraphes pour certains (, ) qui demandent encore à être confirmées, tant la naïveté ou la joliesse de leur propos ne dégage aucune personnalité ou signature identifiable. En revanche, dans Melancholia Splendia, , jeune recrue du Corps de Ballet, fait déjà preuve d’un goût musical très sûr et n’a pas hésité à écrire un quintette pour ses camarades de studio. On l’encourage en tout cas à persévérer dans cette veine contemporaine.

D’autres, plus confirmés, font preuve d’un talent qui s’épanouit avec les années et les reprises. C’est le cas de , qui témoigne d’une certaine ambition dans Bless – ainsi soit-IL, un duo masculin sur la lutte entre Jacob et l’ange évoquée dans la Genèse. Le choix judicieux de ses deux interprètes, incarnant l’ange et Erwan Le Roux, Jacob, y contribue. Créée le 30 juillet 2010 à Tel Aviv, cette pièce à l’écriture complexe et aux portés audacieux, est aussi soulevée par la Chaconne en ré mineur pour piano de Bach, enregistrée sous les mains puissantes d’.

Autre chorégraphe aguerri, , qui signe chorégraphies, lumières et costumes d’un sobre quatuor contemporain intitulé Fugitif. De belles découpes, un sens du plateau, du rythme et de la musicalité enrichissent une écriture déjà mature. Enfin, Narkissos, solo de , créé à Copenhague en avril dernier, s’empare du mythe de Narcisse en le transformant en fashion victim ou en alcoolique anonyme. Le physique très dandy rock du danseur chorégraphe insuffle à ce solo une dimension contemporaine et désabusée. Le solo, très pur, exprime bien les tentations et les dangers de l’addiction. Malgré quelques maladresses, un solo qui a de la personnalité.

Le reste de la soirée n’en regorge pas, malheureusement, avec des pièces souvent fades – dont les pas sont interchangeables, ou qui manquent de distance. Seules deux pièces font office de clins d’œil, pour le grand plaisir du public. Me2, un duo comique et malin de en hommage à Raymond Ferdeman, autour de sa poésie bilingue « Me too » et Ca tourne à l’amphi !, un finale sous forme de pochade signée . Elle y fait preuve d’un joli sens de l’humour en chorégraphiant des clips inspirés de quatre chansons de Carla Bruni, extraites de son album Quelqu’un m’a dit. Carla Bruni au répertoire de l’Opéra de Paris ! Y a t-il eu pression de l’Elysée ? Avec Lionel Delanoë incarnant le rôle d’un réalisateur débordé et autoritaire, cette pièce clôture la soirée en toute légèreté, dans un bel éclat de rire.

Crédit photographique : Photos © Opéra national de Paris

Plus de détails

Paris. Amphithéâtre de l’Opéra Bastille. 20/I/11. Ballet de l’Opéra national de Paris : Danseurs chorégraphes. Dix chorégraphies de : Allister Madin, Florent Mélac, Lydie Vareilhes, Bruno Bouché, Sébastien Bertaud, Nans Pierson, Myriam Kamionka, Samuel Murez, Mallory Gaudion, Béatrice Martel. Interprétation : danseurs du Ballet de l’Opéra national de Paris.

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.