Danse , La Scène, Spectacles Danse

La tentation d’Eve de Marie-Claude Pietragalla

Plus de détails

Paris. La Cigale. 25/I/11. Pietragalla compagnie : La tentation d’Eve. Chorégraphie et mise en scène : Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault. Masques, marionnettes et costumes : Johanna Hilaire. Lumières : Eric Valentin. Collaboration musicale : Laurent Perrier. Conseillère littéraire : Jeanne Fayard. Avec Marie-Claude Pietragalla.

Un mauvais spectacle

décortique l’idéal féminin dans un solo one woman show raté au Palace.

Toutes les figures de la femme sont convoquées dans ce solo : l’Eve primitive, la femme guerrière, la femme corsetée, la femme libertine, la ménagère, la femme d’affaires débordée… Mais toutes ces femmes se ressemblent sous les traits de , ancienne danseuse étoile de l’Opéra de Paris, passée avec pertes et fracas par la direction du Ballet de Marseille et désormais chorégraphe indépendante.

Dans ce solo – qui n’en est pas un – Marie-Claude Pietragalla semble avoir oublié tout ce qu’elle a appris à l’école de danse, ou les grands rôles qu’elle a pu danser sur la scène du Palais Garnier. En tant que chorégraphe, elle ne fait preuve d’aucun talent d’écriture, et se révèle incapable d’interpréter avec son corps une gestuelle un tant soit peu identifiable. Elle agite ses longs bras, fait pivoter son torse dans de dérisoires pirouettes, saupoudre le tout d’un ou deux grands battements et baptise cette recherche de mouvement le « théâtre du corps ». Soit !

Ridicule quand elle se pique de théâtre, récitant Molière ou Marceline Desbordes-Valmore, elle est grotesque quand elle évoque le Lac des Cygnes (n’est pas qui veut !). Il est grand temps que quelqu’un descille les yeux de cette artiste qui n’est ni comédienne, ni chorégraphe et même plus danseuse. Clichés, poncifs et lieux communs s’enchaînent dans des tableaux où seuls les costumes et les accessoires ont le beau rôle. Mégalomane, narcissique, l’artiste illustre grossièrement ses travers en choisissant (souvent à contre-sens) des extraits musicaux sélectionnés pour leur dimension spectaculaire. Quel gâchis !

Crédit photographique : Photos © Pascal Elliott

Plus de détails

Paris. La Cigale. 25/I/11. Pietragalla compagnie : La tentation d’Eve. Chorégraphie et mise en scène : Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault. Masques, marionnettes et costumes : Johanna Hilaire. Lumières : Eric Valentin. Collaboration musicale : Laurent Perrier. Conseillère littéraire : Jeanne Fayard. Avec Marie-Claude Pietragalla.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.